DES PRO­DUITS POUR TOUS LES GOÛTS

Le Gaboteur - - FOCUS -

Terre-Neuve n'est pas un ter­ri­toire connu pour sa riche agri­cul­ture et son éle­vage, mais les pro­duits qu'on y offre en vi­trine sont d'une éton­nante va­rié­té. La chèvre, l'ori­gnal, les agneaux (de la fa­mille Mo­ry), les lapins sau­vages, les pois­sons, crus­ta­cés et fruits de mer, les pe­tits fruits - pla­que­bière, lin­gonne, ca­ma­rine noire, pim­bi­na -, le thé du La­bra­dor, les cham­pi­gnons sau­vages, etc. Une pa­lette d'in­gré­dients ins­pi­rante pour les jeunes chefs.

Et si vous pré­fé­rez cui­si­ner vous-même ou vous pro­cu­rer des plats pré­pa­rés, faites un saut dans une épi­ce­rie fine de la ca­pi­tale et vous y trou­ve­rez des pro­duits d'ici uniques : du pâ­té d'ori­gnal, du porc en bo­caux, des tourtes aux na­geoires de phoque, des cou­lis du fruit du pe­tit mû­rier, de la bière, de la vod­ka et du gin fa­bri­qués à par­tir d'eau de gla­cier, du rhum par­fu­mé aux herbes. Le ter­roir est riche.

Tra­di­tions dis­tinctes au La­bra­dor

Si à Saint-Jean on ré­in­vente la tra­di­tion et on construit une gas­tro­no­mie unique, que se passe-t-il dans les autres ter­ri­toires de la pro­vince? Au La­bra­dor, où j'ha­bite, les tra­di­tions cu­li­naires sont dis­tinctes. C'est un vaste ter­ri­toire où l'on trouve peu d'oa­sis ur­bains. La po­pu­la­tion, ma­jo­ri­tai­re­ment au­toch­tone, est fière de ses tra­di­tions et ce­la se re­flète dans les fa­çons de se nour­rir. Les adresses de bons res­tos sont rares et les plats qui y sont of­ferts sont cou­tu­miers.

Je rêve du jour où ap­pa­raî­tra sur l'ar­doise des bis­trots du La­bra­dor des plats (ima­gi­nons-le) comme l'omble de l'Arc­tique po­ché au thé du La­bra­dor avec crème de chi­cou­tai ou le jam­bon d'ours gla­cé au si­rop de cèdre ac­com­pa­gné de coeurs de que­nouilles. La réa­li­té est qu'une vé­ri­table gas­tro­no­mie ré­gio­nale y est en­core à s'y dé­ve­lop­per. Mais le po­ten­tiel est énorme. Ce­la ne veut pas dire qu'une res­tau­ra­tion du Nord de qua­li­té est in­exis­tante. Faites un ar­rêt au res­tau­rant Gren­fell à Wa­bush pour dé­gus­ter leur fa­meux ca­nard aux baies rouges, où de­man­dez la darne de flé­tan au beurre blanc de chez Ma­ri­ners à Hap­py Val­ley. Un ré­gal cer­tain.

Sur­pre­nant !

Oui, une gas­tro­no­mie se bâ­tit avec la tra­di­tion, avec les pro­duits d'un ter­ri­toire, en échan­geant ses connais­sances cu­li­naires. In­vi­ter à dî­ner c'est bien sûr vou­loir ra­vir et sé­duire. Mais at­ten­tion! La nou­veau­té a ses li­mites. Je me rap­pelle d'un ami amé­ri­cain à qui j'avais ser­vi un plat de « pe­tits gris » (es­car­gots) au pis­tou. Il avait blê­mi. Le saut cultu­rel était trop énorme.

Sur­pre­nants aus­si sont cer­tains mets dont j'ai dé­cou­vert la des­crip­tion dans le livre de re­cettes Grub (qui si­gni­fie bouffe), pu­blié par Them Days. Je vous in­vite à lire ces deux ex­traits en page ci-contre. Je pa­rie que votre ré­ac­tion se­ra de vous dire : « Ho! Dé­pay­sant! ».

Et pour ma re­cette de phoque, mon amie Jac­quie, membre de la secte Google, m'a dé­ni­ché sur le net cette re­cette: pa­vé de phoque à la mou­tarde et crème de pomme. J'ai es­sayé. Dé­li­cieux! (Vous la vou­lez? Contac­tez votre jour­nal fa­vo­ri,

Le Ga­bo­teur, et je vous la fe­rai par­ve­nir). Bon ap­pé­tit.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.