AC­TEUR ET RÉA­LI­SA­TEUR

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Agence QMI

Il était la tête d’af­fiche du film Le Dé­ser­teur, il joue éga­le­ment dans la sé­rie té­lé­vi­sée Les hauts et les bas de So­phie Pa­quin, mais Émile Proulx-Clou­tier ne se dé­marque pas seule­ment en tant qu’ac­teur. Il fait éga­le­ment sa place comme réa­li­sa­teur en étant en no­mi­na­tion aux Ju­tra pour son court mé­trage Les ré­fu­giés.

« On est leur­ré par le mot court, dans court mé­trage, parce que ça donne l’im­pres­sion que ces pe­tits films sont moins im­por­tants et plus simples. Pour­tant, ra­con­ter une his­toire et s’at­ta­cher aux per­son­nages en si peu de temps, ça de­mande sou­vent deux fois plus d’ef­forts. La pro­duc­tion des Ré­fu­giés a été ar­due, mais au fi­nal, j’ai ado­ré ce que j’ai dé­cou­vert en tant que réa­li­sa­teur », ex­plique Émile Proulx-Clou­tier.

Le jeune réa­li­sa­teur en pro­fite pour in­vi­ter le pu­blic à s’in­té­res­ser à d’autres formes de ci­né­ma et à s’ini­tier aux courts mé­trages.

« J’ai­me­rais que ce mi­lieu soit plus connu. Aux Ren­dez-vous du ci­né­ma qué­bé­cois, les courts mé­trages sont mis en­semble et les gens peuvent voir des di­zaines de courts films en une soi­rée. Sou­vent, quand j’in­vite des amis à ve­nir re­gar­der les courts mé­trages, ils sont im­pres­sion­nés par les his­toires et sortent agréa­ble­ment sur­pris.

UN DO­CU­MEN­TAIRE

Se­lon Émile Proulx-Clou­tier, la du­rée du film n’est pas un gage de qua­li­té.

« Quand je re­çois une his­toire, je ne veux pas ab­so­lu­ment en faire un long mé­trage. Je me de­mande tou­jours com­bien de temps ça prend à cette his­toire pour être ra­con­tée. Pour l’ins­tant, les scé­na­rios que j’ai réa­li­sés de­man­daient peu de temps, mais il se peut qu’un jour, je dé­couvre une his­toire qui a ab­so­lu­ment be­soin d’une heure et de­mie pour être bien com­prise. »

Le réa­li­sa­teur est plu­tôt oc­cu­pé pré­sen­te­ment, puisque son pro­chain do­cu­men­taire Les pe­tits géants, qu’il a réa­li­sé avec Anaïs Bar­beau-La­va­lette, se­ra pré­sen­té en clô­ture des Ren­dez­vous du ci­né­ma qué­bé­cois.

« Nous avons sui­vi des en­fants dans leur école, en train de mon­ter un spec­tacle d’opé­ra avec un grand bud­get. Ce sont des en­fants qui n’avaient ja­mais tou­ché à un pia­no de leur vie, qui n’avaient ja­mais mon­té un spec­tacle et qui ont pro­duit un grand spec­tacle im­pres­sion­nant. »

TÉ­LÉ-RÉA­LI­TÉ

Ce film très at­ten­du dé­montre le quo­ti­dien des en­fants. Est-ce un genre de té­lé­réa­li­té?

« Oui, mais pas dans le sens né­ga­tif du terme. Il n’y a au­cun ma­quillage, au­cun su­perbe dé­cor, c’est seule­ment le quo­ti­dien des en­fants. C’est dans ce genre de réa­li­té qu’on re­trouve les plus belles choses. Ç’a été une grande dé­cou­verte pour moi de suivre ces pe­tits en­fants » af­firme Émile Proulx-Clou­tier.

Et le théâtre? Il ne faut pas de­man­der à Émile Proulx-Clou­tier de choi­sir entre la té­lé­vi­sion, la réa­li­sa­tion, le ci­né­ma ou le théâtre puis­qu’il est pas­sion­né pour cha­cune de ces dis­ci­plines ar­tis­tiques.

« Je suis en train de ré­pé­ter pour la ré­ou­ver­ture du Théâtre de Quatre Sous. Je vais jouer dans la pre­mière pièce qui y se­ra pré­sen­tée qui s’ap­pelle Dans les char­bons. Quinze co­mé­diens se­ront réunis pour faire dé­cou­vrir ou re­dé­cou­vrir aux gens des poèmes ex­tra­or­di­naires », ra­conte le co­mé­dien.

PHOTO D’ARCHIVES

Émile ProulxC­lou­tier en com­pa­gnie de ses pa­rents, Raymond Clou­tier et Da­nielle Proulx avec les­quels il a tour­né Le Dé­ser­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.