EN­NUI ET DÉ­CEP­TION

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Sun Me­dia

Même après avoir par­lé à Steve Mar­tin, je ne sais tou­jours pas pour­quoi il a joué le rôle de l’ins­pec­teur Clou­seau, à part pour un gros chèque.

Mais comme un pa­tient dans le co­ma qui serre votre main pour vous lais­ser sa­voir qu’il est tou­jours cons­cient, il y a quelques épi­sodes dans La Pan­thère rose 2 (un film par ailleurs mo­ri­bond), qui sug­gèrent que le gars qui nous a don­né Un vrai schnock est en­core en vie.

Mal­heu­reu­se­ment, ils sont tous dans la bande-an­nonce, et mal exé­cu­tés en plus. Ain­si, une scène in­tel­li­gente où Clou­seau ouvre une porte d’étable et est pié­ti­né à la vi­tesse d’un film si­len­cieux est char­cu­tée dans la bande-an­nonce. Il y a éga­le­ment un gag post­mo­derne aride avec une en­re­gis­treuse-qui-est-en-fai­tun-sty­lo qui ne vaut même pas un glous­se­ment à la Mon­ty Py­thon.

Au-de­là de ces va­cillantes na­no­se­condes d’hi­la­ri­té, il est dif­fi­cile d’ima­gi­ner que des ac­teurs comme Steve Mar­tin, John Cleese et Li­ly Tom­lin aient pu col­la­bo­rer à créer quelque chose de si inerte au plan hu­mo­ris­tique.

Dans La Pan­thère rose 2, Mar­tin re­vient avec Jean Re­no dans le rôle de Pon­ton, le fi­dèle par­te­naire de Clou­seau, et Emi­ly Mor­ti­mer dans la peau de son as­sis­tante Ni­cole, en­ti­chée de lui. Le pa­tron de Clou­seau, plein de res­sen­ti­ment, joué pré­cé­dem­ment par Ke­vin Kline, est in­ter­pré­té ici par John Cleese, qui se cogne lit­té­ra­le­ment la tête sur les murs pour sus­ci­ter des rires in­dé­fi­nis­sables.

MAL­ADRESSES

Quand les tré­sors les plus cé­lèbres au monde, dont le Suaire de Tu­rin, l’an­neau du pape et le bi­jou de la pan­thère rose sont vo­lés par un truand ap­pe­lé la Tor­nade, Clou­seau est ap­pro­ché pour for­mer « l’équipe de rêve » in­ter­na­tio­nale de dé­tec­tives jouée par An­dy Gar­cia, Al­fred Mo­li­na et Ai­sh­wa­rya Rai, la su­per­star de Bol­ly­wood.

Mar­tin est aus­si ac­com­pa­gné dans le film par Li­ly Tom­lin ( All Of Me), dans le rôle d’une « conseillère en sen­si­bi­li­té » qui doit lui faire chan­ger ses com­por­te­ments ana­chro­niques en­vers les femmes et les mi­no­ri­tés.

Après quelques es­ca­pades mal­adroites (qui sont en­core ré­vé­lées dans la ban­dean­nonce, comme un Clou­seau, ha­billé en pape, pen­du au bal­con du Va­ti­can), nous ar­ri­vons au mo­ment in­évi­table où l’ins­pec­teur est ap­pa­rem­ment mon­tré comme un fou et doit ca­fouiller pour se his­ser au rang de hé­ros.

La preuve que cette sé­rie de la Pan­thère rose est dé­diée aux en­fants ar­rive lorsque la femme de Pon­ton le chasse, lui et ses deux gar­çons, de la mai­son, pour em­mé­na­ger dans celle de l’oncle Jacques. Des karaté kids sortent de par­tout pour sau­ter sur Clou­seau au mo­ment où l’on s’y at­tend le moins; le seul coup de cha­peau de Mar­tin au Clou­seau de Pe­ter Sel­lers (vous sou­ve­nez­vous de « Ka­to ! En temps et lieu » ?)

La seule rai­son d’exis­ter de ces karaté kids est de rendre le film plus ac­ces­sible aux en­fants et de gâ­cher les vi­bra­tions de cet épi­sode.

Es­pé­rons que Mar­tin se re­mette en route, peut-être pour faire re­vivre une autre fran­chise dé­funte. Celle des Th­ree Stooges, en pas­sant, est dé­jà prise.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.