AIRDRIE AU REN­DEZ-VOUS !

Le Franco - - JEUNESSE - PAR SA­BINE VERZIER

La qua­trième édi­tion des Têtes ra­sées s’est dé­rou­lée le 1er juin à l’École fran­co­phone d’Airdrie. Plus de 25 élèves se sont pris au jeu et ont ra­sé leurs che­veux afin de sou­te­nir la cause de Kids Can­cer Care. Afin de sou­te­nir cet or­ga­nisme ai­dant les en­fants at­teints de can­cer, l’école es­père ré­col­ter 10 000 $ grâce à la par­ti­ci­pa­tion des élèves, des en­sei­gnants et des membres de la com­mu­nau­té d’Airdrie.

« C’est une cause qui nous tient à coeur, car on connaît des gens dans la com­mu­nau­té qui sont tou­chés, et ce­la at­teint tout le monde. Ce­la nous per­met d’en par­ler sans rendre le tout dra­ma­tique », ex­plique Sté­pha­nie St-Jean, en­sei­gnante ma­ter­nelle à l’école fran­co­phone d’Ai­drie. L’école est ha­bi­tuée à ce genre d’évé­ne­ments : une an­née sur deux, elle ac­cueille ce dé­fi des Têtes ra­sées or­ga­ni­sé par Kids Can­cer Care et l’évé­ne­ment est tou­jours re­çu avec suc­cès par les élèves et les pa­rents.

LA PAR­TI­CI­PA­TION DE LA COM­MU­NAU­TÉ : UNE NÉ­CES­SI­TÉ

« Ces évé­ne­ments re­pré­sentent 30 % de l’ar­gent qui sert à fi­nan­cer nos ac­ti­vi­tés », dé­clare Nik­ki La­marche, spé­cia­liste des pro­grammes de Kids Can­cer Care. L’ar­gent ré­col­té grâce aux cen­taines de le­vées de fonds se dé­rou­lant dans l’Alberta chaque an­née per­met aux en­fants de bé­né­fi­cier de di­vers ser­vices : des camps gratuits pen­dant l’été, la pos­si­bi­li­té de par­ti­ci­per à des pro­grammes de villes pour les en­fants avec un sys­tème im­mu­ni­taire fra­gile, l’ob­ten­tion de tu­teurs pour les élèves en dif­fi­cul­té d’ap­pren­tis­sage, la re­cherche pour le can­cer… « Notre pro­gramme dans les écoles a com­men­cé en 1998. De­puis, nous avons ré­col­té plus de 10 mil­lions de dol­lars sur plus de 20 ans. Des cen­taines d’élèves se sont ra­sé les che­veux de­puis », ajoute-t-elle.

DES COU­RA­GEUX ET… UNE COU­RA­GEUSE

Par­mi les 25 élèves qui sont re­par­tis avec des che­veux en moins ce jour-là, une jeune élève s’est dé­mar­quée par­mi la foule. Charlotte Harrison était la seule fille qui s’est ra­sée la tête à l’école, ac­com­pa­gnée de son frère et de son père qui se sont aus­si joints à la cause. « Nous avons un très bon re­tour de la com­mu­nau­té. Les pa­rents adorent et ils veulent y par­ti­ci­per en se ra­sant les che­veux éga­le­ment. Notre ob­jec­tif est de 10 000 dol­lars et nous avons tou­jours quelques se­maines pour le­ver des fonds », té­moigne Mme St Jean.

UNE INI­TIA­TIVE DIS­PO­NIBLE EN FRAN­ÇAIS

« Nous pou­vons nous dé­pla­cer dans plu­sieurs écoles mais pour l’ins­tant nous n’avons pas été ap­pro­chés par plus d’écoles fran­co­phones », in­dique Nik­ki La­marche. L’école fran­co­phone d’Airdrie est pour l’ins­tant la seule école fran­co­phone à ac­cueillir cet évé­ne­ment de Kids Can­cer Care en Alberta. Les ser­vices de l’or­ga­nisme peuvent ain­si être of­ferts en fran­çais et ce­la même du­rant les camps d’été. Un évé­ne­ment qui peut peut-être don­ner des idées afin de sou­te­nir une cause im­por­tante, qui concerne tout le monde.

Charlotte Harrison était la seule fille qui s’est ra­sée la tête à l’école, ac­com­pa­gnée de son frère et de son père qui se sont aus­si joints à la cause.

L’école fran­co­phone d’Airdrie est pour l’ins­tant la seule école fran­co­phone à ac­cueillir cet évé­ne­ment de Kids Can­cer Care en Alberta.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.