PE­TITE CAMPAGNE AU COEUR DE LA VILLE

Le Journal de Montreal - CASA - - CASA - JAC­QUES LAPLANTE

Deux­ième plus im­por­tante rési­dence privée pour aînés à Saint-Jérôme, en ce qui con­cerne la quan­tité de lo­ge­ments, le Manoir Saint-Jérôme se situe aussi dans le top cinq québé­cois du réseau Chartwell pour ce qui est du nom­bre de rési­dents: 513 unités et quelque 520 rési­dents. C’est en 1997 que les pre­mières unités du Manoir ont été mises en lo­ca­tion. Il s’agis­sait d’un bâ­ti­ment de deux étages n’of­frant que des cham­bres: 80 pour être pré­cis. En 1999, une sec­onde phase aug­men­tait l’of­fre à 170 cham­bres. Puis se sont suc­cédé dans un court in­ter­valle, trois autres phases, mais cette fois ex­clu­sive­ment des lo­ge­ments, 3 ½ et 4 ½ : 105 ap­parte­ments en 2003, 95 autres en 2004, (dans ces deux cas à l’in­térieur d’un éd­i­fice de qu­a­tre étages) et fi­nale­ment la cin­quième phase, en 2006, un bâ­ti­ment de six étages avec 143 lo­ge­ments. En 2012, le Manoir Saint-Jérôme changeait de mains lors d’une méga trans­ac­tion où 42 résidences du groupe Al­le­gro de­ve­naient pro­priétés du réseau Chartwell. Cette trans­ac­tion de près d’un mil­liard de dol­lars fai­sait de Chartwell, le plus im­por­tant ex­ploitant de résidences pour aînés au Canada.

BOISÉ ET INTIME

Pour en revenir à la rési­dence de Saint-Jérôme, pré­cisons que toutes les phases sont re­liées les unes aux autres à l’ex­cep­tion de la cin­quième, érigée une cen­taine de pieds plus loin. D’ailleurs, le ter­rain oc­cupé par la rési­dence est im­mense, et parce qu’il est en re­trait, parce qu’il est au coeur d’un joli boisé, il of­fre aux rési­dents une in­tim­ité re­mar­quable. De plus, la den­sité du boisé et la ma­tu­rité des ar­bres don­nent l’im­pres­sion d’être en pleine campagne, alors qu’on est réelle­ment en pleine ville.

Toute­fois, s’ils ont le goût de quelques longueurs à la piscine in­térieure, de s’en­traîner au gym, de faire des pas de danse, ou d’aller au cinéma, les rési­dents de la phase cinq de­vront faire tout d’abord une pe­tite marche à l’ex­térieur puisque ces es­paces com­muns se retrou­vent à l’autre éd­i­fice.

La phase cinq pos­sède tout de même ses pro­pres aires com­munes, telles que la salle à manger (de style bistro), des salons, un bil­lard, un bureau de médecin, un autre d’es­thé­tique, un dé­pan­neur, un sa­lon de coif­fure ainsi qu‘une bib­lio­thèque. Sig­nalons aussi que deux des cinq jardins ex­térieurs que compte le Manoir sont à la phase cinq. Une ter­rasse ex­térieure y est même amé­nagée, au six­ième étage!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.