UNE CO­VID-19 À CHAQUE AN­NÉE POUR DI­MI­NUER LES ÉMIS­SIONS DE CO2 DE 4 %

Le Franco - - ENVIRONNEM­ENT - Mé­la­nie Cha­rest Jour­na­liste Le Fran­co

Comment trans­for­mer notre éco­no­mie après la Co­vid-19 ? C’est une ques­tion que bien des per­sonnes se posent, mais c’est aus­si le titre du we­bi­naire de Jean-Marc Jan­co­vi­ci, or­ga­ni­sé et ani­mé par le club Calgary Af­faire, qui a eu lieu le 16 juin der­nier. Le confé­ren­cier fran­çais a fi­na­le­ment bien plus abor­dé la ques­tion éco­lo­gique qu’éco­no­mique. « L’après Co­vid n’au­rait, nor­ma­le­ment dû, ne plus com­por­ter un pro­blème qui s’ap­pelle ce­lui du chan­ge­ment cli­ma­tique, si à Pa­ris en 2015, on avait si­gné quelque chose qui en­gage vrai­ment les si­gna­taires» in­ter­pelle dès les pre­mières mi­nutes du We­bi­naire, l’in­gé­nieur consul­tant émé­rite en éner­gie et en cli­mat en ré­fé­rence à la COP21.

Il pré­sente un gra­phique. L’axe ver­ti­cal, c’est la quan­ti­té de CO2, en ppm, dans l’at­mo­sphère et l’axe ho­ri­zon­tal, ce sont les an­nées, de 1960 à 2020. Le constat est alar­mant : mal­gré les di­verses conven­tions in­ter­na­tio­nales, de­puis 1995, la quan­ti­té de CO2 dans l’at­mo­sphère est ex­po­nen­tielle. Pen­dant une heure et 20 mi­nutes, les in­ter­nautes connec­tés au We­bi­naire sont confron­tés à cette réa­li­té.

Une Co­vid-19 à chaque an­née, pour sau­ver la Terre

Sur les pe­tits écrans, deux car­to­gra­phies s’af­fichent. Celle de droite montre une Eu­rope re­cou­verte d’une ca­lotte de 3 ki­lo­mètres d’épais­seur de glace, c’était il y a 20000 ans. L’illus­tra­tion de gauche re­pré­sente l’Eu­rope ac­tuelle avec toute sa di­ver­si­té de biomes. Ce qui sé­pare ces deux car­to­gra­phies, c’est un ré­chauf­fe­ment pla­né­taire moyen de 5 °C en 10000 ans.

Si la courbe du CO2 dans l’at­mo­sphère conti­nue sa tra­jec­toire ex­po­nen­tielle «en gros, ça va être la guerre par­tout. C’est ça la ma­nière dont je ré­sume la chose, c’est-à-dire qu’il va y avoir une com­pé­ti­tion, pour les res­sources res­tantes, tel­le­ment fé­roce que ça va dy­na­mi­ter la sta­bi­li­té et les struc­tures ins­tal­lées un peu par­tout » ré­sume, avec gra­vi­té, ce­lui qui a coé­crit le Pacte éco­lo­gique de la Fon­da­tion Ni­co­las Hu­lot.

Pour le fon­da­teur et le pré­sident de The Shift Pro­ject, un groupe qui ré­flé­chit à dé­li­vrer l’éco­no­mie du car­bone, l’ob­jec­tif des né­go­cia­tions in­ter­na­tio­nales pour at­teindre une aug­men­ta­tion de 1,5 °C est vain.

Pour ar­ri­ver à un ré­chauf­fe­ment de 2 °C en 2100, ob­jec­tif en­core réa­liste, il fau­drait di­mi­nuer de 4 % par an les émis­sions de CO2, « c’est, gros­so mo­do, ce que le confi­ne­ment, dû au Co­vid, cau­se­ra aux émis­sions pla­né­taires cette an­née. […] Il fau­drait une Co­vid sup­plé­men­taire, à chaque an­née, pour qu’on tienne un ré­chauf­fe­ment de 2 °C de ré­chauf­fe­ment. Si on ne s’en tient pas à la Co­vid, ça veut dire qu’il faut vrai­ment se mettre en éco­no­mie de guerre», vul­ga­rise le pro­fes­seur de Mines Pa­ris Tech.

