POR­TÉ PAR LA VIE

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Serge Drouin Le Jour­nal de Qué­bec

Plus jeune, Jean Ai­rol­di rê­vait de de­ve­nir hu­mo­riste ou co­mé­dien. Il fête au­jourd’hui ses 20 ans en mode et es­père ani­mer, un jour, une émis­sion de consom­ma­tion, le ma­tin, sur les ondes d’un de nos ré­seaux de té­lé­vi­sion.

« Quand j’ai com­men­cé comme de­si­gner, j’ai trou­vé ça dif­fi­cile. Je n’étais pas beau­coup consi­dé­ré par le mi­lieu de la mode de Mon­tréal. J’ar­ri­vais de l’Es­trie et on me re­gar­dait un peu de haut. C’est tou­jours ce que j’ai dé­plo­ré dans le monde de la mode, ce sno­bisme et les gros ego qu’on peut ren­con­trer chez les créa­teurs, di­ra Ai­rol­di. C’est après avoir rem­por­té quelques Griffes d’Or qu’on a com­men­cé à me prendre au sé­rieux. »

POUR UNE SOR­TIE

De­puis quelques an­nées dé­jà, Jean Ai­rol­di ne pro­pose plus de col­lec­tions. La vie l’a me­né ailleurs. La té­lé­vi­sion l’a hap­pé et ses fans peuvent le voir à Sa­lut Bon­jour! et l’en­tendre sur les ondes d’une sta­tion de ra­dio de l’Es­trie. En ce mo­ment, Jean Ai­rol­di anime aus­si Ai­rol­di pour une sor­tie sur les ondes de Ca­nal Vie.

Si le but de cette émis­sion est de pro­po­ser une jour­née trans­for­ma­tion à un couple, Ai­rol­di tient aus­si à l’as­pect hu­main de sa sé­rie. Ré­cem­ment, une jeune fille lui a écrit pour qu’il gâte ses pa­rents. La mère de la jeune femme ve­nait de tra­ver­ser un cancer. « C’est im­por­tant l’as­pect hu­main dans cette émis­sion », dit-il.

Voi­là deux ans que Ai­rol­di anime cette sé­rie. Une troi­sième sai­son est dé­jà pré­vue... Cette fois, Ai­rol­di tien­dra sa chro­nique dé­cou­verte. Il fe­ra ap­pel à des col­la­bo­ra­teurs pour le ma­quillage et la coif­fure.

Dans un proche ave­nir, Ai­rol­di lan­ce­ra sa col­lec­tion de sacs à main, une col­lec­tion de sacs à couches, de mon­tures de lu­nettes et une ligne de ma­quillage.

FA­MILLE

S’il est com­blé sur le plan pro­fes­sion­nel, Ai­rol­di l’est aus­si­dans­sa vie de tous les jours. Il fré­quente et vit des jours heu­reux avec sa con­jointe, Va­lé­rie, de­puis neuf ans. Le couple est ma­rié of­fi­ciel­le­ment de­puis cinq ans. Les amou­reux ont deux en­fants : Stel­la-Ève, 2 ans, et Li­li-Rose, 5 mois.

Le couple amène ses en­fants avec lui le plus sou­vent pos­sible. « Elles sont habituées de nous suivre », dit Ai­rol­di pré­ci­sant que Stel­la-Ève et Li­li-Rose jouent no­tam­ment les man­ne­quins pour la chaîne Sou­ris Mi­ni.

« Je ne vois pas d’in­con­vé­nients à pré­sen­ter les filles sur la place pu­blique. Je ne suis pas une grosse ve­dette comme Mi­chael Jack­son. Je ne crois pas que mes filles soient en dan­ger. De plus, dans ce mé­tier, plus vous ca­chez vos en­fants, plus les gens se­ront ten­tés de tout faire pour les voir. »

Ai­rol­di pré­cise qu’il n’obli­ge­ra ja­mais ses filles à me­ner une vie pu­blique. « Si, vers l’âge de 4, 5, 6 ou 7 ans, elles ne veulent plus po­ser, ce se­ra cor­rect. Elles dé­ci­de­ront si elles veulent conti­nuer ou non », com­mente l’ani­ma­teur-de­si­gner.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.