TRANS MOUN­TAIN SUS­PEN­DU

Le Franco - - LA UNE - PAR FUAT SEKER

La Cour d’ap­pel fé­dé­rale a sus­pen­du jeu­di 30 août la construc­tion de l’oléo­duc contro­ver­sé du Trans Moun­tain cen­sé ache­mi­ner le pé­trole al­ber­tain via la Co­lom­bie-Bri­tan­nique vers la côte Pa­ci­fique ca­na­dienne. Se­lon la jus­tice, le gou­ver­ne­ment n’a pas suf­fi­sam­ment consul­té les po­pu­la­tions au­toch­tones, et a mal éva­lué les consé­quences sur l’en­vi­ron­ne­ment avant de dé­mar­rer le chan­tier.

On as­siste à une ava­lanche de ré­ac­tions de­puis que le gou­ver­ne­ment ca­na­dien a su­bi un re­vers ju­di­ciaire dans son pro­jet d’ex­pan­sion du pi­pe­line Trans Moun­tain. « Nous ga­gnons », a ré­cem­ment dé­cla­ré Rue­ben George, du peuple au­toch­tone Ts­leil-Wau­tuth ori­gi­naire du Sud-Ouest ca­na­dien. Le por­te­pa­role de Green­peace Ca­na­da, Pa­trick Bo­nin, parle de « vic­toire ma­jeure ». Et tan­dis que le pre­mier mi­nistre de la Co­lom­bie-Bri­tan­nique, John Hor­gan, parle d’un « grand jour », son ho­mo­logue de l’Al­ber­ta, Ra­chel Not­ley, évoque un ju­ge­ment « mau­vais », et an­nonce le re­trait de l’Al­ber­ta du pro­gramme na­tio­nal de lutte contre les chan­ge­ments cli­ma­tiques.

Cette af­faire à re­bon­dis­se­ment, c’est un peu Da­vid contre Go­liath, l’éco­lo­gie face à l’éco­no­mie, et la na­ture contre l’ar­gent. Ce 30 août der­nier, la Cour d’ap­pel fé­dé­rale du Ca­na­da a donc dé­ci­dé de don­ner l’avan­tage à l’en­vi­ron­ne­ment sur l’in­dus­trie. Les consé­quences né­fastes sur l’en­vi­ron­ne­ment, dé­non­cées par plu­sieurs as­so­cia­tions, ont fi­na­le­ment été en­ten­dues. « Il est temps que le pre­mier mi­nistre Jus­tin Trudeau se rende à l’évi­dence et prenne les mil­liards de dol­lars pu­blics pré­vus pour ce pro­jet et les in­ves­tisse pour ac­cé­lé­rer la tran­si­tion vers une éco­no­mie fon­dée sur les éner­gies re­nou­ve­lables », a dit Pa­trick Bonnin, res­pon­sable de la cam­pagne cli­mat-éner­gie de l’ONG éco­lo­giste.

DU CÔ­TÉ DE DAME NA­TURE

Long de 1 200 km, l’oléo­duc Trans Moun­tain, ac­tuel­le­ment sa­tu­ré, de­vait voir sa ca­pa­ci­té tri­plée à 890 000 ba­rils par jour se­lon les sources gou­ver­ne­men­tales. Ce pro­jet est sur­tout com­bat­tu en Co­lom­bie-Bri­tan­nique, d’où ce pé­trole de­vait être char­gé sur des na­vires vers l’Asie.

« C’est une dé­ci­sion prise au mo­tif de ses consé­quences sur l’en­vi­ron­ne­ment et sur le peuple des Pre­mières Na­tions », rap­pelle l’ONG éco­lo­giste. Tout d’abord, il sem­ble­rait que l’im­pact sur les mam­mi­fères ma­rins a mal été me­su­ré par les au­to­ri­tés fé­dé­rales. Se­lon Green­peace, « le pas­sage de plus de 400 pé­tro­liers par an­née dans leur ha­bi­tat ex­po­se­rait en­core da­van­tage les orques ré­si­dant dans le sud ».

Plu­sieurs com­mu­nau­tés amé­rin­diennes s’op­posent éga­le­ment à l’agran­dis­se­ment de cet oléo­duc. Le tra­cé de ce der­nier traverse leurs ter­ri­toires

« C’EST UNE DÉ­CI­SION PRISE AU MO­TIF DE SES CONSÉ­QUENCES SUR L’EN­VI­RON­NE­MENT ET SUR LE PEUPLE DES PRE­MIÈRES NA­TIONS »

- PA­TRICK BONNIN, RES­PON­SABLE DE LA CAM­PAGNE CLIMATÉNERGIE DE L’ONG ÉCO­LO­GISTE

an­ces­traux, et irait à l’en­contre de la Dé­cla­ra­tion des Na­tions Unies sur les droits des peuples au­toch­tones. Se­lon Pa­trick Bonnin, « ce ju­ge­ment té­moigne de la force de la po­pu­la­tion et du mou­ve­ment di­ri­gé par les au­toch­tones. Ils ont me­né ce com­bat et des mil­liers d’al­liés à tra­vers le pays et le monde en­tier les ont re­joints ». Et il pré­cise que « des cen­taines de per­sonnes, des grand-mères jus­qu’aux chefs re­li­gieux, ont même été ar­rê­tées pour avoir pro­tes­té contre ce pro­jet ».

CÔ­TÉ CHIFFRE

Cet oléo­duc qua­li­fié de « stra­té­gique » par Jus­tin Trudeau, était cen­sé ré­gler une bonne fois pour toutes la ques­tion de la dé­pen­dance du Ca­na­da aux États-Unis pour écou­ler son or noir. C’est un pro­jet es­ti­mé à 7,4 mil­liards de dol­lars par les ex­perts, et qui ve­nait tout juste d’être na­tio­na­li­sé en mai der­nier que la jus­tice vient donc de dé­rou­ter.

C’est aus­si un achat an­non­cé fin mai pour 4,5 mil­liards de dol­lars par Ot­ta­wa. Le gou­ver­ne­ment Trudeau avait ac­cep­té l’agran­dis­se­ment de l’oléo­duc en échange de la col­la­bo­ra­tion du gou­ver­ne­ment de l’Al­ber­ta, dans la lutte contre les gaz à ef­fet de serre. Il était ques­tion d’im­po­ser une taxe na­tio­nale sur le car­bone, vi­ve­ment com­bat­tue par l’op­po­si­tion conser­va­trice

LA SUITE AU PRO­CHAIN ÉPI­SODE…

Dans sa dé­ci­sion, la jus­tice laisse tou­te­fois la porte ou­verte à une re­lance des tra­vaux. Si l’Of­fice na­tio­nal de l’éner­gie « prend les me­sures qui s’im­posent pour cor­ri­ger ces vices », il se pour­rait que la jus­tice sta­tue de nou­veau.

Tou­te­fois, du­rant la dé­li­bé­ra­tion, la juge a rap­pe­lé que l’agence fé­dé­rale elle-même « a conclu que l’aug­men­ta­tion du trans­port ma­ri­time ré­sul­tant du pro­jet ris­que­rait d’en­traî­ner des ef­fets né­ga­tifs im­por­tants sur les mam­mi­fères ma­rins ».

« CE JU­GE­MENT TÉ­MOIGNE DE LA FORCE DE LA PO­PU­LA­TION ET DU MOU­VE­MENT DI­RI­GÉ PAR LES AU­TOCH­TONES »

- PA­TRICK BONNIN, RES­PON­SABLE DE LA CAM­PAGNE CLIMATÉNERGIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.