Trucs et astuces avant de par­ta­ger une nou­velle sur Fa­ce­book

Le Gaboteur - - SCIENCE -

La nou­velle sur des Néan­der­ta­liens qui au­raient vé­cu en Ca­li­for­nie il y a 130 000 ans en a fait sour­ciller plu­sieurs ré­cem­ment. La ma­jo­ri­té des ex­perts in­ter­viewés par des jour­na­listes ont ju­gé l'an­nonce des cher­cheurs exa­gé­rée. Vous avez par­ta­gé cette nou­velle sur Fa­ce­book ? Est-ce une er­reur de l'avoir fait ? Le Dé­tec­teur de ru­meurs de l'Agence Science-Presse en pro­fite pour vous of­frir ses trucs et astuces.

Est-ce une fausse nou­velle ?

Non, des cher­cheurs du Musée d'his­toire na­tu­relle de San Die­go ont vrai­ment fait cette an­nonce.

Est-ce une simple opi­nion ?

Non, c'est da­van­tage qu'une opi­nion, il y a une étude en ar­rière-plan, donc des don­nées que ces cher­cheurs es­timent so­lides.

L'étude est-elle pa­rue ?

Oui, et de sur­croît dans la re­vue Na­ture, qui ne pu­blie que des textes qui ont été ré­vi­sés par d'autres ex­perts du do­maine. L'étude a donc survécu à un « ta­mi­sage ».

Est-ce une conclu­sion dé­fi­ni­tive ?

Non, une étude unique n'est ja­mais une conclu­sion dé­fi­ni­tive. C'est là que les ré­ac­tions d'autres ex­perts ob­te­nues par cer­tains jour­na­listes de­viennent im­por­tantes : elles per­mettent au lec­teur qui n'est pas lui-même scien­ti­fique de re­mettre cette nou­velle en contexte et d'en dé­cou­vrir cer­taines fai­blesses. Il ne faut pas s'ima­gi­ner que le rôle du jour­na­liste en pa­reil cas est de dé­co­der lui-même les forces et fai­blesses de cette re­cherche : un de ses rôles est d'in­ter­vie­wer des ex­perts qui peuvent le faire.

Or, il se trouve que dans ce cas­ci, de très nom­breuses ob­jec­tions sou­le­vées lors de cette an­nonce té­moignent que les ré­sul­tats sont loin de faire l'una­ni­mi­té.

Doit-on s'abs­te­nir de par­ta­ger sur Fa­ce­book cette nou­velle ?

Non. C'est une in­for­ma­tion im­por­tante, qui va sus­ci­ter beau­coup de dé­bats pas­sion­nés dans la com­mu­nau­té scien­ti­fique. Mais à choi­sir, il est pré­fé­rable de par­ta­ger un texte jour­na­lis­tique qui sou­ligne l'exis­tence de ces ob­jec­tions plu­tôt qu'un texte jour­na­lis­tique qui se contente de ré­su­mer la re­cherche avec un titre ac­cro­cheur.

Comment puis-je savoir que d'autres cher­cheurs émettent des ob­jec­tions, si le re­por­tage que j'ai lu n'en men­tionne au­cune ?

• Pre­mière as­tuce du Dé­tec­teur de ru­meurs : il est tou­jours bon de lire plus d'une source. C'est en­core plus im­por­tant lors­qu'un ar­ticle nous ap­prend qu'il s'agit d'une toute nou­velle dé­cou­verte qui bou­le­verse les connais­sances ac­quises. • Deuxième as­tuce du Dé­tec­teur de ru­meurs : si un ar­ticle parle d'une dé­cou­verte qui bou­le­verse les connais­sances ac­quises, mais qu'il ne men­tionne ni bé­mols ni ob­jec­tions, mé­fiez-vous.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.