DUQUETTE

Il faut mieux pla­ni­fier les écoles

Le Droit - - LA UNE - PA­TRICK DUQUETTE CHRONIQUE pdu­quette@le­droit.com

C’est dé­so­lant qu’on soit in­ca­pable de mieux pla­ni­fier la construc­tion des nou­velles écoles à Ga­ti­neau. An­née après an­née, il y a des re­dé­cou­pages pé­nibles à faire sur le ter­ri­toire des com­mis­sions sco­laires des Por­tages-de-l’Ou­taouais (CSPO) et des Dra­veurs.

Des en­fants doivent chan­ger d’école. Par­fois parce que la nou­velle école du quar­tier n’est pas prête, par­fois parce que les écoles exis­tantes dé­bordent.

À chaque exer­cice de re­dé­cou­page, on as­siste au spec­tacle de pa­rents frus­trés contre les com­mis­sions sco­laires. Per­sonne n’a en­vie de voir ses en­fants ba­rouet­tés d’une école à l’autre.

Cette fois, c’est la construc­tion de la nou­velle école pri­maire 036 du Pla­teau qui dé­bu­te­ra avec un an de re­tard. Faute de places, 350 élèves se­ront pro­ba­ble­ment for­cés de s’exi­ler hors de leur quar­tier l’an pro­chain, avec tout ce que ça im­plique de pe­tits et grands drames fa­mi­liaux.

Des frères et des soeurs n’iront pas à la même école. Des en­fants chan­ge­ront deux ou trois fois d’école du­rant leur pri­maire, avec obli­ga­tion de re­for­mer un cercle d’amis à chaque fois.

Tout ça à Ga­ti­neau, une ville qui pré­tend vou­loir ra­vi­ver l’es­prit com­mu­nau­taire et le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance à son quar­tier. Dif­fi­cile d’y par­ve­nir quand les en­fants changent d’école à ré­pé­ti­tion !

Le cas de l’école 036 du Pla­teau a mis en lu­mière une pla­ni­fi­ca­tion dé­fi­ciente, mais aus­si des pro­blèmes de com­mu­ni­ca­tions entre la Ville de Ga­ti­neau et la CSPO. Les deux par­ties se sont re­lan­cé la balle sur qui était res­pon­sable des dé­lais dans la livraison de l’école 036. Un af­fron­te­ment dé­chi­rant et peu édi­fiant qui a d’ailleurs me­né à la dé­mis­sion de la pré­si­dente de la CSPO, Jo­hanne Lé­ga­ré. Dans tous les cas, ce sont les jeunes fa­milles qui font les frais de ces chi­canes sté­riles.

Com­ment se fait-il qu’on ne soit pas ca­pable de mieux pla­ni­fier la construc­tion des nou­velles écoles ?

Après tout, il n’y a rien de plus pré­vi­sible qu’une courbe dé­mo­gra­phique. Rien de plus lo­gique que de pré­voir un em­pla­ce­ment pour les fu­tures écoles avant l’ou­ver­ture d’un nou­veau quar­tier. Ottawa le fait de­puis des an­nées.

Avant d’ou­vrir un nou­veau quar­tier dans la ca­pi­tale fé­dé­rale, les conseils sco­laires sont in­vi­tés à faire part de leurs be­soins en frais de ter­rains. L’em­pla­ce­ment de la fu­ture école est pré­vu dès le dé­part, avant même la construc­tion de la pre­mière mai­son.

En On­ta­rio, il n’y a pas d’am­bi­guï­té sur qui doit payer pour l’achat du ter­rain. C’est le gou­ver­ne­ment on­ta­rien qui al­longe l’ar­gent. Nor­mal, l’édu­ca­tion étant un do­maine de com­pé­tence pro­vin­cial.

Le sys­tème on­ta­rien n’est pas par­fait. Ain­si, la fe­nêtre de 18 mois dont les conseils sco­laires dis­posent pour ache­ter un ter­rain, une fois les fonds dé­blo­qués par la pro­vince, est très courte.

Mais en gé­né­ral, le sys­tème fonc­tionne bien. Il n’y a pas de sur­en­chère sur la vente des ter­rains aux conseils sco­laires. Les pro­mo­teurs sont trop heu­reux que la construc­tion d’une école soit dé­jà pré­vue dans leurs pro­jets im­mo­bi­liers. Au­près de leur client, c’est un ar­gu­ment de vente payant !

La bonne nou­velle, c’est que Ga­ti­neau est en train de mi­grer vers une ap­proche de pla­ni­fi­ca­tion à long terme si­mi­laire à celle d’Ottawa.

Avec le nou­veau sché­ma d’amé­na­ge­ment, les plans des nou­veaux quar­tiers de­vront in­clure des em­pla­ce­ments pour les écoles pri­maires et se­con­daires. D’ailleurs, le pré­sident de la CSPO, Ma­rio Cre­vier, me di­sait que deux ter­rains ont été ré­ser­vés pour des écoles dans le pro­jet im­mo­bi­lier de Ri­ch­craft, dans le sec­teur Ayl­mer.

Quant au gou­ver­ne­ment du Qué­bec, il a pré­vu une somme de 46 mil­lions dans son der­nier bud­get pour l’achat de ter­rains des­ti­nés à de nou­velles écoles. De cette somme, la CSPO en a ob­te­nu 6 mil­lions.

Au moins, les choses évo­luent dans le bon sens. Il était temps qu’on se ré­veille !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.