TQS UNE FIN TRISTE

En quit­tant TQS l’an der­nier, Jean-Luc Mon­grain avoue qu’il au­rait été prêt à s’ef­fa­cer com­plè­te­ment de la vie pu­blique.

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Da­ny Bou­chard Le Jour­nal de Mon­tréal

« J’au­rais été prêt à ça », confie-t-il au bout d’un mo­ment de ré­flexion.

« En même temps, c’est au bout d’un temps d’ar­rêt de dix mois que tu t’aper­çois qu’il y a un après, qu’il y a un re­tour. Et je le dis, je le ré­pète, j’ai en­core la flamme. »

Ses der­niers mois à l’an­tenne de TQS ont été par­ti­cu­liè­re­ment éprou­vants.

« Je n’ai pas été per­son­nel­le­ment tou­ché, parce que j’étais un contrac­tuel, que mon contrat ve­nait à échéance, et que je ne vou­lais pas le re­nou­ve­ler. Mais je l’ai vé­cu tris­te­ment. Pour l’in­dus­trie, c’est la perte d’une salle de nou­velles, et pour mes confrères et consoeurs, c’est la shop qui ferme », dit-il.

LE CRTC PAS AS­SEZ SÉ­VÈRE

De­puis son dé­part, Jean-Luc Mon­grain ad­met ne pas avoir beau­coup re­gar­dé la chaîne du Mou­ton noir. « En­core là, je trouve ça triste. Parce que je pense que le CRTC n’a pas eu le cou­rage de faire ce qu’il au­rait dû faire. Il au­rait fal­lu que le CRTC dis­ci­pline l’ache­teur (Rem­star).

« À mon avis, l’ache­teur n’a même pas res­pec­té ce que le CRTC lui de­man­dait mi­ni­ma­le­ment. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.