UNE PA­RADE ROU­TIÈRE POUR CÉ­LÉ­BRER LA SAINT-JEAN

Le Franco - - LA UNE - Ge­ne­viève Bous­quet Jour­na­liste Le Fran­co

De­puis plus de 25 ans, l’ACFA ré­gio­nale de Grande Prai­rie or­ga­nise une fête, à Sexs­mith, pour sou­li­gner la Saint-Jean-Bap­tiste. Cette an­née, il a fal­lu re­pen­ser les choses et faire preuve d’in­no­va­tion puisque cette op­tion n’était pas pos­sible. Mi­chelle Mar­ga­rit, di­rec­trice de l’or­ga­nisme, a eu l’idée d’or­ga­ni­ser la pre­mière pa­rade de la Saint-Jean-Bap­tiste à Grande Prai­rie.

Comme il était peu pru­dent en temps de pan­dé­mie de re­pro­duire la tra­di­tion­nelle fête de la SaintJean, la di­rec­trice de l’ACFA a dû faire preuve de créa­ti­vi­té pour sou­li­gner l’évé­ne­ment. Elle s’est ins­pi­rée des pa­rades d’an­ni­ver­saires qu’elle a vues à Grande Prai­rie du­rant le confi­ne­ment. Avec l’ap­pui de son con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion et du con­seil mu­ni­ci­pal de la ville, Ma­dame Mar­ga­rit a or­ga­ni­sé une pa­rade d’une dou­zaine de vé­hi­cules à tra­vers des rues ha­bi­tées par des fa­milles fran­co­phones de l’école Nou­velle Fron­tière.

«On est par­tis à la ren­contre des fran­co­phones. On avait un peu peur parce qu’on a par­fois des gens qui ne sont pas tel­le­ment por­tés vers la fran­co­pho­nie mais on en n’a ren­con­tré au­cun. Les gens qui ve­naient che­min croi­sant avec nous, ou­vraient leur fe­nêtre, nous klaxon­naient en re­tour, ils nous fai­saient des signes de paix (...) puis on avait beau­coup de fa­milles qui nous at­ten­daient.» La pa­rade a du­ré plus de deux heures et l’or­ga­ni­sa­trice est très sa­tis­faite du dé­rou­le­ment. «C’était vrai­ment en­cou­ra­geant et ça nous donne l’idée vrai­ment que la fran­co­pho­nie est bien res­pec­tée à Grande Prai­rie.»

De pré­cieux par­te­na­riats

Une des rai­sons qui ex­plique que l’ACFA réus­sit à ti­rer son épingle du jeu à Grande Prai­rie est que la fran­co­pho­nie y a sa place est la créa­tion de nom­breux par­te­na­riats avec des or­ga­nismes an­glo­phones lo­caux. Ma­dame Mar­ga­rit est à la tête de l’ACFA ré­gio­nale de­puis 12 ans et ses connais­sances en dé­ve­lop­pe­ments éco­no­mique et com­mu­nau­taire l’ont ame­née à culti­ver des liens pré­cieux avec des or­ga­nismes clés de la ré­gion. Lors de son em­bauche, le CA de l’époque lui avait don­né comme man­dat de sor­tir de leur si­lo et d’être plus im­pli­qués dans la ville. De­puis, l’ACFA tra­vaille avec plus d’une quin­zaine d’or­ga­nismes an­glo­phones dont la chambre de com­merce, les ser­vices com­mu­nau­taires de la ville et le com­té de Grande Prai­rie. «Je re­pré­sente les fran­co­phones et les be­soins des fran­co­phones dans plu­sieurs co­mi­tés (...) on me de­mande comment on peut [nous] ai­der et comment on peut dé­ve­lop­per des re­la­tions pour mieux ser­vir la po­pu­la­tion.»

Le confi­ne­ment et le té­lé­tra­vail ont aus­si per­mis un rap­pro­che­ment entre les ACFA ré­gio­nales. «On a fait deux pro­jets en­semble et on a ap­pris à mieux se connaître, à mieux com­mu­ni­quer.» Au lieu de ren­contres trois fois par an­née, les di­rec­tions ont pu faire des vi­sio­con­fé­rences à toutes les deux se­maines et dis­cu­ter de leur or­ga­nisme et d’idées. Ain­si, elles ont dé­ci­dé de créer le spec­tacle vir­tuel Bien­ve­nue chez vous qui a at­ti­ré plus de 9800 in­ter­nautes pour cé­lé­brer la Saint-Jean-Bap­tiste dans le confort de leur mai­son. Une preuve, se­lon Ma­dame Mar­ga­rit, qu’il est im­por­tant de de­meu­rer in­no­va­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.