En­sei­gner l'an­glais, c'est aus­si se faire de nou­veaux amis

Le Gaboteur - - FOCUS - Aude Pi­doux

Dar­ren Browne est un mu­si­cien aux mul­tiples ta­lents qui consacre une par­tie de son temps libre à en­sei­gner bé­né­vo­le­ment l’an­glais aux im­mi­grants. Une fa­çon pour lui de ren­con­trer de nou­velles têtes, et aus­si de bons mu­si­ciens.

Quand je lui demande s'il y a un en­droit, au centre-ville de Saint-Jean, qu'il aime par­ti­cu­liè­re­ment et où je pour­rais le prendre en pho­to, Dar­ren Browne n'a pas une hé­si­ta­tion : chez O'Brien's, le ma­ga­sin de mu­sique de Wa­ter Street. Car s'il m'a ren­con­trée pour ra­con­ter son ex­pé­rience d'en­sei­gne­ment de l'an­glais aux im­mi­grants, Dar­ren Browne est avant tout un mu­si­cien. Il joue de la gui­tare, de la basse, du bou­zou­ki et d'autres ins­tru­ments tra­di­tion­nels grecs comme le ba­gla­mas et le tzou­ras, ou en­core de la gui­tare ha­waïenne lap-steel. En bref, à peu près tout ce qui a des cordes et des frettes, ces bar­rettes de sé­pa­ra­tion entre les notes. « J'ai es­sayé de jouer du vio­lon, mais mes doigts ne sont pas as­sez pré­cis », re­marque-t-il. Dar­ren Brown par­vient à vivre de sa mu­sique en jouant dans plus d'une di­zaine de groupes terre-neu­viens, dont The Bur­ning Hell, The For­got­ten Bou­zou­ki et The Ku­ba­so­nics. Pa­ral­lè­le­ment, il se pas­sionne pour les langues. « Beau­coup de gens pensent que je suis ti­mide et c'est vrai, mais je suis ti­mide en an­glais seule­ment. Quand je parle une autre langue, je de­viens in­ta­ris­sable », s'ex­cla­met-il. Il parle ainsi cou­ram­ment fran­çais et étu­die l'es­pa­gnol, l'al­le­mand, l'ita­lien et le grec en au­to­di­dacte.

En­sei­gnant bé­né­vole

C'est cet in­té­rêt qui l'a en­cou­ra­gé à pous­ser la porte du RIAC (Re­fu­gee and Im­mi­grant Ad­vi­so­ry Coun­cil) de Saint-Jean il y a trois ans et à pro­po­ser ses ser­vices à cette or­ga­ni­sa­tion qui conseille, oriente et sou­tient les im­mi­grants et les ré­fu­giés qui dé­barquent. De­puis, Dar­ren en­seigne bé­né­vo­le­ment l'an­glais à un groupe d'étu­diants de ni­veau in­ter­mé­diaire.

Les en­sei­gne­ments dis­pen­sés par le RIAC at­tirent beau­coup de monde. Trois cours d'an­glais sont pro­po­sés trois soirs par se­maine, cha­cun sui­vi par quinze à vingt étu­diants en­vi­ron. Dans sa classe, qu'il donne le mar­di après-mi­di en ro­ta­tion avec deux as­sis­tants, Dar­ren Browne ac­cueille gé­né­ra­le­ment six à dix personnes. S'ils suivent une mé­thode ba­sée sur l'ac­qui­si­tion de vo­ca­bu­laire et de gram­maire, Dar­ren Browne et ses étu­diants passent aus­si beau­coup de temps à ja­ser de tout et n'im­porte quoi, et à dé­cor­ti­quer le par­ler terre-neu­vien. « L'an­glais terre-neu­vien est un su­jet très po­pu­laire par­mi mes étu­diants, parce que bien sou­vent, les gens à qui ils parlent ont un fort ac­cent ou uti­lisent des mots et des ex­pres­sions qu'ils ne connaissent pas. Je trouve im­por­tant de leur don­ner des conseils et de leur en­sei­gner des mots qui sont uti­li­sés ici mais ne fi­gurent pas dans les livres », ex­plique Dar­ren Browne.

In­ter­na­tio­naux et Qué­bé­cois

Ses étu­diants viennent de Co­rée du Sud, de France, du Qué­bec, du Venezuela, de Li­bye, ou en­core du Sou­dan et, si cer­tains sont dé­fi­ni­ti­ve­ment ins­tal­lés à Terre-Neuve, Dar­ren ac­cueille par­fois aus­si des tou­ristes qué­bé­cois qui pro­fitent de leur sé­jour dans la pro­vince pour amé­lio­rer leur an­glais. Pour Dar­ren, en­sei­gner l'an­glais com­porte dif­fé­rents at­traits. « J'ap­prends beau­coup de choses sur la gram­maire an­glaise en en­sei­gnant. Et ce­la m'aide aus­si dans mon ap­pren­tis­sage d'autres langues. J'ai aus­si dé­cou­vert que l'an­glais est une langue dif­fi­cile », re­marque-t-il.

Mais sur­tout, alors qu'il passe le plus clair de son temps dans des ré­pé­ti­tions avec dif­fé­rents groupes de mu­sique, son en­ga­ge­ment au RIAC lui ouvre de nou­veaux ho­ri­zons. « J'ai tou­jours ai­mé les langues et l'idée d'ai­der les autres à ap­prendre une langue m'in­té­res­sait beau­coup. Mais c'est aus­si l'oc­ca­sion de ren­con­trer de nou­veaux amis. Comme nous sommes peu nom­breux dans ma classe, nous nous connais­sons bien. Mes étu­diants viennent même à mes concerts. » Et les mu­si­ciens de sa classe ne ré­sistent pas à l'en­vie d'ap­por­ter leur ins­tru­ment. Dar­ren Browne a ainsi été ini­tié à la mu­sique ka­za­khe par un des par­ti­ci­pants à son cours, et il a don­né un concert avec une de ses étu­diantes ori­gi­naire de Co­rée du Sud, elle au chant et à la flûte, lui à la gui­tare.

Pho­to : Aude Pi­doux

Dar­ren Browne en­seigne l'an­glais au RIAC, une or­ga­ni­sa­tion de Saint-Jean qui conseille et sou­tient les im­mi­grants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.