Ques­tions d’un ma­nuel de phy­sique

Le Gaboteur - - CULTURE -

1)

Marie-Pierre, Jean-Marie, et un autre com­bo homme-femme se ren­contrent à la gare à mi­di. Cha­cun por­tant leur propre ba­gage, pro­por­tion­nel à leur dé­goût d'être trai­té comme in­fé­rieur, pro­po­sant tou­jours leurs dé­fenses aux com­men­taires ima­gi­nés aux re­gards in­cré­dules.

Cal­cu­ler à quel âge les trois se­ront éga­le­ment vus comme leur sexe, que par l'homme qui leur de­mande,

« Billets, s'il vous plaît.

Mer­ci, bon sé­jour. »

2)

Si, en rou­lant à vé­lo contre le vent, vers l'em­ploi que tu rêves de quit­ter chaque jour, les rayons de so­leil brillent dans tes yeux d'une fa­çon, pour te blo­quer de ton des­tin, obs­cu­rant de ta vue, le trou dans le sen­tier de­vant toi, te je­tant de ton siège, t'en­voyant à tra­vers l'air, tu claques vio­lem­ment sur le sol, bar­bouillant tes pan­ta­lons propres, et sa­lir ta che­mise nette…

Cal­cu­ler l'ac­cé­lé­ra­tion de ta dépression pen­dant que tu t'as­soies et pleures entre les arbres.

3)

Traî­neaux at­ta­chés à la fu­sée sont uti­li­sés pour exa­mi­ner la ré­ponse hu­maine à l'ac­cé­lé­ra­tion. Psy­cho­logues, en­ga­gés, ja­mais en­com­brés, payés en sa­laire et per diem, fi­gures ja­mais ma­ni­pu­lées. Donc, ras­su­rez-vous que les don­nées ne pas seule­ment fiables mais aus­si dé­ri­vés d'une ma­nière éthique.

Si un de nos traî­neaux, por­tant l'en­fant d'une pauvre mère, qui, in­ca­pable de four­nir les né­ces­si­tés, lo­ca­taires tard sur leurs loyers, bouches ou­vertes in­di­gentes, ac­cé­lère à une vi­tesse de 200 mètres par se­conde en 2 se­condes et de­mi, en­voyant ses seules pen­sés vers l'ar­rière de son crâne, Dé­ter­mi­ner la li­mite des psy­cho­logues avec les en­fants des pauvres.

4)

Le pont d'ob­ser­va­tion d'un gratte-ciel trois cent soixante mètres au des­sus de la rue. Re­gardes fixe­ment au-de­là du bord, le rail qui te pro­tège un mètre et de­mi de l'hau­teur. Sen­ti la chute conso­lante au centre de ton es­to­mac.

En­vi­sage-toi comme un arbre in­cli­né, bas­cu­lé, len­te­ment du ver­ti­cal à l'ho­ri­zon­tal, cou­pé des che­villes, es­pa­drilles comme ra­cines grim­pant tou­jours la sur­face platte.

Im­mo­bi­li­sé par la joie-peur de ta li­bé­ra­tion.

Le som­met de ta tête tra­çant l'arc sub­til, se pro­po­sant de la po­si­tion d'un plon­geur, bras dou­blant l'en­ver­gure du cygne, un sou­ve­nir du plon­geur des olym­piques de la té­lé. Ton cru­ci­fix de l'été pas­sé.

Ou­blier la rê­ve­rie, faire rap­pe­ler d'où tu es, tour­ner vers ton groupe, sou­rire dés­équi­li­bré prê­cher dates de construc­tion, fi­gures, poids, ma­té­riaux, tou­jours en gar­dant cet es­prit tom­bant.

Dé­ter­mine le temps re­quis pour une pièce d'un sou de tom­ber en chute libre du pont à la rue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.