DANS L’OEIL DU CY­CLONE

L’ou­ra­gan Ir­ma est sur toutes les lèvres. Après le pas­sage d’un telle ca­tas­trophe, on ne peut que s’in­ter­ro­ger sur l’état de san­té de notre pla­nète. Bien que les fran­co­phones de l’Al­ber­ta vivent en si­tua­tion mi­no­ri­taire, n’ou­blions pas que nous fai­sons pa

Le Franco - - EDMONTON - HÉ­LÈNE LEQUITTE Ré­dac­trice en chef Le Fran­co

Une ca­tas­trophe de cette en­ver­gure res­te­ra cer­tai­ne­ment gra­vée dans les an­nales. À l’ins­tar de Pom­péi, l’ou­ra­gan Ir­ma au­ra mar­qué le vi­sage de l’hu­ma­ni­té et sans conteste dé­fi­gu­ré des pay­sages de carte pos­tale. Se­lon les ex­perts, l’île de SaintMar­tin au­rait été dé­vas­tée à 95%. Un chiffre sur­réa­liste qui n’est pas sans rap­pe­ler les sta­tis­tiques d’un bom­bar­de­ment. Les images sont cho­quantes avec l’éva­cua­tion par avion de femmes en­ceintes, d’en­fants sans pa­rent, d’adultes ayant tout per­du avec pour unique ef­fet per­son­nel une simple va­lise. Ces images de dé­tresse donnent l’im­pres­sion de voir les res­ca­pés d’une zone de guerre. Le monde reste cho­qué et tous les mé­dias s’in­ter­rogent et spé­culent sur le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. Sommes-nous en train de pas­ser un cap, un point de non-re­tour ? Car au­jourd’hui, l’ou­ra­gan Ir­ma est sans pré­cé­dent. Cet été, les feux en Co­lom­bie-Bri­tan­nique au­ront été par­ti­cu­liè­re­ment vi­ru­lents. Le sud de la France n’au­ra pas non plus été épar­gné. Et tout le monde se sou­vient, il y a deux ans, des in­cen­dies de Fort McMur­ray qui com­mence à peine à s’en re­mettre. En août 2016, un violent trem­ble­ment de terre avait frap­pé de plein fouet le centre de l’Ita­lie, dont l’ef­fet des se­cousses s’était sen­ti jus­qu’à Rome. La course de l’ou­ra­gan, lui, s’est di­ri­gée cette fois vers les Ca­raïbes, en pas­sant par Cu­ba, cau­sant au pas­sage une vaste inon­da­tion du centre-ville, pour en­suite se di­ri­ger vers la Flo­ride. Si le centre de Mia­mi s’en sort tant bien que mal, l’ar­chi­pel des Keys au­ra souf­fert, avec un quart de ses ha­bi­ta­tions dé­truites. Beau­coup de gens au­ront tout per­du, bien qu’ils s’en soient sor­tis in­demnes. L’une de nos an­ciennes étu­diantes, Alexan­dra de Moore, en stage l’an pas­sé au jour­nal Le Fran­co, a été éva­cuée d’ur­gence de l’île de Saint-Tho­mas, l’une des trois îles qui consti­tuent les Îles Vierges. Saine et sauve, Alexan­dra est ren­trée chez elle et se porte bien. Ce type de ca­tas­trophes nous rap­pelle à quel point la vie peut te­nir à un fil. La vio­lence et la fré­quence de plus en plus rap­pro­chée de ces phé­no­mènes na­tu­rels de­vraient nous ame­ner à ti­rer des le­çons concrètes de l’état de la si­tua­tion. “L’es­prit de consé­quence”, évo­qué par Em­ma­nuel Ma­cron, trou­ve­ra-t-il écho au­près de son ho­mo­logue amé­ri­cain Do­nald Trump, qui ne croit nul­le­ment à l’exis­tence du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique ? Une chose est sûre se­lon Jean-Marc Jan­co­vi­ci, as­so­cié fon­da­teur de Car­bone 4, un ca­bi­net spé­cia­li­sé dans la tran­si­tion éner­gé­tique et l’adap­ta­tion au chan­ge­ment cli­ma­tique, « le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique fa­vo­rise la for­ma­tion de l’in­ten­si­té des ou­ra­gans, c’est un fait do­cu­men­té de­puis 10 ou 15 ans ». Au­jourd’hui, le dé­fi se­ra de réus­sir à de­ve­nir co­hé­rent, avec une po­pu­la­tion mon­diale de près de 7 mil­liards d’ha­bi­tants. Conti­nuer à aug­men­ter la taille de l’éco­no­mie nous em­pê­che­ra t-il de res­pi­rer sur le long terme ? « Met­tons-nous d’ac­cord avec nous-mêmes », lance M. Jan­co­vi­ci. La co­hé­rence se­ra de mise pour les pro­chaines an­nées, car l’hu­ma­ni­té est bel et bien dans l’oeil du cy­clone !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.