CENTRE DES AMÉRIQUES BIEN­TÔT À GRANDE PRAIRIE

Le Franco - - LA UNE - PAR HÉLÈNE LEQUITTE

Cette an­née, du 5 au 7 sep­tembre, c’est Grande Prairie qui a été choi­sie pour ac­cueillir le ren­dez-vous du Ré­seau des villes francophones et francophiles d’Amé­rique. Au pro­gramme : trois jours d’ate­liers et de confé­rences vi­sant à re­vi­ta­li­ser et pro­mou­voir les com­mu­nau­tés francophones. Le tout dans une ap­proche in­clu­sive et so­li­daire, deux va­leurs phares de la francophonie in­ter­na­tio­nale.

Le Ré­seau des villes francophones et fran­co­phile d’Amé­rique est un ré­seau pour les amou­reux de la francophonie qui compte plus de 140 villes membres. Son ob­jec­tif : mettre en avant les atouts tou­ris­tiques, his­to­riques et cultu­rels des villes francophones à tra­vers le conti­nent. « Il faut que les villes membres et non membres puissent se ren­con­trer, sou­ligne De­nis Des­ga­gné, pré­sident-di­rec­teur gé­né­ral du Centre de la francophonie des Amériques. On pro­fite de l’oc­ca­sion pour dé­ve­lop­per les ca­pa­ci­tés des com­mu­nau­tés à dé­ve­lop­per des ré­seaux tou­ris­tiques, cultu­rels et éco­no­miques ».

UNE PRE­MIÈRE EN AL­BER­TA

« C’est tel­le­ment ex­tra­or­di­naire », s’ex­clame De­nis Des­ga­gné. Tous les deux ans, le Ré­seau se ras­semble pour une très grande réunion de bi­lan avec 300 à 400 per­sonnes is­sues des quatre coins des Amériques, et, à la grande sur­prise du res­pon­sable, les membres ont sou­hai­té se re­trou­ver à Grande Prairie. « Je trouve ça tel­le­ment for­mi­dable. La francophonie s’ouvre. Qui au­rait dit il y a trente ans que Grande Prairie ac­cueille­rait cette ren­contre in­ter­na­tio­nale de la francophonie ? » C’est en fait une pre­mière dans l’Ouest ca­na­dien. « C’est l’oc­ca­sion de mettre en va­leur cette nou­velle francophonie dy­na­mique, un coin où il y a de plus en plus d’ap­pre­nants en fran­çais », re­marque le res­pon­sable. La ren­contre mon­tre­ra en quoi le Ré­seau est un le­vier de dé­ve­lop­pe­ment pour la francophonie de l’Ouest tout en fai­sant la pro­mo­tion de la francophonie al­ber­taine au­près des par­ti­ci­pants ve­nus de par­tout dans les Amériques. « Sou­vent on pense que la francophonie c’est le Qué­bec, ça nous per­met de dire que non, il y a une francophonie très vi­vante et vi­brante en Al­ber­ta », pré­cise De­nis Des­ga­gné.

DES CLEFS DE RÉFLEXION

Au pro­gramme de la ren­contre : trois jours d’ate­liers et de confé­rences sous le thème Pro­mou­voir la cul­ture fran­co­phone au sein de nos com­mu­nau­tés an­glo­phones. « On donne des ate­liers dont beau­coup portent sur l’his­toire, la re­vi­ta­li­sa­tion cultu­relle, la tech­no­lo­gie so­ciale, la fa­çon dont l’his­toire a un im­pact sur le dé­ve­lop­pe­ment, la cul­ture comme ou­til, l’éco­no­mie col­la­bo­ra­tive », énu­mère De­nis Des­ga­gné. Les par­ti­ci­pants y trou­ve­ront aus­si des dis­cus­sions très per­ti­nentes sur la francophonie al­ber­taine : dé­ve­lop­pe­ment du quar­tier fran­co­phone de Bon­nie Doon à Edmonton, an­nonce par le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial de la Po­li­tique en ma­tière de francophonie et créa­tion du Con­seil consul­ta­tif pro­vin­cial fran­co­phone se­ront ain­si dis­cu­tées. « On est aus­si là pour dé­mon­trer le ta­lent et le dy­na­misme de la com­mu­nau­té fran­co-al­ber­taine. Les gens vont bai­gner dans cette francophonie-là pen­dant trois jours », re­lève le PDG du Centre.

UN RE­TOUR CONCERTÉ AUX RACINES

De­puis l’adop­tion de son plan stra­té­gique en 2015, le Ré­seau ac­com­pagne les com­mu­nau­tés francophones pour im­plan­ter des cir­cuits et routes tou­ris­tiques. L’or­ga­ni­sa­tion a eu un im­pact très po­si­tif sur les re­la­tions entre les com­mu­nau­tés francophones et les gou­ver­ne­ments mu­ni­ci­paux. « On n’a pas cette ha­bi­tude, car nos re­la­tions ont tou­jours été sur­tout avec le fé­dé­ral », note De­nis Des­ga­gné. Ain­si, de plus en plus, les or­ga­nismes francophones et les villes tra­vaillent main dans la main sur ce « pro­jet de so­cié­té ». Au coeur de la dé­marche, la prise de conscience que le pa­tri­moine his­to­rique et cultu­rel consti­tue un atout in­ex­ploi­té. « Les pro­duits de ter­roir re­vivent, le mou­ve­ment est en train de re­prendre vie. Et c’est payant à la fois pour les francophones, pour les villes et la ma­jo­ri­té an­glo­phone », ob­serve le di­rec­teur du Centre de la francophonie des Amériques. Le ré­sul­tat fi­nal es­pé­ré : la va­lo­ri­sa­tion du par­ler fran­çais et la re­vi­ta­li­sa­tion des villes au ni­veau cultu­rel et éco­no­mique. La so­li­da­ri­té est de mise dans le pro­jet. « Ça prend toute une com­mu­nau­té », fait re­mar­quer De­nis Des­ga­gné. Ce « pro­ces­sus de fier­té et de re­vi­ta­li­sa­tion » dé­pend des liens entre les or­ga­nismes et les villes. « On doit bri­ser l’iso­le­ment. Le pro­jet de cor­ri­dor tou­ris­tique fran­co­phone de RDÉE Ca­na­da [Ré­seau de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et d’em­ploya­bi­li­té] en est un exemple. Les mi­nistres de la francophonie ca­na­dienne se ren­contrent et dis­cutent. » Un beau pro­jet de so­cié­té est en train de naître, croit le fran­co­phile, le tout dans un mou­ve­ment in­clu­sif qui mêle Fran­co-Ca­na­diens de longue date, nou­veaux ar­ri­vants et francophones de langue se­conde. « C’est un pro­jet qui réunit », conclut De­nis Des­ga­gné. Cette so­li­da­ri­té se trouve au coeur des pré­oc­cu­pa­tions du Centre pour faire avan­cer les choses. Pour De­nis Des­ga­gné, la vi­sion est claire : « Ce sont les citoyens qui vont faire la francophonie, ça ne peut pas ve­nir d’un état ou seule­ment des ins­ti­tu­tions comme l’OIF [Or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale de la Francophonie]. Ça vient de l’en­semble de nos éner­gies, de nos sy­ner­gies même. Il faut mo­bi­li­ser le maximum de joueurs. Il y a beau­coup plus de fran­co­phi­lie qu’on ima­gine ! » Avis donc à tous les francophones et francophiles : Grande Prairie se­ra la ville la plus fran­co­phone du monde du 5 au 7 sep­tembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.