CHAN­GE­MENT CLI­MA­TIQUE : LA PLA­NÈTE FLAMBE

Le Franco - - LA UNE - JEAN-PIERRE DUBÉ (FRANCOPRESSE)

Il se­ra im­pos­sible pour le Ca­na­da d’at­teindre sa cible de ré­duire les gaz à ef­fet de serre fixé pour 2020 dans le cadre de l’Ac­cord de Pa­ris, se­lon la com­mis­saire à l’en­vi­ron­ne­ment et au dé­ve­lop­pe­ment du­rable du Ca­na­da. Alors que les 195 pays si­gna­taires du pacte étaient réunis cette se­maine à Bonn (Allemagne) pour pré­pa­rer le som­met de dé­cembre, le Co­mi­té sé­na­to­rial de l’éner­gie, de l’en­vi­ron­ne­ment et des res­sources na­tu­relles pu­bliait un rap­port plai­dant pour une « so­cié­té sans car­bone » d’ici 2030.

Le Co­mi­té ré­sume le di­lemme na­tio­nal dans son qua­trième rap­port sur la ques­tion. «En 2015, plus de 700 000 em­plois au pays étaient at­tri­buables à l’in­dus­trie pé­tro­lière et ga­zière, qui a contri­bué à 142 mil­liards de dol­lars au pro­duit in­té­rieur brut (PIB). Ce­pen­dant, cette in­dus­trie consti­tue aus­si la plus grande émet­trice de GES (26 %) et la prin­ci­pale source de la crois­sance des émis­sions. »

LA CIBLE DE 2030 EXIGE UNE TRANS­FOR­MA­TION TITANESQUE

Ci­tée dans le rap­port, la com­mis­saire à l’en­vi­ron­ne­ment et au dé­ve­lop­pe­ment du­rable, Ju­lie Gel­fand, re­con­nait qu’en rai­son de son in­ac­tion, « le Ca­na­da a ra­té des oc­ca­sions » et « que le pays ra­te­ra l’ob­jec­tif de ré­duc­tion fixé (17 % sous les ni­veaux de 2005) pour 2020».

At­teindre la cible de 2030 exi­ge­rait «une trans­for­ma­tion titanesque des modes de pro­duc­tion et des ha­bi­tudes de consom­ma­tion d’éner­gie, es­time le Co­mi­té. Il faut conce­voir une so­cié­té es­sen­tiel­le­ment trans­for­mée et sans car­bone. »

La consom­ma­tion du pé­trole conti­nue d’aug­men­ter, dé­pas­sant pour la pre­mière fois en dé­cembre la barre sym­bo­lique de 100 mil­lions de ba­rils par jour. D’après l’Agence in­ter­na­tio­nale de l’éner­gie, le pé­trole et le char­bon consti­tuent 81 % de la consom­ma­tion mon­diale, com­pa­ra­ti­ve­ment à seule­ment 4 % pour les éner­gies re­nou­ve­lables. Se­lon les po­li­tiques cou­rantes, l’uti­li­sa­tion des éner­gies fos­siles conti­nue­rait sa pro­gres­sion pour en­core quelques dé­cen­nies afin de nour­rir la bou­li­mique pla­nète.

La Ma­ni­to­baine Fran­çoise Ther­rien Vri­gon n’est pas sur­prise des ra­tés ca­na­diens. « Ayant sui­vi les po­li­tiques (du gou­ver­ne­ment) Har­per, je n’ai ja­mais pen­sé qu’on al­lait at­teindre les cibles. C’était juste un ‘’pass the buck’’ au pro­chain gou­ver­ne­ment.