Des ma­chines et des Hommes

The Shift Pro­ject pro­pose un plan de trans­for­ma­tion éco­no­mique. Bien que ce soit un plan fran­çais, les trois idées prin­ci­pales sont ap­pli­cables au Ca­na­da.

Il ne faut plus comp­ter sur la crois­sance éco­no­mique, mais sur « les mi­ne­rais, la sur­face et la com­pé­tence» qui sont les res­sources les plus rares et les plus im­por­tantes à pro­té­ger.

Ce qui a per­mis la crois­sance de l’éco­no­mique et du PIB, c’est l’uti­li­sa­tion des ma­chines. Celles-ci ont per­mis aux hu­mains de mul­ti­plier leur force en les trans­for­mant en « Iron Men ».

Ce sont les ma­chines qui pro­duisent le PIB et qui uti­lisent l’éner­gie, is­sue des com­bus­tibles fos­siles, qui causent les émis­sions de CO2 dans l’at­mo­sphère.

Pour dé­car­bo­ni­ser toutes les in­dus­tries, il faut op­ter vers des chan­ge­ments ra­pides sur un plan tech­nique et com­por­te­men­tal : « ce que la tech­nique ne fait pas, le com­por­te­ment va le faire» clame Jan­co­vi­ci.

Pour ce vi­sion­naire, des in­no­va­tions en aé­ro­nau­tique de­vraient per­mettre la créa­tion d’avions à l’hy­dro­gène ou élec­trique d’ici une tren­taine d’an­nées. Une at­tente beau­coup trop longue à at­tendre, se­lon lui. Un chan­ge­ment com­por­te­men­tal, via des res­tric­tions comme in­ter­dire les jets pri­vés (sauf pour cer­taines ex­cep­tions), est né­ces­saire pour lut­ter contre l’aug­men­ta­tion des émis­sions de CO2.

Une ome­lette aux odeurs de l’in­dus­trie pé­tro­lière

«Au Ca­na­da, où le pétrole et le gaz sont les plus gros contri­bu­teurs au PIB du pays et aux fi­nances pu­bliques, comment ar­ri­ver à faire bou­ger les po­li­tiques, de fa­çon à ce qu’ils changent de mo­dèle de so­cié­té?» de­mande Em­ma­nuel Gi­ry un des deux ani­ma­teurs du We­bi­naire Le confé­ren­cier ne livre pas une for­mule ma­gique. Sa ré­ponse s’ancre dans un dé­sir de voir cette in­dus­trie perdre ses clients et une mo­bi­li­sa­tion en­vi­ron­ne­men­tale ca­na­dienne forte pour pro­vo­quer da­van­tage de ré­gle­men­ta­tion.

Comme pour le do­maine de l’avia­tion, la ré­duc­tion des ac­ti­vi­tés éco­no­miques du sec­teur pé­tro­lier en­trai­ne­ra des pertes d’em­ploi. «on ne fe­ra pas d’ome­lette sans cas­ser des oeufs », rap­pelle-t-il. Les em­plois, per­dus dans ces sec­teurs, de­vront se ré­in­ven­ter.

Le confé­ren­cier fran­çais prône éga­le­ment le nu­cléaire. Bien que le nu­cléaire soit ab­sent en Alberta, elle re­pré­sente une so­lu­tion in­té­res­sante en Sas­kat­che­wan pour ré­duire, voire éli­mi­ner, les émis­sions de CO2, dit-il. Il avance en­suite le fait que la mor­ta­li­té est plus éle­vé à cause des in­dus­tries de sables bi­tu­mi­neux ou du char­bon que celle du nu­cléaire.

L’homme en­ga­gé parle de la lutte cli­ma­tique comme la conquête lu­naire. Ces deux formes d’ob­jec­tifs, qui baignent dans un es­prit de conquête et de dif­fi­cul­tés, poussent ceux qui y sont en­ga­gés de ne pas avoir peur de mou­rir et de perdre cer­taines ba­tailles pour en ga­gner une plus grande. C’est avec ce mes­sage d’es­poir im­pré­gné d’un réa­liste cui­sant que se conclut le we­bi­naire de Jean-Marc Jan­co­vi­ci.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.