FAIREBOUGERLABDD’ICI

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Le Jour­nal de Mon­tréal

La mai­son d’édi­tion La Pastèque cé­lèbre cette an­née sa pre­mière dé­cen­nie par­mi les édi­teurs qué­bé­cois. Le 9e art a ga­gné un joueur.

Mar­tin Brault et Fré­dé­ric Gau­thier, jeunes li­braires de la rue Saint-Denis, consta­taient avec une cer­taine dé­so­la­tion que l’ama­teur de BD n’en avait que pour la tra­di­tion belge ou fran­çaise. Peu d’al­bums qué­bé­cois, ob­ser­vaient-ils, gar­nis­saient les rayons des li­brai­ries. La bande des­si­née se fai­sait en­core dis­crète dans la pro­duc­tion d’ici.

« Ici, nous n’avions pas la tra­di­tion de la BD. Dans la forme ro­man gra­phique, nous sui­vions la tra­di­tion fran­co-belge. Nous avons eu l’au­dace d’en sor­tir avec des ro­mans de 200 ou 300 pages. »

Fré­dé­ric Gau­thier se sou­vient que lui et Mar­tin ont vou­lu faire bou­ger les choses en adop­tant des formes ar­tis­tiques et com­mer­ciales dif­fé­rentes. Tous deux se sont consa­crés à la bande des­si­née et ont vou­lu créer une struc­ture qui irait dans le sens du grand bou­le­ver­se­ment que vi­vait le 9e art.

65 TITRES

En dix ans, plus de 65 titres prouvent que les deux com­pères ont su bien éva­luer la si­tua­tion. « On a vou­lu faire bou­ger, ex­plique Fré­dé­ric Gau­thier. Dès le dé­part, nous avons eu des au­teurs et des­si­na­teurs qui avaient la même pen­sée que nous. »

On parle ici de Mi­chel Ra­ba­glia­ti avec la sé­rie des Paul. Dès la pre­mière ren­contre, la sen­si­bi­li­té et l’ap­proche de l’au­teur sé­duisent les édi­teurs dé­bu­tants. Dès ce mo­ment, cet au­teur est de­ve­nu, par sa pré­sence mé­dia­ti­sée, un au­teur phare de la mai­son d’édi­tion.

À Mi­chel s’ajoute aus­si Pas­cal Blan­chet. Après, les choses ont pris ra­pi­de­ment de l’ex­pan­sion.

La Pastèque était dé­jà dif­fu­sée en Eu­rope, mais elle se de­vait d’af­fron­ter une com­pé­ti­tion gi­gan­tesque. En fa­bri­quant des livres moins chers, mi­sant sur l’as­pect vi­suel en pous­sant les im­pri­meurs à faire beau­coup avec peu, La Pastèque est al­lée plus loin en in­no­vant.

DES OVNIS

Un de­si­gn clas­sique mis en va­leur par du pa­pier de qua­li­té et une im­pres­sion ori­gi­nale ont été et de­meurent la force de la mai­son d’édi­tion. « Mais tout ça, af­firme néan­moins Fré­dé­ric Gau­thier, ne s’est pas pas­sé sans que nous cou­rions des risques. Nous étions un peu comme des ovnis. Nous avons fait bou­ger les choses en pro­po­sant des livres étranges. »

Du­rant les trois ou quatre pre­mières an­nées, Fré­dé­ric et Mar­tin ont ap­pris par tâ­ton­ne­ments. Si les af­faires vont bien main­te­nant et qu’elles ont pris une belle vi­tesse de croi­sière, il y a dans cette his­toire quelques sou­ve­nirs moins glo­rieux.

« Notre pa­pier étant plus fra­gile que ce­lui uti­li­sé ha­bi­tuel­le­ment, les di­men­sions dif­fé­rentes des autres al­bums, les li­braires nous di­saient qu’il était dif­fi­cile de mettre nos livres sur les rayons. »

La sé­rie des Paul, de Mi­chel Ra­ba­glia­ti, a chan­gé la donne chez ces mêmes li­braires.

« Elle a ou­vert des portes, spé­ci­fie Fré­dé­ric Gau­thier. L’Ap­pa­reil, un livre de cui­sine tout à fait ori­gi­nal, a trans­for­mé les choses. Ce pro­jet que nous avons mis deux ans à faire a été aus­si un en­jeu ex­tra­or­di­naire dont on ne me­su­rait pas la por­tée. Il s’est ven­du très bien au Qué­bec. »

La Pastèque est bien en place, bien an­crée dans un mi­lieu qui, mal­gré tout, se­lon Fré­dé­ric Gau­thier, de­meure fra­gile. « L’ori­gine de La Pastèque puise ses sources chez tous les pe­tits édi­teurs qui, au dé­but des an­nées 1990, ont pri­vi­lé­gié un re­nou­vel­le­ment de la bande des­si­née en adop­tant des pra­tiques ar­tis­tiques et com­mer­ciales dif­fé­rentes », ré­sument-ils.

PHOTO LE JOUR­NAL

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.