« Ce que j’en­tends au­tour de moi, note la can­di­date du Par­ti vert aux élec­tions par­tielles dans le com­té pro­vin­cial de Saint-Bo­ni­face, c’est qu’on ne peut pas se fier au fé­dé­ral ni aux gou­ver­ne­ments pro­vin­ciaux dans la si­tua­tion ac­tuelle pour at­teindre les cibles qu’on veut se don­ner comme so­cié­té. »

FRAN­ÇOISE THER­RIEN VRI­GON, CAN­DI­DATE À SAINT-BO­NI­FACE

Pour avan­cer, pro­pose l’as­pi­rante au siège de l’an­cien chef néo-dé­mo­crate Greg Se­lin­ger, il fau­dra se dé­ta­cher des éner­gies fos­siles. « On veut une éco­no­mie lo­cale plus verte, des au­to­bus élec­triques, du trans­port ac­tif et des oc­trois pour rendre nos en­tre­prises plus vertes. » La can­di­date dé­plore l’at­ten­tion mé­dia­tique cen­trée sur le pro­jet d’oléo­duc Trans Moun­tain de la côte ouest alors que le Sud-Ouest ma­ni­to­bain est le théâtre de frac­tu­ra­tions pé­tro­lières. « Ce n’est pas juste dans l’Ouest qu’il y a des conflits, mais on n’en parle pas. » Le chan­tier de Bak­ken Oil Fields s’étend sur deux pro­vinces et deux états amé­ri­cains.

Fran­çoise Ther­rien Vri­gnon est tou­te­fois ins­pi­rée par la coa­li­tion entre le NPD et le Par­ti vert en Co­lom­bie-Bri­tan­nique qui a for­mé un gou­ver­ne­ment mi­no­ri­taire. « On est en train de blo­quer le pro­jet de pi­pe­line. C’est tel­le­ment en­cou­ra­geant pour ma gé­né­ra­tion de voir qu’une coa­li­tion, ça fonc­tionne. On ne voit pas sou­vent des en­tentes à l’ex­té­rieur des lignes par­ti­sanes. »

RYAN MIELI, CHEF DU NPD EN SAS­KAT­CHE­WAN

La donne pour­rait chan­ger aus­si dans la pro­vince voi­sine où le nou­veau chef du par­ti néo-dé­mo­crate ten­te­ra de ren­ver­ser le Sas­kat­che­wan Par­ty en 2020. Ryan Mieli n’est pas non plus éton­né de l’échec des cibles. « Plu­sieurs pro­vinces n’ont pas fait l’ef­fort né­ces­saire pour di­mi­nuer leurs émis­sions, par­ti­cu­liè­re­ment la Sas­kat­che­wan qui a re­fu­sé toute ac­tion sur le chan­ge­ment cli­ma­tique. Mais tout le monde est res­pon­sable : le fé­dé­ral, les pro­vinces, les in­dus­tries et les gens qui font des choix. »

Si le néo-dé­mo­crate ap­plau­dit le cadre na­tio­nal éla­bo­ré par Ot­ta­wa, il dé­plore que l’adhé­sion des pro­vinces n’ait pas été una­nime. « Notre pro­vince a choi­si de ne pas faire par­tie des ini­tia­tives fé­dé­rales. Et on va se faire im­po­ser le plan d’Ot­ta­wa. C’est une er­reur. » Le par­ti de Ryan Mieli pré­pare un pro­gramme vert qui mi­ni­mi­se­rait les in­ci­dences sur l’éco­no­mie. « Nous al­lons pro­té­ger les fa­milles pour que le coût de la vie ne monte pas trop, les in­dus­tries qui sont ex­po­sées sur le mar­ché in­ter­na­tio­nal et l’agri­cul­ture qui uti­lise beau­coup d’éner­gie. »

Le co­mi­té pré­si­dé par la sé­na­trice qué­bé­coise Ro­sa Gal­vez pro­dui­ra plus tard cette an­née un rap­port fi­nal re­com­man­dant des pistes pour at­teindre les pro­chaines cibles ca­na­diennes.

Le chef du NPD de la Sas­kat­che­wan, Ryan Mieli (en com­pa­gnie du chef na­tio­nal Jag­meet Singh)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.