MA­RIE-PIER, LA SU­PER HÉ­ROÏNE DU SPORT SAN­TÉ.

Le Franco - - ÉDUCATION - PAR FUAT SE­KER

Club des nin­jas san­té, vol­ley-ball, club de course, yo­ga, dé­fi Pierre La­voie…Bref, tous les stra­ta­gèmes sont bons pour don­ner le goût de l’ac­ti­vi­té phy­sique aux élèves ! Ma­rie-Pier De­lange, en­sei­gnante au pri­maire de l'école Nou­velle Fron­tière de Grande Prai­rie est une pas­sion­née de l’ac­ti­vi­té phy­sique en plein air. Celle qui clame haut et fort ne pas avoir de té­lé­vi­seur à la mai­son, veut lut­ter contre la sé­den­ta­ri­sa­tion de la nou­velle gé­né­ra­tion. L’idée lui est ve­nue alors qu’elle était elle-même à l’école. « Lorsque j’étais au se­con­daire, il y avait cette en­sei­gnante, Mme Fran­cine. Elle était ap­pré­ciée de tous, et elle se dé­vouait corps et âme pour le bien-être des élèves. C’était mon idole, je vou­lais faire comme elle ». Plus de 10 ans plus tard, et avec des stra­ta­gèmes dif­fé­rents parce que l’époque a chan­gé, Ma­riePier per­pé­tue la trans­mis­sion du goût de l’ef­fort. Cette en­sei­gnante pro­pose des ac­ti­vi­tés phy­siques ba­sées sur le plai­sir et non la com­pé­ti­tion. « Plus jeune je n’ai ja­mais eu de suc­cès en sport, je n’étais pas per­for­mante et pour­tant au­jourd’hui je fais plus de 10h de sport par se­maine ». Entre les se­mi-ma­ra­thons, le ski de fond, les randonnées, et le vé­lo de route, Ma­riePier est une bou­li­mique de la dé­pense phy­sique. À une époque où les en­fants ont un dé­fi­cit de mou­ve­ment, seu­le­ment 9% d'entre eux font les 60 mi­nutes d'ac­ti­vi­té phy­sique jour­na­lière (source : sta­tis­tiques Ca­na­da – oc­tobre 2017). En li­sant ce constat, on se rend compte que Ma­rie-Pier s’est en réa­li­té em­pa­rée d’un pro­blème de so­cié­té. En di­sant, « qu’ap­prendre à bou­ger est aus­si im­por­tant qu'ap­prendre à lire ou à écrire », c’est un peu comme si elle de­ve­nait le su­per héros du « sport san­té ». Elle lutte contre le fléau tech­no­lo­gique, et com­bat un vrai pro­blème so­cié­tal de plus en plus ré­pan­du. D’après elle, « les en­fants ne vont plus à l'école à pied, ils jouent de moins en moins de­hors, et ils passent de plus en plus de temps de­vant un écran ».

CHAM­PIONNE DE LA SAN­TÉ DE L’ÉCOLE

Bien dans sa peau et confiante, elle peut à son tour trans­mettre ce qu’elle a re­çu. Nom­mée cham­pionne de la san­té de l’école pour la troi­sième an­née consé­cu­tive par la Fé­dé­ra­tion des sports fran­co­phones de l’Al­ber­ta, Ma­rie-Pier prend son rôle très à coeur. « La clé c’est la pré­ven­tion ! Un élève ayant ac­quis une ex­pé­rience po­si­tive au­ra plus de chances d'être ac­tif pour la vie », sou­ligne-t-elle. Au­jourd'hui, sans nul doute qu’elle lais­se­ra son em­preinte à l’école Nou­velle Fron­tière de Grande Prai­rie. Sa dé­marche est en­trée dans les moeurs. Chaque an­née les évè­ne­ments sont re­con­duits avec une pe­tite nou­veau­té en prime. Le suc­cès est bel et bien au ren­dez-vous. « À la louche, je di­rais qu’en­vi­ron 90% des élèves par­ti­cipent aux ac­ti­vi­tés pro­po­sées ».

Ma­rie-Pier De­lange fait plus de 10 heures de sport par se­maine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.