UN AP­PUI À LA TRAN­SI­TION NU­MÉ­RIQUE

Le Franco - - LA UNE - PAR JEAN-PIERRE DU­BÉ (FRANCOPRESSE)

Le pro­chain bud­get fé­dé­ral com­pren­dra une aide pour l’in­dus­trie de l’information en pleine trans­for­ma­tion. C’est ce qu’a ré­vé­lé Jus­tin Tru­deau lors d’une en­tre­vue pu­bliée dans le journal Le Droit du 20 jan­vier. Sur les in­ten­tions du pre­mier mi­nistre, le ca­bi­net de la mi­nistre Mé­la­nie Jo­ly a don­né des pré­ci­sions qui semblent fa­vo­rables aux mé­dias en mi­lieu mi­no­ri­taire.

« Je suis pré­oc­cu­pé parce qu’on ne peut pas avoir une dé­mo­cra­tie en san­té si les ci­toyens ne sont pas bien in­for­més, a dé­cla­ré le chef du gou­ver­ne­ment. C’est es­sen­tiel pour le bon fonc­tion­ne­ment de notre société, et pas seule­ment pour la dé­mo­cra­tie. » Le pre­mier mi­nistre a re­con­nu le ma­laise dans les salles de nou­velles gé­né­ré par le chan­ge­ment dans les ha­bi­tudes de consom­mer de l’information. « Donc, comme on le fait pour bien des in­dus­tries, je trouve que le gou­ver­ne­ment a la res­pon­sa­bi­li­té d’ai­der et de fa­ci­li­ter cette tran­si­tion. » La nou­velle donne en­fin es­poir au pré­sident de l’As­so­cia­tion de la presse fran­co­phone, Fran­cis So­nier, après deux ans de pres­sion pour ob­te­nir l’at­ten­tion du fé­dé­ral. « C’est drô­le­ment in­té­res­sant d’en­tendre le pre­mier mi­nistre te­nir ce genre de pro­pos et ce n’est pas une coïn­ci­dence : on sent que ça bouge. » Le porte-pa­role de 18 jour­naux hors Qué­bec ré­vèle que de ré­cents contacts ont eu lieu avec le mi­nis­tère char­gé de gé­rer les pu­bli­ci­tés fé­dé­rales dans les mé­dias. « On a eu des dis­cus­sions avec Ser­vices pu­blics et Ap­pro­vi­sion­ne­ment Ca­na­da, ça de­vient très en­cou­ra­geant. Il y a une sen­si­bi­li­té qu’on ne sen­tait pas du­rant les der­niers mois. »

« NOUS AL­LONS TE­NIR COMPTE DES DIF­FÉ­RENCES LINGUISTIQUES »

Rap­pe­lant la hausse du bud­get de la Société Ra­dio-Ca­na­da et du Fonds pour les pé­rio­diques, le pre­mier mi­nistre a confié que le gou­ver­ne­ment étu­die « les fa­çons de fi­nan­cer cette tran­si­tion et d’ai­der au dé­ve­lop­pe­ment d’un mo­dèle qui fonc­tionne pour l’in­dus­trie, pour les gens qui y tra­vaillent, et pour les consom­ma­teurs qui ont be­soin d’une information de qua­li­té et fiable. Donc un a un rôle à jouer là-de­dans, et on va en avoir plus à dire après le bud­get. » Fran­cis So­nier est en­cou­ra­gé par ces dé­tails. «Oui, il faut ap­puyer l’in­dus­trie et aus­si les tra­vailleurs. Il y a eu beau­coup de cou­pures dans les res­sources hu­maines et ça veut dire moins de qua­li­té. Comme l’a dit le pre­mier mi­nistre, pour une dé­mo­cra­tie saine, ça prend des mé­dias forts.» L’at­ta­ché de presse de la mi­nistre Jo­ly, Si­mon Ross, confirme les plans du pre­mier mi­nistre. « À tra­vers nos consul­ta­tions et les tra­vaux du Co­mi­té per­ma­nent du Pa­tri­moine ca­na­dien, les Ca­na­diens nous ont clai­re­ment fait part de l’im­por­tance qu’ils ac­cordent à leurs nou­velles et à leur information lo­cales. Notre ap­proche se­ra de sou­te­nir l’in­no­va­tion, l’adap­ta­tion et la tran­si­tion vers le nu­mé­rique. » Trois autres élé­ments dé­taillent les ob­jec­tifs du gou­ver­ne­ment vi­sant no­tam­ment les mi­lieux mi­no­ri­taires. « Nous pren­drons des me­sures pour sou­te­nir l’information lo­cale de qua­li­té. Ce­pen­dant, toutes nos ac­tions de­vront res­pec­ter l’indépendance jour­na­lis­tique. Nous al­lons fa­vo­ri­ser l’ex­pé­ri­men­ta­tion et conti­nuer à te­nir compte des dif­fé­rences ré­gio­nales et linguistiques. »

« ON SE FAIT VAMPIRISER PAR FA­CE­BOOK ET GOOGLE »

En en­tre­vue, le pre­mier mi­nistre s’est mon­tré sen­sible à la frus­tra­tion des jour­na­listes qui voient leurs ar­ticles re­pris dans les mé­dias so­ciaux qui, en même temps, pi­ratent leurs re­ve­nus pu­bli­ci­taires et ap­pau­vrissent les salles de nou­velles. «Je viens de lire un livre très in­té­res­sant qui par­lait de la mau­vaise dé­ci­sion du New York Times de per­mettre à Fa­ce­book d’ac­cé­der à leur conte­nu ». Cette ques­tion fait sur­sau­ter le pré­sident et édi­teur du Droit, Pierre-Paul No­reau. « On est in­quiet de consta­ter que le fé­dé­ral in­ves­tit mas­si­ve­ment lui-même dans Fa­ce­book et Google et dé­laisse les mé­dias de son propre pays, comme s’il avait conclu qu’il n’y a pas de va­leur là-de­dans. » Se­lon l’édi­teur, les mé­dias tentent de se dé­brouiller. « On est sur In­ter­net, on a dé­ve­lop­pé des ap­pli­ca­tions, on tra­vaille très fort pour of­frir de nou­veaux pro­grammes à nos par­te­naires. Mais on se fait vampiriser par Fa­ce­book et Google qui prennent nos conte­nus sans payer de re­de­vances. » Il rap­pelle que lorsque les jour­naux ca­na­diens vendent des an­nonces, ils paient des taxes, alors que les géants du Web en sont exempts. Jus­tin Tru­deau a ré­ité­ré en en­tre­vue que l’aide fé­dé­rale n’épar­gne­ra pas les mo­dèles d’af­faires qui ne fonc­tionnent plus, mais ap­puie­ra les nou­velles ap­proches. Cette af­fir­ma­tion contra­rie Pierre-Paul No­reau : «Dites-moi où vous les voyez, les nou­veaux mo­dèles. Je ne vois pas qu’il y en ait au Ca­na­da qui ont trou­vé la for­mule ma­gique. Elle n’existe pas. » Au­cune date n’a en­core été fixée pour l’an­nonce du bud­get 2018.

« JE TROUVE QUE LE GOU­VER­NE­MENT A LA RES­PON­SA­BI­LI­TÉ D’AI­DER ET DE FA­CI­LI­TER CETTE TRAN­SI­TION. »

- JUS­TIN TRU­DEAU

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.