Ex­plo­rer les pas­sages cou­verts

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

Les pas­sages cou­verts pa­ri­siens sont des lieux par ex­cel­lence pour flâ­ner dans la ca­pi­tale. Sous leurs ver­rières, beau temps, mau­vais temps, ces pas­sages per­mettent de dé­cou­vrir Paris, tan­tôt in­so­lite, tan­tôt poé­tique. Si cer­tains sont dé­ser­tés et n’abritent que quelques com­merces, d’autres nous font tom­ber sous leur charme.

En vogue entre la fin du XVIIIe siècle et le mi­lieu du XIXe siècle, les pas­sages cou­verts étaient, à l’ori­gine, des sa­lons mon­dains que fré­quen­tait la bour­geoi­sie. Ces pas­sages, bor­dés de deux ran­gées de vi­trines der­rière les­quelles on re­trouve di­verses bou­tiques, sont, à l’époque, l’émer­gence d’un nou­veau type d’es­pace com­mer­cial. Cer­tains les consi­dèrent d’ailleurs comme les an­cêtres de nos cen­tres­com­mer­ciaux.

Adap­tés de par leur forme à plu­sieurs types de ter­rains, que ce soit les par­celles longues ou en­core les par­celles étroites, ils étaient sou­vent le fruit d’une spé­cu­la­tion pri­vée et d’opé­ra­tions com­mer­ciales.

Au to­tal, près d’une qua­ran­taine de pas­sages furent construits à Paris, dont plus de la moi­tié dans les an­nées 1820. Concen­trés sur la rive droite de la Seine, plu­sieurs d’entre eux ont au­jourd’hui dis­pa­rus. Lais­sés à l’aban­don pen­dant la pé­riode Hauss­mann, 17 pas­sages existent en­core.

Ces pas­sages sont l’oc­ca­sion de vi­si­ter Paris au­tre­ment. Des ba­lades qui as­so­cient shop­ping, lèche-vi­trine et vi­site ar­chi­tec­tu­rale. Voi­ci quelques pas­sages à ne pas man­quer.

LE PAS­SAGE DES PA­NO­RA­MAS

Éri­gé en 1800, il est l’un des plus vieux pas­sages de Paris. En 1817, il fut le pre­mier lieu pu­blic pa­ri­sien éclai­ré au gaz. Il abri­tait alors des bou­tiques de luxe.

Au­jourd’hui, il re­groupe de sym­pa­thiques pe­tits bis­trots dont les tables en­va­hissent le pas­sage, dé­jà étroit. Il y a éga­le­ment des bou­tiques spé­cia­li­sées dans la vente de cartes pos­tales et de pho­to­gra­phies. Mais ce pas­sage est sur­tout ré­pu­té pour ces com­merces de timbres an­ciens.

Long pas­sage de 133 mètres, il est ou­vert tous les jours de la se­maine jus­qu’à mi­nuit.

LES PAS­SAGES VER­DEAU ET JOUF­FROY

Construits au mi­lieu du XIXe siècle, ces deux pas­sages en forment un seul. La haute ver­rière en fait un pas­sage lu­mi­neux de 215 mètres.

On ac­cède au pas­sage Jouf­froy par le bou­le­vard Mont­martre. On y trouve des bou­tiques de bi­joux, de prêt-à-por­ter et d’ar­ti­sa­nat. Un sa­lon de thé pro­pose des pâ­tis­se­ries al­lé­chantes et des cho­co­lats mai­sons.

Avant d’ac­cé­der au Pas­sage Ver­deau, pre­nez le temps de vous ar­rê­ter chez La boîte à jou­joux. Si­tué le long de l’es­ca­lier qui re­lie les deux pas­sages, on y vend jouets, fi­gu­rines et pou­pées mi­nia­tures, pour le plai­sir des pe­tits et des grands.

De son cô­té, le pas­sage Ver­deau at­tire prin­ci­pa­le­ment des ama­teurs de livres, neufs et an­ciens, et des col­lec-

tion­neurs de cartes pos­tales.

LE PAS­SAGE CHOI­SEUL

Ce pas­sage fut très ani­mé au XIXe siècle de par son em­pla­ce­ment. Si­tué dans le deuxième ar­ron­dis­se­ment, à proxi­mi­té de l’Opé­ra Gar­nier et de la Place de la Bourse, on y entre par la rue des Pe­tits-Champs ou la rue SaintAu­gus­tin.

Il est re­con­nu pour la di­ver­si­té de ses bou­tiques : vê­te­ments, chaus­sures, bi­joux, jouets, livres neufs à prix ré­duits. Ce pas­sage forme un sym­pa­thique bric-à-brac de 190 mètres.

Le mi­di, de nom­breux pa­ri­siens viennent s’y res­tau­rer en toute sim­pli­ci­té. L’am­biance y est par­ti­cu­liè­re­ment ani­mée à l’heure de la pause dé­jeu­ner.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.