SA­LON DE L'EM­PLOI BI­LINGUE UNIQUE

Le Franco - - LA UNE - PAR LU­CAS PILLERI

Le sa­lon de l’em­ploi bi­lingue, or­ga­ni­sé par Connexion Car­rière, a réuni mar­di 19 sep­tembre à Calgary près de 400 vi­si­teurs et une ving­taine d’em­ployeurs au Cam­pus Sud du Bow Col­lege. La ren­contre consti­tue une oc­ca­sion unique pour les cher­cheurs d’em­ploi et les em­ployeurs à la re­cherche de ta­lents bi­lingues de se ren­con­trer.

Cette an­née, une ving­taine d’em­ployeurs à la re­cherche de personnel ont pu échan­ger avec les vi­si­teurs. En par­ti­cu­lier, le personnel bi­lingue est convoi­té par de nom­breuses in­dus­tries : ser­vices à la clien­tèle, ma­ga­sins, sup­port té­lé­pho­nique, agence re­ve­nu Ca­na­da, agence de ser­vices aux contri­buables, Air Ca­na­da, pe­tite en­fance, en­sei­gne­ment, construc­tion… On re­cher­chait même de la main d’oeuvre pour les fu­turs Jeux d’hi­ver du Ca­na­da 2019 qui au­ront lieu à Red Deer !

UNE OP­POR­TU­NI­TÉ DE RÉSEAUTAGE UNIQUE

Er­wan Goas­doue, co­or­di­na­teur de programme à Connexion Car­rière Calgary et or­ga­ni­sa­teur du sa­lon de l’em­ploi, se fé­li­cite de l’af­fluence de cette édi­tion : « Par rap­port aux an­nées pré­cé­dentes, le tra­fic a été plus haut, en par­tie du fait que la po­pu­la­tion étu­diante est ve­nue ». Il faut dire que la for­mule même de l’évé­ne­ment sé­duit : « Le vo­lume cor­res­pond aux at­tentes, le sa­lon est re­la­ti­ve­ment court, sur une de­mi­jour­née seule­ment, et les gens dis­posent vrai­ment de temps pour échan­ger avec les vi­si­teurs ». Les de­man­deurs d’em­ploi re­con­naissent la va­leur des échanges, trou­vant des oreilles at­ten­tives au­près des re­cru­teurs, pou­vant échan­ger avec eux de ma­nière plus ap­pro­fon­die qu’à l’ac­cou­tu­mée. « Ça va plus loin que le réseautage tra­di­tion­nel », in­dique le res­pon­sable.

CONNEXION CAR­RIÈRE, « UNE PLATEFORME »

La mise en re­la­tion ne s’ar­rête pas au sa­lon. « Grâce à nos ou­tils et aux or­ga­nismes fran­co­phones par­te­naires, on reste connec­tés. Ce­la donne aux em­ployeurs un ac­cès di­rect à la com­mu­nau­té fran­co­phone », pré­cise M. Goas­doue. Les cher­cheurs d’em­ploi qui font le dé­pla­ce­ment pré­sentent bien sou­vent les com­pé­tences et ex­pé­riences re­cher­chées par les em­ployeurs. Cette adé­qua­tion s’ex­plique du fait que l’évé­ne­ment est « as­sez ci­blé », grâce no­tam­ment à une com­mu­ni­ca­tion en amont de Connexion Car­rière, via les mé­dias so­ciaux, l’in­fo­lettre et un bouche à oreille ef­fi­cace. En­fin, les par­te­naires com­mu­nau­taires jouent leur rôle de pas­se­relle et per­mettent de dif­fu­ser les in­vi­ta­tions.

UN CONTACT IM­POR­TANT POUR LES FRAN­CO­PHONES

Le sa­lon de l’em­ploi bi­lingue ras­semble beau­coup de nouveaux ar­ri­vants. Il est ain­si l’oc­ca­sion de se fa­mi­lia­ri­ser non seule­ment avec le mar­ché du tra­vail mais aus­si avec les or­ga­nismes fran­co­phones. Ce­la ex­plique la pré­sence de nom­breux par­te­naires com­mu­nau­taires, à l’ins­tar du CDÉA, de la So­cié­té de la pe­tite en­fance, de l’Al­liance fran­çaise, du CANAF et de la Ci­té des Ro­cheuses. Si le sa­lon est bi­lingue, c’est parce que la réa­li­té du mar­ché du tra­vail l’im­pose : « Seule­ment 0.4% des mé­tiers à Calgary ont le fran­çais comme par­tie in­té­grante », sou­ligne le res­pon­sable. Ain­si, dans ce contexte, le fran­çais est consi­dé­ré comme « une va­leur ajou­tée », qui doit né­ces­sai­re­ment « être appuyé par un an­glais qui a mi­ni­mum de pres­tance » se­lon Er­wan Goas­doue. Le co­or­di­na­teur rap­porte que la si­tua­tion est de­ve­nue dif­fi­cile ces der­niers temps pour les per­sonnes qui ne maî­tri­se­raient pas bien la langue de Sha­kes­peare. « Avec un mar­ché de l’em­ploi sa­tu­ré où la com­pé­ti­tion se dur­cit, il y a moins d’in­dul­gence vis-àvis de la­cunes éven­tuelles, même sur les chan­tiers », té­moigne-t-il. Pour les cher­cheurs d’em­ploi in­té­res­sés, la liste des ex­po­sants pré­sents lors du sa­lon ain­si que les postes en de­mande, ren­dez-vous sur : www.connexion­car­riere. ca/vos-ou­tils/sa­lon-de­re­cru­te­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.