AU TEMPS POUR MOI OU AU­TANT POUR MOI ?

Le Franco - - CALGARY -

Je pen­sais que vous ha­bi­tiez à Calgary, au temps pour moi ! Eh oui, l’ex­pres­sion s’écrit ain­si : « Au temps pour moi » ! Elle tire son ori­gine du lexique mi­li­taire. On di­sait « Au temps ! » pour or­don­ner la re­prise du mou­ve­ment des sol­dats dans le temps de l’exer­cice mi­li­taire (Et 1, 2, 3…). Puis, par ex­ten­sion, on a uti­li­sé l’ex­pres­sion hors de son usage pre­mier dans un sens plus fi­gu­ré. Elle si­gni­fie de nos jours que l’on ad­met son er­reur, et que l’on re­prend donc les choses de­puis le dé­but ! Ne pas confondre avec au­tant pour moi qui ex­prime l’idée d’éga­li­té vis-à-vis d’une quan­ti­té : Deux amis sont au ca­fé Bi­cy­clette à Edmonton : Jean : - Je vou­drais un verre de vin s’il vous plaît. Pascal : - Au­tant pour moi !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.