FON­DA­TION COEUR ET AVC FER­ME­TURE DE CER­TAINS BU­REAUX

Le Franco - - LA UNE - PAR FUAT SEKER

Fai­sant face à un en­vi­ron­ne­ment de col­lecte de fonds dif­fi­cile et en constante évo­lu­tion, la Fon­da­tion des ma­la­dies du coeur et de l'AVC du Ca­na­da ré­duit son parc im­mo­bi­lier. Des bu­reaux en Al­ber­ta et ailleurs au pays ferment leurs portes.

Sur les 25 bu­reaux qui ferment dans tout le pays, trois se trouvent en Al­ber­ta. Ce sont les bu­reaux de Grand Prai­rie, Red Deer, et Sou­thern AB qui en fe­ront les frais. « Les pres­sions fi­nan­cières nous obligent à prendre des me­sures de ré­duc­tion des coûts », af­firme Da­na Ades-Lan­dy, chef de la di­rec­tion au Qué­bec de la Fon­da­tion des ma­la­dies du coeur et de l’AVC.

Comme de nom­breux or­ga­nismes de bien­fai­sance, la Fon­da­tion Coeur et AVC fait face à une si­tua­tion éco­no­mique dif­fi­cile, et se doit de ré­duire son parc im­mo­bi­lier, afin de « maxi­mi­ser l’in­ves­tis­se­ment dans la re­cherche qui sauve des vies, dans la pro­mo­tion de la san­té, et dans le dé­ve­lop­pe­ment des stra­té­gies et de po­li­tiques en san­té », pour­suit-elle.

L’une des pistes trou­vées afin d’op­ti­mi­ser les re­ve­nus est de s’adap­ter à l’évo­lu­tion des pra­tiques, car comme le sou­ligne Da­na Ades-Lan­dy, « il faut s’adap­ter au pro­grès tech­no­lo­gique. De plus en plus de per­sonnes uti­lisent in­ter­net et le site web de la fon­da­tion pour faire des dons, or­ga­ni­ser des évé­ne­ments de fi­nan­ce­ment ou trou­ver de l’in­for­ma­tion ».

Pour ac­com­pa­gner ce vi­rage nu­mé­rique, la Fon­da­tion des ma­la­dies du coeur et de l’AVC fait peau neuve avec un site web plus in­tui­tif et convi­vial qui in­clut une pla­te­forme très fa­cile à uti­li­ser nom­mée Ma Col­lecte

(www.coeu­re­tavc.ca) : « cette der­nière amène les uti­li­sa­teurs à or­ga­ni­ser leur propre col­lecte de fonds per­son­na­li­sée au pro­fit de Coeur + AVC », pré­cise la chef de la di­rec­tion au Qué­bec de la Fon­da­tion des ma­la­dies du coeur et de l’AVC.

Même si des bu­reaux ferment phy­si­que­ment, les com­mu­nau­tés se­ront tou­jours des­ser­vies, no­tam­ment grâce à des bu­reaux à do­mi­cile. Alors que cer­tains em­ployés vont conti­nuer à tra­vailler de la mai­son, cer­tains postes se­ront mal­heu­reu­se­ment clô­tu­rés ou alors cer­tains postes va­cants sup­pri­més. « Nous se­rons en­core pré­sents avec Sau­tons en coeur, notre cam­pagne an­nuelle de dé­mar­chage, et des ac­ti­vi­tés de fi­nan­ce­ment conti­nue­ront d’être or­ga­ni­sées dans les com­mu­nau­tés », as­sure Da­na Ades-Lan­dy.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.