La France et l’Ita­lie s’af­frontent

Le Droit - - ACTUALITÉS -

CA­TANE — La crise des mi­grants qui tra­versent la Mé­di­ter­ra­née semble en voie de se trans­for­mer en vé­ri­table que­relle di­plo­ma­tique entre la France et l’Ita­lie.

L’Ita­lie a mon­té le ton mer­cre­di en met­tant Pa­ris au dé­fi d’ac­cueillir plus de de­man­deurs d’asile et en exi­geant des ex­cuses après que le pré­sident fran­çais eut ac­cu­sé le nou­veau gou­ver­ne­ment po­pu­liste ita­lien de cy­nisme et d’ir­res­pon­sa­bi­li­té en re­fu­sant d’ac­cueillir un na­vire qui avait 629 mi­grants à son bord.

L’Ita­lie a convo­qué l’am­bas­sa­deur de France pour des consul­ta­tions. Au terme de cette ren­contre, le mi­nistre ita­lien des Af­faires étran­gères, En­zo Moa­ve­ro Mi­la­ne­si, a in­di­qué par voie de com­mu­ni­qué que les cri­tiques pu­bliques de la France sont «in­ac­cep­tables» et qu’elles me­nacent les re­la­tions di­plo­ma­tiques entre les deux pays.

M. Mi­la­ne­si a dit que la France au­rait pu ex­pri­mer ses pré­oc­cu­pa­tions en pri­vé. Le pré­sident fran­çais Em­ma­nuel Ma­cron doit ren­con­trer le nou­veau pre­mier mi­nistre ita­lien Giu­seppe Conte ven­dre­di, à Pa­ris. Le mi­nistre ita­lien des Fi­nances, Gio­van­ni Tria, a en re­vanche an­nu­lé une ren­contre pré­vue avec son ho­mo­logue fran­çais Bruno Le Maire.

Le mi­nistre de l’In­té­rieur, Mat­teo Sal­vi­ni, a ci­té le pré­sident Ma­cron lors d’un dis­cours de­vant la chambre haute du Par­le­ment. M. Sal­vi­ni a in­di­qué que la France n’avait ac­cueilli qu’une frac­tion des 9816 mi­grants qu’elle s’était en­ga­gée à ac­cueillir dans le cadre d’un plan de re­lo­ca­li­sa­tion de l’UE en 2015 pour dé­char­ger les pays de pre­mière ligne comme l’Ita­lie et la Grèce.

PAS­SER À L’ACTE

M. Sal­vi­ni a de­man­dé «au pré­sident Ma­cron de pas­ser des pa­roles à l’ac­tion» en ac­cep­tant les 9000 per­sonnes que son pays s’est en­ga­gé à ac­cueillir, «en signe de gé­né­ro­si­té concrète et pas seule­ment de pa­roles».

Il a en­suite ajou­té qu’il «parle au nom d’un gou­ver­ne­ment», mais aus­si d’un «peuple qui n’a rien à ap­prendre de la gé­né­ro­si­té, du vo­lon­ta­riat, de l’ac­cueil et de la so­li­da­ri­té».

L’Au­triche et l’Allemagne ont of­fert leur aide à l’Ita­lie face à cette si­tua­tion. L’agence onu­sienne des ré­fu­giés a dit qu’il est «hon­teux» de voir des membres de l’UE se dé­chi­rer de cette ma­nière, mais son pa­tron, Fi­lip­po Gran­di, a ad­mis que la po­si­tion ita­lienne doit être en­ten­due.

L’Ita­lie a dé­fen­du sa dé­ci­sion de re­fu­ser l’ac­cos­tage du na­vire de sau­ve­tage Aqua­rius, af­fir­mant qu’elle n’a ja­mais aban­don­né le na­vire et qu’elle l’es­corte vers l’Es­pagne. L’Es­pagne s’est por­tée vo­lon­taire et a of­fert le port de Va­lence, après que l’Ita­lie et Malte eurent toutes deux re­fu­sé.

L’im­passe sur l’Aqua­rius est ap­pa­rue comme une tac­tique claire du nou­veau gou­ver­ne­ment ita­lien pour for­cer la main de l’Eu­rope en vue du pro­chain som­met des di­ri­geants de l’UE à Bruxelles les 28 et 29 juin. L’Ita­lie se plaint de­puis des an­nées qu’elle a été lais­sée lar­ge­ment seule pour gé­rer la crise mi­gra­toire en Eu­rope, mais le nou­veau gou­ver­ne­ment af­firme que sa tac­tique a fi­na­le­ment fait pas­ser le mes­sage.

Le pré­sident fran­çais Em­ma­nuel Ma­cron avait fus­ti­gé ce qu’il ap­pe­lait le cy­nisme et l’ir­res­pon­sa­bi­li­té de l’Ita­lie en dé­tour­nant l’Aqua­rius, qui est opé­ré par le groupe hu­ma­ni­taire SOS Mé­di­ter­ra­née et le groupe fran­çais Mé­de­cins sans fron­tières.

Le bu­reau de M. Ma­cron a dé­cla­ré mar­di que la France ne vou­lait pas «créer un pré­cé­dent» qui per­met­trait à cer­tains pays eu­ro­péens d’en­freindre les lois in­ter­na­tio­nales et de dé­pendre d’autres États membres de l’UE pour ac­cueillir des mi­grants.

Dans son dis­cours, M. Sal­vi­ni a ri­pos­té et a dé­cla­ré que la France avait ren­voyé 10 249 mi­grants à la fron­tière nord de l’Ita­lie de­puis janvier «y com­pris les femmes, les en­fants et les per­sonnes han­di­ca­pées». Le pas­sage de la fron­tière à Vin­ti­mille est le théâtre de pro­tes­ta­tions et de déses­poir de­puis des an­nées, la France ayant re­fu­sé de lais­ser en­trer des mi­grants, dont beau­coup cherchent à re­joindre leur fa­mille en France ou en Allemagne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.