LE COIN DU GRAMMAIRIEN

Le Franco - - CALGARY -

La langue fran­çaise re­cèle bien des écueils. Le coin du grammairien vous pro­pose chaque se­maine d’en ap­pré­hen­der quelques-uns.

Fai­sons cette fois-ci en­trer en scène l’ac­cent cir­con­flexe et ses ef­fets sour­nois !

UNE TACHE OU UNE TÂCHE ? UNE CÔTE OU UNE COTE ? MUR OU MÛR ?

L’ac­cent cir­con­flexe s’uti­lise par­fois pour chan­ger le sens de mots ho­mo­nymes, c’est-à-dire qui s’écrivent ou se pro­noncent de la même fa­çon mais qui ne dé­si­gnent pas les mêmes choses. Re­gar­dez plu­tôt :

Les agri­cul­teurs al­ber­tains ex­ploitent leurs acres où poussent par­fois des herbes âcres.

Les jeunes qui re­viennent des boîtes sur la Whyte le sa­me­di soir boitent par­fois d’avoir trop dan­sé. Les co­lons de l’Ouest ca­na­dien ne se sou­ciaient que ra­re­ment de leurs cô­lons…

Cer­taines en­tre­prises co­tées en bourse sur­plombent la côte de la Ri­ver Val­ley à Edmonton. Les jeunes yo­gistes sont adeptes de jeûnes pour pu­ri­fier leur corps.

Des fruits bien mûrs sont tom­bés près du mur de ma mai­son.

Si je com­mets un acte ré­pré­hen­sible, je pèche, mais si je cherche du pois­son dans la Sas­kat­che­wan, alors je pêche ! Voi­là une bien lourde tâche que de re­ti­rer les taches des vê­te­ments des en­fants après une ren­trée sco­laire agi­tée !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.