UNE COU­VER­TURE POUR TIS­SER DES LIENS

Le Franco - - EDMONTON - PAR LU­CAS PILLERI

Lors de leur ban­quet an­nuel mer­cre­di 3 oc­tobre, les sages du Trai­té 6 ont ré­com­pen­sé Da­niel Cour­noyer, le di­rec­teur de la Cité fran­co­phone à Edmonton, pour son tra­vail de dé­ve­lop­pe­ment des re­la­tions entre les com­mu­nau­tés au­toch­tones et non-au­toch­tones. Une ré­com­pense sym­bo­lique qui en­cou­rage à en­core plus de rap­pro­che­ment.

La cé­ré­mo­nie de la cou­ver­ture s’est ef­fec­tuée en pré­sence de 300 per­sonnes, par­mi les­quelles des sages au­toch­tones, des em­ployés du Na­tive Counselling Ser­vices of Al­ber­ta (NCSA) et des in­vi­tés spé­ciaux comme Pat­ti LaBou­cane-Ben­son, nom­mée ré­cem­ment au Sé­nat.

LA CITÉ FRAN­CO­PHONE, CRÉA­TRICE DE LIENS

Chaque an­née, l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle de NCSA re­con­naît des per­sonnes en Al­ber­ta qui ont dé­mon­tré une contri­bu­tion im­por­tante en­vers la com­mu­nau­té au­toch­tone. Cette fois, c’est donc Da­niel Cour­noyer qui a re­çu le Com­mu­ni­ty Ser­vice Award de la part de l’or­ga­nisme. « J’ai eu l’hon­neur d’être re­con­nu dans mon rôle de di­rec­teur gé­né­ral de la Cité fran­co­phone à tra­vers les pro­jets tels que le Ca­noë Vo­lant ou les ex­po­si­tions d’ar­tistes au­toch­tones comme La­na Whis­key­jack, Ter­rance Houle, et Aran Buf­fin. J’étais très ému de faire par­tie de la cé­ré­mo­nie », a-t-il ré­agi.

Ce­la fait plu­sieurs an­nées que Da­niel Cour­noyer as­siste en tant qu’in­vi­té à la cé­ré­mo­nie. Il n’était même pas au cou­rant de la re­mise de son prix. « J’ai vrai­ment sen­ti que j’ai fait par­tie d’un mo­ment unique et spé­cial. J’ai tou­jours trou­vé que cette cé­ré­mo­nie était un très beau geste. Les sages prennent la cou­ver­ture, t’en­tourent et t’en­robent avec, ils te prennent vrai­ment par­mi eux pour te re­mer­cier de toute cette belle contri­bu­tion et des gestes que la Cité a dé­mon­trés en­vers la com­mu­nau­té », dé­crit-il, en­joué.

Le di­rec­teur de la Cité sait combien les tra­di­tions et les cé­ré­mo­nies sont im­por­tantes pour les com­mu­nau­tés au­toch­tones. Dans un pe­tit dis­cours im­pro­vi­sé, Da­niel Cour­noyer a sa­lué les échanges entre les deux groupes, « une re­la­tion par­ti­cu­lière, dif­fé­rente de celle que les au­toch­tones ont en­tre­te­nu avec les an­glo­phones ». Pour lui, les ef­forts doivent per­du­rer afin de « re­trou­ver cette re­la­tion qui s’est per­due au fil des ans ».

ÉCRIRE DE NOU­VELLES PAGES DANS L’HIS­TOIRE

L’his­toire des Pla­mon­don, re­cueillis par la com­mu­nau­té au­toch­tone à leur ar­ri­vée en Al­ber­ta, a été évo­quée, comme pour faire le lien entre pas­sé, pré­sent et ave­nir. C’est d’ailleurs l’état d’es­prit du Ca­noë Vo­lant que de sen­si­bi­li­ser à cette his­toire com­mune. « Je crois sin­cè­re­ment que l’on est dans une re­trou­vaille, une ré­con­ci­lia­tion », songe Da­niel Cour­noyer, ani­mé par une réelle vo­lon­té de re­nouer des liens. « Les fran­co­phones ont beau­coup à par­ta­ger avec les au­toch­tones, no­tam­ment quand on parle de la pré­ser­va­tion de la langue et des tra­di­tions cultu­relles. On n’a pas le même par­cours mais on a des connais­sances qu’on pour­rait uti­li­ser pour les ap­puyer et les ai­der », com­plète-t-il.

La cou­ver­ture re­çue est dé­sor­mais pla­cée dans la vi­trine du bu­reau de la Cité, rap­pe­lant ain­si à tous les vi­si­teurs l’im­por­tance de ces liens. « J’es­père que ma com­mu­nau­té dé­mon­tre­ra tou­jours une ou­ver­ture d’es­prit et une soif d’ap­prendre. On est en pé­riode de ré­con­ci­lia­tion, il faut re­nouer avec tout ce monde qui a de beaux noms fran­çais. On nie ça de­puis belle lu­rette, cette con­nexion avec les au­toch­tones », sou­lève-til. Il ap­par­tient dé­sor­mais aux fran­co­phones de pour­suivre le man­dat !

DAN Blan­ket Ce­re­mo­ny NCSA Com­mu­ni­ty Ser­vice Awards 2018

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.