JEAN-LUC MON­GRAIN AU SU­JET DE

Luc Jean- ÀLCN, s’ac­co rde Mong rain pour d’unan moins cotes queles sent dé­pas d’éco ute chaîn es des s. celles aliste gé­nér

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND -

LA CAISSE DE DÉ­PÔT

« La Caisse a tra­hi son man­dat. Elle est là pour pro­té­ger le bas de laine des Qué­bé­cois, comme un bon père de fa­mille. Ils (les di­ri­geants) ne sa­vaient même pas ce qu’ils ache­taient! C’est comme un bon père qui va à l’épi­ce­rie et qui ne sait pas quoi ache­ter pour faire gran­dir sa fa­mille. Ça fait qu’il achète de la bière. C’est dans la li­gnée de l’af­faire La­croix. »

LES CI­TOYENS QUI LUI FOUR­NI­RONT DES SU­JETS D’AC­TUA­LI­TÉ

« La so­cié­té est mor­ce­lée; on est pres­ta­taire de l’aide so­ciale, pa­tient de l’hô­pi­tal, ou client de la So­cié­té de l’as­su­rance-au­to­mo­bile. Il y a une dis­tor­sion entre les gens et les ser­vices qui leur sont of­ferts. »

L’ÉCOLE

« Ce ne sont pas les jeunes qui dé­crochent de l’école, c’est l’école qui dé­croche des jeunes. En plus, l’école n’est pas adap­tée pour les gar­çons. J’ai été en­sei­gnant de sciences re­li­gieuses et j’ai vé­cu cette dis­tor­sion entre le lan­gage pé­da­go­gique et la réa­li­té des jeunes. »

L’OB­JEC­TI­VI­TÉ JOUR­NA­LIS­TIQUE

« Je ne crois pas à l’ob­jec­ti­vi­té. Les pre­miers re­por­ters qu’on a eus, ce sont les évan­gé­listes. Le choix des mots, les si­lences en ondes, l’at­ti­tude, la fa­çon de ti­trer; je ne crois pas à l’ob­jec­ti­vi­té. »

SES 17 TRO­PHÉES MÉ­TROS­TAR

« Quand tu gagnes 17 tro­phées, tu sais à quoi ça tient. Les gens te disent que tu poses la ques­tion qu’ils au­raient ai­mé po­ser, que tu ap­pelles un chat, un chat. C’est ce que je vais conti­nuer à faire. »

LA PO­SI­TION DE TO­RON­TO FACE À MON­TRÉAL

« Dans mon temps, on di­sait que la vraie ca­pi­tale du Ca­na­da, c’était Mon­tréal. Au­jourd’hui, c’est To­ron­to. L’exemple le plus frap­pant, c’est ce­lui de l’aé­ro­port. En re­ve­nant de Rome, j’ai fait Rome-To­ron­to, et To­ron­to-Mon­tréal. Il n’y a plus de vols di­rects qui at­ter­rissent à Mon­tréal! À To­ron­to, ils ont des trains et des au­to­bus qui re­lient les ter­mi­naux. Ici, on n’a rien de ça. Juste pour les va­lises, il y avait celles de trois vols sur le même car­rou­sel. La der­nière fois que j’ai vé­cu ça, c’était à Haïti. »

PHOTO D’ARCHIVES

Jean-Luc Mon­grain

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.