Au Par­le­ment ca­na­dien

Le Gaboteur - Les femmes aux urnes - - ÉDITION SPÉCIALE • LE DROIT DE VOTE DES FEMMES -

À l’éche­lon fé­dé­ral, ac­cor­der le droit de vote fé­mi­nin était un geste plus po­li­tique que dé­mo­cra­tique, se­lon la po­li­to­logue Caroline An­drew : « On vou­lait faire vo­ter les femmes pour le ser­vice mi­li­taire obli­ga­toire. C’était un cal­cul po­li­tique, même si par­tout le droit de vote fé­mi­nin était dans l’air. »

En 1917, Les pre­miers groupes de femmes qui pour­ront vo­ter sou­tiennent le gou­ver­ne­ment et la par­ti­ci­pa­tion à la guerre, semble-t-il. La Loi des élec­teurs mi­li­taires per­met d’abord le vote de tout su­jet bri­tan­nique membre des Forces ar­mées ca­na­diennes et ré­si­dant ha­bi­tuel­le­ment au Ca­na­da, sans égard au sexe ou à l’âge, ce qui com­prend les in­fir­mières mi­li­taires. Puis la Loi des élec­tions en temps de guerre per­met aux mères, épouses, soeurs et filles des hommes au front de vo­ter, tant qu’elles ré­pondent aux cri­tères liés à l’âge et à la ci­toyen­ne­té.

Les me­sures s’as­sou­pli­ront ra­pi­de­ment. En 1918, l’en­semble des ci­toyennes de 21 ans ou plus qui sont nées au Ca­na­da et qui sont pro­prié­taires ter­riennes ob­tiennent of­fi­ciel­le­ment le droit de vote aux élec­tions fé­dé­rales. L’an­née sui­vante, les femmes peuvent éga­le­ment se por­ter can­di­dates aux élec­tions fé­dé­rales.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.