Chan­sons d’amour ca­chées

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE -

Ha­bi­tuel­le­ment, une chan­son d’amour est com­po­sée de pa­roles à l’eau de rose et d’une mé­lo­die si­ru­peuse. Mais cer­tains au­teurs­com­po­si­teurs sont sor­tis des sen­tiers bat­tus pour chan­ter l’amour. Voi­ci quelques exemples.

Tout d’abord, Can’t Take My Eyes Off You, in­ter­pré­tée à l’ori­gine par The Four Sea­sons. Une ver­sion « Danse » a ob­te­nu du suc­cès au dé­but des an­nées 80. Lau­ryn Hill avait aus­si in­clus une ver­sion sur son al­bum The Mi­se­du­ca­tion Of Lau­ryn Hill. C’était même un titre ca­ché.

Lay­la en­suite. Cette chan­son est une dé­cla­ra­tion d’amour d’Éric Clap­ton à Patti Boyd, alors qu’elle était tou­jours la femme de George Har­ri­son (des Beatles), grand ami du gui­ta­riste. Éric Clap­ton s’est ins­pi­ré de Ma­j­noun et Lei­la, une his­toire d’amour arabe im­pos­sible, pour écrire cette chan­son. Elle fut lan­cée par De­rek And The Do­mi­nos, pro­jet de Clap­ton, en 1970. La ver­sion acous­tique en 1990 a per­mis à Clap­ton de tout ra­fler à la cé­ré­mo­nie des Gram­mys.

AXL ROSE

Mal­gré sa ré­pu­ta­tion d’être désa­gréable, Axl Rose avait écrit Sweet Child Of Mine, une belle chan­son d’amour à Erin Ever­ly, qu’il a épou­sé en avril 1990. Le couple a di­vor­cé en jan­vier 1991. Erin Ever­ly au­rait même re­fu­sé une par­tie des droits d’au­teurs, que Rose lui a of­fert, tel­le­ment elle l’avait ins­pi­ré. On la voit a quelques re­prises dans le vi­déo­clip.

No One de Ali­cia Keys fait aus­si par­tie de ces chan­sons d’amour qui sont loin des bal­lades conven­tion­nelles, de même que I On­ly Wan­na Be With You de Dus­ty Spring­field et Love Song de The Cure, ca­deau de ma­riage de Ro­bert Smith à sa femme Ma­ry.

PHOTOS D’ARCHIVES

Éric Clap­ton.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.