SA­LON DE L’EM­PLOI : ÊTRE BIEN PRÉ­PA­RÉ

Le Franco - - LA UNE - PAR FUAT SEKER

Connexion Car­rière a or­ga­ni­sé le 24 avril, la 14e édi­tion du Sa­lon de l’em­ploi bi­lingue au Bow Val­ley Col­lège. Près de 200 vi­si­teurs fran­co­phones y ont par­ti­ci­pé. Cet évè­ne­ment au­ra per­mis aux per­sonnes à la re­cherche d’un em­ploi d’être mises en re­la­tion avec des em­ployeurs et des four­nis­seurs of­frant des ser­vices en fran­çais. Ra­pide tour d’ho­ri­zon de ce Sa­lon.

Au to­tal, ce sont plus de 28 en­tre­prises et or­ga­nismes qui ont ré­pon­du pré­sents pour ren­con­trer les de­man­deurs d’em­ploi. Plu­sieurs di­zaines de postes étaient pro­po­sés dans dif­fé­rents do­maines d’ac­ti­vi­tés, tels que les secteurs ma­nu­fac­tu­riers, les ser­vices à la clien­tèle, ou en­core le sport. « De nom­breux em­ployeurs ont confir­mé avoir in­vi­té des can­di­dats pour des en­tre­vues, et l’un d’entre eux a même com­men­cé à tra­vailler le len­de­main du sa­lon », nous confie Er­wan Goas­doué, coor­di­na­teur de pro­gramme à Connexion Car­rière. Si les re­tours sur l’évè­ne­ment sont po­si­tifs et l’or­ga­nisme sa­tis­fait, M. Goas­doué et son équipe ont pris des notes sur cer­tains points afin d’amé­lio­rer les pro­chains sa­lons.

DES CHER­CHEURS AC­TIFS, PAS DES TOU­RISTES !

Du cô­té des ex­po­sants, le re­tour est tout aus­si po­si­tif puisque le coor­di­na­teur des pro­grammes ad­met, « qu’ils étaient im­pres­sion­nés par la per­ti­nence des can­di­dats et par la ma­nière dont ils ont été re­çus ». Afin de les ac­com­pa­gner au maxi­mum, Connexion Car­rière avait pro­po­sé en amont une pré­pa­ra­tion au­près de ces de­man­deurs d’em­ploi. Cette der­nière s’ap­pelle, "Trucs de Pro" (voir en­ca­dré). Com­po­sée de quatre étapes, elle consiste à pro­di­guer des conseils et des sug­ges­tions afin que les cher­cheurs d’em­ploi sachent à quoi s’at­tendre avant, pen­dant et après l’évè­ne­ment.

DER­NIER AR­RI­VÉ ? DER­NIER SER­VI !

La ma­jo­ri­té des de­man­deurs d’em­ploi pré­sents lors de ce Sa­lon était pour la plu­part des nou­veaux ar­ri­vants, dont l’ar­ri­vée re­monte à il y a moins de deux ans. Un constat qui va dans le sens de l’Ins­ti­tut de re­cherche et d'in­for­ma­tions so­cioé­co­no­miques (IRIS). Se­lon une étude qu'il a pu­blié en 2016, les nou­veaux ar­ri­vants conti­nuent d’être vic­times de dis­cri­mi­na­tion sur le mar­ché du tra­vail. Alors que le taux de chô­mage au Ca­na­da s'élève à seule­ment 5,7% de la po­pu­la­tion, ce­lui des nou­veaux ar­ri­vants est de 11,2 % . Georges Alain Groeme, lui-même à la re­cherche d’un em­ploi lors du sa­lon re­marque « qu'il existe ac­tuel­le­ment un fos­sé entre les nom­breux im­mi­grants cher­chant un em­ploi, et les em­ployeurs vou­lant pour­voir les postes dis­po­nibles ». En at­ten­dant, le pro­chain sa­lon se tien­dra le 20 sep­tembre 2018.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.