RED DEER : CAM­PAGNE AN­TI-TA­BAC

POUR BIEN COM­MEN­CER L’AN­NÉE

Le Franco - - LA UNE - PAR SA­BINE VERZIER

Pour la pre­mière fois en Al­ber­ta, un pro­gramme de ces­sa­tion du ta­ba­gisme et des pro­duits de la ci­ga­rette sont of­ferts en Fran­çais par Al­ber­ta Health Ser­vices à Red Deer pen­dant une pé­riode de six se­maines. C’est du 22 jan­vier au 5 mars que les fran­co­phones de la ré­gion au­ront la pos­si­bi­li­té de se rendre à ces ate­liers or­ga­ni­sés tous les lun­dis, afin de se ren­sei­gner sur des techniques de sou­tien pour une vie sans ta­bac. En Al­ber­ta, c’est plus d’un de­mi-mil­lion d’ha­bi­tants qui fume ré­gu­liè­re­ment. Alors, c’est vrai, la ci­ga­rette est une ha­bi­tude dif­fi­cile à mettre de cô­té et par­fois, même les tem­pé­ra­tures gla­ciales ne suf­fisent pas à dé­cou­ra­ger les fu­meurs plus ar­dus. Dé­sor­mais, le pro­gramme Quit­core, un groupe de sou­tien gra­tuit, met à dis­po­si­tion les ou­tils né­ces­saires à ceux qui dé­si­rent se construire une vie sans ta­bac. Le ser­vice, qui existe dé­jà en an­glais dans la pro­vince, est main­te­nant of­fert en fran­çais par Joanne Mar­cotte, conseillère bi­lingue en dé­pen­dance et en ré­duc­tion du ta­ba­gisme à l’As­so­cia­tion ca­na­dienne-fran­çaise de l’Al­ber­ta (ACFA) de Red Deer.

UNE NOUVEAUTÉ

Comme Serge Gin­gras, di­rec­teur ré­gio­nal de l’ACFA de Red Deer, l’at­teste, « c’est une pre­mière fois ici ». L’ini­tia­tive a été pro­po­sée par Joanne Mar­cotte; « Nous en avons par­lé et nous nous sommes de­man­dé s’il y avait un be­soin pour notre com­mu­nau­té fran­co­phone. Nous avons dé­ci­dé d’es­sayer et de créer l’offre pour voir s’il y avait une de­mande pour la po­pu­la­tion de Red Deer et des alen­tours. » Le ser­vice, of­fert en an­glais, a par­fois connu des va­riantes dans dif­fé­rentes langues, mais seule­ment lors­qu’une de­mande par­ti­cu­lière était ex­pri­mée et l’ate­lier était alors ef­fec­tué avec un tra­duc­teur. Cette fois­ci, c’est une spé­cia­liste qui s’ex­prime dans la langue de Mo­lière afin de par­ta­ger tout ce qu’il y a à sa­voir sur l’ ar­rêt du ta­ba­gisme.

Les ate­liers, se dé­rou­lant une fois par se­maine, durent 90 mi­nutes. Les par­ti­ci­pants ap­prennent quelles sont les dif­fé­rentes stra­té­gies à adop­ter afin de pou­voir gé­rer les symp­tômes de stress liés à l’ar­rêt du ta­bac, et comment évi­ter les re­chutes. La phar­ma­co­thé­ra­pie, un moyen d’en­vi­sa­ger une tran­si­tion « douce » par un trai­te­ment de sub­sti­tu­tion de la ni­co­tine, est éga­le­ment abor­dée. C’est à tra­vers une com­bi­nai­son de conseils don­nés par des pro­fes­sion­nels et une aide mé­di­cale que l’aban­don du ta­bac atteint ses meilleurs taux de réus­sites.

Les par­ti­ci­pants bé­né­fi­cient éga­le­ment de sou­tien fi­nan­cier s’ils sou­haitent com­men­cer une thé­ra­pie de rem­pla­ce­ment de la ni­co­tine (TRN) par Al­ber­ta Health Ser­vices.

STA­TIS­TIQUES

Se­lon le son­dage réa­li­sé par Ca­na­dian To­bac­co Use en 2010, plus de la moi­tié des fu­meurs es­saient chaque an­née d’ar­rê­ter la ci­ga­rette, et ce, sans suc­cès. En plus d’un coût di­rect lié au ta­ba­gisme, c’est éga­le­ment un poids énorme pour la sé­cu­ri­té so­ciale où en Al­ber­ta, où plus de 3 000 per­sonnes meurent chaque an­née à cause du ta­ba­gisme et les frais de san­té as­so­ciés sont es­ti­més à en­vi­ron 470 mil­lions de dol­lars par an.

C’est vrai que le plus simple, c’est de ne pas com­men­cer. Mais une fois que c’est fait, il vaut mieux se don­ner toutes les chances afin de réus­sir à ar­rê­ter de fu­mer et de le faire d’une ma­nière saine et du­rable. Le pre­mier ate­lier se dé­rou­le­ra le 22 jan­vier et ac­cueille­ra jus­qu'à 25 par­ti­ci­pants. Si l’ar­rêt du ta­bac est dans vos ré­so­lu­tions pour cette an­née 2018, cette nou­velle ini­tia­tive est à suivre de près…

« IL FAUT ÊTRE MI­LI­TANT. IL FAUT CHOI­SIR DE PAR­LER EN FRAN­ÇAIS, DE VIVRE EN FRAN­ÇAIS. »

- ANNE LEVESQUE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.