C’est la faute ÀCARRIE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND -

In­croyable ! Ça fait main­te­nant cinq ans que Sex and the Ci­ty (Sexe à New York) a quit­té les ondes de HBO mais la sé­rie amé­ri­caine conti­nue de nous in­fluen­cer. La co­mé­die ro­man­tique He’s just not that in­to you (Laisse tom­ber, il te mé­rite pas), qui vient de prendre l’af­fiche, est di­rec­te­ment ins­pi­rée de six pe­tits mots ti­rés d’un épi­sode de la sé­rie-culte.

« He’s just not that in­to you », si­gni­fie : « Il ne veut rien sa­voir de toi ». Si un gars ne te rap­pelle pas après une soi­rée, ne cherche pas plus loin, tu ne l’in­té­resses pas.

Les deux au­teurs de l’épi­sode où cette phrase fa­ti­dique a été pro­non­cée ont vu qu’elle ré­su­mait bien une at­ti­tude mas­cu­line ré­pan­due et ils ont dé­ci­dé d’écrire un livre sur le su­jet. Le livre a été un best­sel­ler et ça a don­né le film avec Ben Af­fleck, Jennifer Anis­ton, Drew Bar­ry­more et Scarlett Johansson. Ça n’ar­rive quand même pas tous les jours qu’une simple phrase dite par un per­son­nage fic­tif passe dans le vo­ca­bu­laire cou­rant. Comme le di­sait le réa­li­sa­teur du film Ken Kwa­pis : « C’est la pre­mière fois qu’un film est écrit à par­tir d’une seule ré­plique, d’un seul épi­sode, d’une sé­rie té­lé». Mais pas n’im­porte quelle sé­rie té­lé.

Sexe à New York n’a été sur les ondes que de juin 1998 à fé­vrier 2004, mais… s’il y a au­jourd’hui à Mon­tréal six ma­ga­sins qui vendent uni­que­ment des cup­cakes, c’est que dans l’épi­sode no.35, Car­rie et Mi­ran­da man­geaient de ces pe­tits gâ­teaux su­crés. Si Cé­line Dion porte en spec­tacle des jeans avec des ta­lons très hauts, c’est la faute à Car­rie qui a lan­cé cette mode. Si vous n’ar­ri­vez pas à trou­ver l’âme soeur… c’est aus­si la faute à Car­rie. En ef­fet, l’an­née der­nière, le site amé­ri­cain de ren­contres sur in­ter­net, En­gage, a fait un son­dage : 52 % des cé­li­ba­taires af­fir­maient que Sex and the Ci­ty in­fluen­çait leur vie amou­reuse. Et Lind­say Lo­han a dé­jà dé­cla­ré que si elle me­nait une vie dis­so­lue c’était la faute… à Car­rie, Sa­man­tha, Mi­ran­da et Char­lotte qui cou­chaient avec des partenaires dif­fé­rents sans s’en­ga­ger.

Car­rie Brad­shaw est comme le la­pin Du­ra­cell de notre ima­gi­naire col­lec­tif : il dure en­core, et en­core, et en­core…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.