Droit au coeur

En moins de six mois, la chan­teuse Coeur de Pi­rate, 19 ans, est de­ve­nue la nou­velle co­que­luche du monde de la chan­son qué­bé­coise. Son pre­mier al­bum, un épo­nyme, a fait l’una­ni­mi­té au­près des cri­tiques et se re­trouve même sé­lec­tion­né dans la ca­té­go­rie de l

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Serge Drouin Le Jour­nal de Qué­bec

Ce suc­cès sou­dain fait peur à la chan­teuse. « Oui, j’ai peur, mais je crois que c’est nor­mal d’avoir peur dans ce mé­tier. Le jour où je n’au­rai plus peur, je fe­rai autre chose. On ne sait ja­mais quand on ces­se­ra de faire ce mé­tier. Le pu­blic peut ces­ser d’ache­ter vos disques, vous pou­vez perdre une main... On ne sait ja­mais », dit la nou­velle ve­dette de son vrai nom Béatrice Mar­tin.

Au fait, ré­glons tout de suite l’his­toire de son nom Coeur de Pi­rate. Pour­quoi? « Il n’y a pas de rai­sons pré­cises. Il est ar­ri­vé au fil de dis­cus­sions. Un pi­rate, ça ne doit rien à per­sonne, un peu comme un mu­si­cien... C’est la seule explication que j’y vois », ra­conte-telle.

À TROIS ANS

Si elle se si­tue dans les re­crues du monde de la chan­son, Coeur de Pi­rate fraie de­puis un mo­ment dans la mu­sique. Dé­jà, à trois ans, elle jouait du pia­no. Elle a même étu­dié l’ins­tru­ment au con­ser­va­toire de mu­sique, de 9 à 14 ans. « Puis, à 14 ans, j’étais une ado­les­cente frus­trée. Je ne vou­lais plus jouer. J’ai ces­sé le pia­no pour un peu plus d’un an », dit-elle.

Au tour­nant de 2007, elle com­mence à écrire ses chan­sons. « J’écris pour éva­cuer un trop-plein d’émo­tion », si­gnale-t-elle. Des membres de Bon­jour Bru­maire l’ont re­mar­quée lors d’un spec­tacle et lui pro­posent de de­ve­nir leur cla­vié­riste et voix fé­mi­nine... Prin­temps 2008, elle quitte le groupe pour s’adon­ner à sa car­rière so­lo.

IN­FLUENCES

C’est par le phé­no­mène MyS­pace, sur le Net, que la chan­teuse fait connaître ses com­po­si­tions. « MyS­pace a été une bonne chose pour moi. Pour de nou­veaux ar­tistes, In­ter­net peut être très utile. Il y a main­te­nant plu­sieurs fa­çons de se faire connaître, mais tant mieux si tout le monde (ra­dio, té­lé, jour­naux...) em­barque. »

Ses in­fluences mu­si­cales sont mul­tiples. « Ma mère m’a dit que dès l’âge de quatre ans, je chan­tais du Fran­cis Ca­brel. Puis, j’écou­tais Car­men de Bi­zet et mon père ai­mait beau­coup des chan­teurs comme Dean Mar­tin. J’ai eu, somme toute, des in­fluences di­verses. Ça ne s’en­tend pas né­ces­sai­re­ment dans mes chan­sons », dit-elle.

Les in­fluences sont tout de même pré­sentes, puisque sa mu­sique fait dans le folk et... en fran­çais. L’au­tomne der­nier, Coeur de Pi­rate a lan­cé son pre­mier al­bum, un épo­nyme ven­du jus­qu’à pré­sent à plus de 21 000 exem­plaires. La chan­teuse se pro­dui­ra le 17 fé­vrier, au Ca­pi­tole de Qué­bec, dans le cadre de la Bourse Ri­deau. Elle se­ra en spec­tacle le 19 mars (com­plet) et le 30 avril (quelques places) au Théâtre Pe­tit Cham­plain de Qué­bec avec ses trois mu­si­ciens. La chan­teuse ne pour­ra être des Ju­no, à la fin mars, puis­qu’elle se­ra à Paris en concert et en tour­née de pro­mo­tion au même mo­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.