SEPT RÉSIDENCES, TOUTES DANS LA MÊME MUNICIPALITÉ

Le Journal de Montreal - CASA - - EN RÉSIDENCE - JAC­QUES LAPLANTE

Les Habi­ta­tions Borde­leau, qui con­cen­trent leurs opéra­tions ex­clu­sive­ment à Sain­tCharles-Bor­romée dans Lanaudière (Joli­ette), ont vu le jour en février 2001 avec l’ou­ver­ture d’une pre­mière rési­dence pour aînés; c’était sur la rue Wil­frid-Ranger. Char­p­en­tier-menuisier de for­ma­tion, Bernard Borde­leau avait fondé sa pro­pre en­treprise de con­struc­tion en 1970 et s’était dé­cou­vert un in­térêt pour ce type de résidences après en avoir con­struit une à la de­mande de gens d’af­faires de la ré­gion à la fin des an­nées 90. L’in­térêt est rapi­de­ment de­venu pas­sion pour cet en­tre­pre­neur qui s’est lancé en­suite, et à son compte, dans la con­struc­tion de cinq autres résidences. Outre la pre­mière en 2001, il y en a eu une sec­onde sur Wil­frid Ranger en 2004, sur Roméo-Gau­dreault en 2006, sur le Chemin du golf en 2008, sur le Chemin de la Visi­ta­tion en 2015 et en­core sur Roméo-Gau­dreault, dont les portes ou­vriront en juin. Le Groupe Borde­leau comptera néan­moins qua­tre résidences puisqu’il s’est dé­parti ces dernières an­nées de ses deux im­meubles sur Wil­frid-Ranger. Habi­ta­tions Borde­leau an­non­cera par ailleurs d’ici quelques se­maines la con­struc­tion d’une autre rési­dence à Saint-Charles-Bor­romée, la plus im­por­tante de son réseau en ce qui touche le nom­bre d’unités alors que les plans prévoient six étages et 182 lo­ge­ments. Ce titre est actuelle­ment détenu par la rési­dence de la rue du Golf dont les qua­tre étages of­frent 155 unités, toutes avec bal­con.

PHASE 5

Comme pour toutes les résidences du groupe Borde­leau, celle de la rue du Golf, aussi ap­pelée Phase 5, est des­tinée aux per­son­nes au­tonomes et semi-au­tonomes et ses aires com­munes se ré­su­ment en une chapelle, un gym avec ta­ble de bil­lard, une salle de cinéma, une salle mul­ti­fonc­tion­nelle ainsi qu’un pe­tit jardin ex­térieur avec ter­rain de shuf­fle­board et bal­ançoires.

S’ajoutent à cela, un sa­lon de coif­fure de même qu’une salle à manger con­sti­tuée non pas de ta­bles avec chaises, mais de ban­quettes à qua­tre ou deux places, et cha­cune d’elles est tou­jours oc­cupée par les mêmes rési­dents. Cette rè­gle, dit-on, per­met au per­son­nel de sig­naler à la di­rec­tion toute ab­sence anor­male.

En ce qui con­cerne main­tenant les ac­tiv­ités ex­térieures, les pos­si­bil­ités sont nom­breuses en rai­son de la prox­im­ité d’une piste cy­clable, d’un ter­rain de golf, de la riv­ière L’As­somp­tion qui se trans­forme l’hiver en pati­noire de près de trois kilo­mètres, de la plage Maria-Goretti et du parc Jean-de-Bosco. Ces deux derniers en­droits sont le théâtre d’ac­tiv­ités cul­turelles très cou­rues dans la ré­gion et pour lesquelles les Habi­ta­tions Borde­leau sont régulière­ment parte­naires.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.