Peut-on me­su­rer l'im­pact du cli­mat sur la mé­téo ?

Le Gaboteur - - SCIENCE -

Le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique a-t-il à pré­sent fait sen­tir son em­preinte aux quatre coins du monde ? Il sem­ble­rait que oui, se­lon une ana­lyse in­édite d'un groupe de l'Uni­ver­si­té Stan­ford, aux États-Unis.

À tra­vers des re­cords de cha­leur, des sé­che­resses ex­trêmes ou des inon­da­tions ca­tas­tro­phiques, il n'y a pra­ti­que­ment pas une ré­gion de la pla­nète qui n'a pas eu à su­bir un évé­ne­ment mé­téo­ro­lo­gique ex­trême. « Le monde n'en est pas tout à fait au point où chaque re­cord de cha­leur a une em­preinte hu­maine, mais nous nous en rap­pro­chons », ré­sume pour l'As­so­cia­ted Press l'au­teur prin­ci­pal, le cli­ma­to­logue Noah Dif­fen­baugh. Son équipe es­time à 57 % la pro­por­tion de re­cords an­nuels de faibles pré­ci­pi­ta­tions qui peuvent être at­tri­bués en par­tie aux chan­ge­ments cli­ma­tiques, et à 41 % la pro­por­tion des re­cords de pluie pen­dant 5 jours. Leur ana­lyse et les cri­tères qu'ils ont em­ployés pour at­tri­buer en tout ou en par­tie un évé­ne­ment mé­téo au cli­mat, sont pa­rus lun­di dans les Pro­cee­dings of the Na­tio­nal Aca­de­my of Sciences.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.