Le Rouge et Noir fe­ra confiance à une quin­zaine de re­crues

Le Droit - - SPORTS - MAR­TIN COMTOIS, LE DROIT

Un a étu­dié en sciences cog­ni­tives à l’uni­ver­si­té Car­le­ton. L’autre était gar­dien de sé­cu­ri­té à la Place TD pour payer ses études à l’Uni­ver­si­té d’Ottawa tout en jouant au foot­ball.

Et de­puis quelques jours, Jus­tin Ho­well et Le­wis Ward font par­tie du Rouge et Noir. Ils sont deux des 15 re­crues à avoir per­cer l’ali­gne­ment de l’équipe de la Ligue ca­na­dienne de foot­ball (LCF), tout comme les Qué­bé­cois Mar­co Du­bois, Mi­ckael Cô­té et Félix Mé­nard-Brière.

«La pre­mière chose que j’ai faite en ap­pre­nant la nou­velle sa­me­di, c’était d’ap­pe­ler ma mère. Ce fut une dis­cus­sion très émo­tive», a re­la­té Ho­well, un ma­rau­deur on­ta­rien qui a dé­jà évo­lué au Cé­gep Va­nier de Mon­tréal.

«Ma mère a dû faire plu­sieurs sa­cri­fices pour me per­mettre de jouer au foot­ball. Elle était seule à éle­ver mes deux frères, ma soeur et moi. Elle avait deux em­plois. Le seul temps que je la voyais, c’est quand elle ve­nait me dé­po­ser à mes séances d’en­traî­ne­ment.»

Ho­well avait la gorge nouée par l’émo­tion en ra­con­tant le tout. Peu de gens lui ac­cor­daient des chances de se tailler une place chez le Rouge et Noir mal­gré une brillante car­rière uni­ver­si­taire chez les Ra­vens.

Au re­pê­chage, Ottawa l’avait sé­lec­tion­né au sep­tième tour. Ho­well se re­trouve pour l’ins­tant au sein de l’ali­gne­ment d’en­traî­ne­ment du Rouge et Noir. Il se veut un pneu de se­cours si ja­mais le vé­té­ran An­toine Pru­neau de­vait se bles­ser.

Quant à Ward, il a ga­gné le poste de bot­teur pour les pla­ce­ments. «Main­te­nant, je dois conti­nuer à me battre pour le conser­ver ce poste», a-t-il no­té.

Ward sait qu’une autre re­crue, Mé­nard-Brière, ne se trouve pas trop loin et pour­rait lui ra­vir sa place à la moindre dé­faillance. Il sait aus­si à quel point Ottawa s’est avé­ré un ci­me­tière de bot­teurs.

Ce der­nier a vu plu­sieurs matches du Rouge et Noir à titre de gar­dien de sé­cu­ri­té. «J’ai tra­vaillé ici pen­dant quatre ans», a-t-il sou­li­gné.

Ward a vu les Mi­lo, Ear­ly, Al­va­ra­do, Castillo, Alix, Ma­her, Pfef­fer, Wil­der et Me­dei­ros se suc­cé­der de­puis 2014. «Je ne veux pas être le pro­chain à éco­per», a-t-il dit, lui qui a été par­fait en quatre ten­ta­tives en matches pré-saisons.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.