FRANK LAN­GEL­LA

Frost/Nixon

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINEMA -

« Nixon était une per­sonne très tou­chante à in­ter­pré­ter, pré­cise Lan­gel­la. D’ha­bi­tude, j’ar­rive à me dé­faire re­la­ti­ve­ment ra­pi­de­ment des per­son­nages que j’in­ter­prète, mais Nixon, il ne me quit­tait pas. Pour moi, c’est la pro­fon­deur de la dou­leur de cet homme et la pro­fon­deur de son dé­sir pour la gloire qui sont res­sor­ti da­van­tage. Cet air plein de sus­pi­cion et de pa­ra­noïa qu’il avait, ça m’est res­té. J’avais pris l’ha­bi­tude de re­gar­der les chauf­feurs de taxi et de leur de­man­der : “Qu’est-ce que vous me vou­lez ?” Dans ce sens, Nixon était tou­jours dans ma tête et en­core au­jourd’hui, il l’est tou­jours. Je parle à Nixon tous les jours et il me ré­pond. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.