En toute li­ber­té

Bien des ar­tistes fran­çais se disent amou­reux du Qué­bec; l’hu­mo­riste Mi­chel Bou­je­nah le confirme en ac­cep­tant d’in­ter­rompre la mise en scène d’un nou­veau film à Paris pour ve­nir pré­sen­ter son spec­tacle En­fin libre ! dans le contexte du Grand Rire de Québe

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Pierre O. Nadeau

Son coup de foudre pour le Qué­bec, il l’a dé­cro­ché lors d’un sé­jour de cinq mois, en 2003, à l’oc­ca­sion du tour­nage de son pre­mier film, Père et fils. « J’ai dé­ve­lop­pé des liens très étroits avec le Qué­bec; on parle, bien sûr, de ses fa­meux pay­sages, mais ce n’est pas tout, c’est aus­si la cha­leur des gens. Et leur curiosité, de même que leur vi­va­ci­té! Le Qué­bec est aus­si une terre fer­tile d’hu­mo­ristes. Et comme il y a beau­coup d’hu­mo­ristes, il y a beau­coup d’humour, autre trait ca­rac­té­ris­tique des Qué­bé­cois. » La seule chose qu’il trouve moins ri­go­lo, c’est la ri­gueur de nos hi­vers. « Juste à y pen­ser, j’en tremble... », ba­dine-t-il de son do­mi­cile pa­ri­sien.

Lors du pro­chain Grand Rire, Mi­chel Bou­je­nah nous ré­serve la sur­prise d’un nu­mé­ro avec JeanMi­chel Anc­til. Mais le but pre­mier de son voyage outre-mer est de ve­nir pré­sen­ter son nou­veau spec­tacle, En­fin libre!, le 22 juin, à la salle Al­bert-Rousseau. « Je vous ré­serve même la pri­meur avant Paris », lance-t-il. Comme son spec­tacle com­porte une part d’improvisation, l’hu­mo­riste d’ori­gine tu­ni­sienne en­tend bien ta­qui­ner son pu­blic qué­bé­cois — « un pu­blic aver­ti en humour » — no­tam­ment avec nos ex­pres­sions co­lo­rées, dont celle qui l’amuse le plus est «tu peux-tu, comme dans tu peux-tu m’ai­der ».

IL NA­VIGUE

Même s’il fait de la scène de­puis trois dé­cen­nies, Mi­chel Bou­je­nah en­tend en­fin s’of­frir la li­ber­té d’im­pro­vi­ser au gré de si­tua­tions ou de gens dans la salle. « Dans le pas­sé, je bâ­tis­sais tout un spec­tacle au­tour d’un seul thème; cette fois, j’ai dé­ci­dé de na­vi­guer d’un thème à l’autre, en par­lant de dif­fé­rents su­jets comme les iti­né­rants, l’amour et les dé­cou­vertes scien­ti­fiques. Je ne porte plus mon fa­meux cos­tume; au­jourd’hui, j’ose da­van­tage. Ça peut don­ner des mo­ments très drôles, comme je risque de me cas­ser la gueule », ajoute l’hu­mo­riste qui, l’an der­nier, a coa­ni­mé avec Mi­chel Bar­rette une soi­rée de gala sur la scène de l’Olym­pia pour le fes­ti­valPa­ris fait­sa­co­mé­die.

En­fin libre! est le neu­vième spec­tacle de Mi­chel Bou­je­nah, qui a tou­jours évo­lué en so­lo. Sa feuille de route comme ac­teur au ci­né­ma est par­ti­cu­liè­re­ment im­pres­sion­nante.

Au­jourd’hui, il di­rige ses propres films, et lors­qu’on lui de­mande comment il ar­rive à conci­lier sa vie fa­mi­liale et ses nom­breuses ac­ti­vi­tés pro­fes­sion­nelles, il ré­pond avec iro­nie : « Je trouve dom­mage que les jour­nées ne comptent que 48 heures », ajou­tant que cinq heures de som­meil lui suf­fisent, « ce qui me pro­cure beau­coup de temps pour faire d’autres choses ».

PHOTO D’ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.