UN PE­TIT COUP DE CHA­PEAU À DA­NIEL LANGLOIS

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Mi­chelle Cou­dé-Lord Le Jour­nal de Mon­tréal

Yvon Des­champs re­mer­cie nul autre que Da­niel Langlois, le créa­teur de Sof­ti­mage, pour sa for­tune per­son­nelle.

« Les gens pensent que c’est le mé­tier qui a fait ma ri­chesse. Je dois dire que j’ai tou­jours bien dé­pen­sé ce que je ga­gnais », ra­conte-t-il très sé­rieu­se­ment. Ju­di sou­ligne alors, « Il a un bon comp­table. » Mais au­jourd’hui, Yvon Des­champs avoue avoir fait quelques mil­lions grâce à l’in­ves­tis­se­ment de quelques mil­liers de dol­lars dans la com­pa­gnie du Qué­bé­cois Da­niel Langlois.

« Ce gars-là m’a per­mis de faire quelques mil­lions. C’est plate! T’ima­gines si j’avais pu in­ves­tir 100000 $, j’au­rais des mil­liards au­jourd’hui. Un jour, je l’ai ren­con­tré et je l’ai re­mer­cié. »

Oui, l’ar­gent donne aus­si la li­ber­té, mais il croit fer­me­ment que l’amour des pe­tites choses de la vie est la plus grande ri­chesse.

« Le bon­heur ne s’achète pas. Et c’est ben de l’ou­vrage de le trou­ver », nous dit sa­ge­ment l’hu­mo­riste.

RES­TAU­RANT

De­puis quelques mois, avec ses amis Claude Meu­nier et Ro­bert Vi­net, il est pro­prié­taire du res­tau­rant de 110 places à la Place des Arts, le Res­to Sein­galt.

« Je suis re­ve­nu à mes ori­gines, la res­tau­ra­tion. Au dé­but, Claude a hé­si­té et il est vite re­ve­nu sur sa dé­ci­sion en voyant l’en­droit. Et là, il adore ça. Il y a quelques se­maines, on a réuni nos fa­milles res­pec­tives et on a eu un plai­sir fou, quel beau mo­ment! Claude est un homme que j’aime beau­coup », ra­conte Yvon Des­champs, rap­pe­lant que la res­tau­ra­tion est aus­si un monde fort exi­geant.

D’ailleurs, le jour de l’en­tre­vue, Claude Meu­nier, pré­sent au res­tau­rant, est gen­ti­ment ve­nu sa­luer son as­so­cié Yvon.

OBA­MA

Homme d’af­faires, homme in­for­mé, Yvon Des­champs pour­rait en dire long sur Oba­ma s’il re­mon­tait sur scène.

Le pre­mier pré­sident noir des États-Unis l’ins­pire-t-il?

« Il me donne espoir comme tout le monde. Il ne peut pas faire pire que l’autre. L’Amé­rique est à terre, rui­née com­plè­te­ment. Le plus drôle, c’est qu’elle est pré­sen­te­ment sau­vée par des pays comme la Chine et l’Inde. J’au­rais dit ce­la il y a 20 ans dans un mo­no­logue et les gens au­raient ri, me croyant tom­bé sur la tête. Comme quoi, dans la vie, tout est pos­sible. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.