L’âge de l’amour

« Quand on se donne... à une femme d’ex­pé­rience », chan­tait Fran­cis Mar­tin il y a une quin­zaine d’an­nées. Dans le po­pu­laire té­lé­ro­man Des­ti­nées, en ondes à TVA, le mer­cre­di, à 20 h, Ca­mille Lam­bert, 23 ans, se donne à un homme d’ex­pé­rience, Jean-Marc, 50

Le Journal de Montreal - Weekend - - TELEVISION - Serge Drouin

« Je ne crois pas que je pour­rais vivre une re­la­tion amou­reuse avec un homme beau­coup plus âgé que moi. Par contre, je pense que je pour­rais très bien par­ta­ger une belle ami­tié.»

La co­mé­dienne Bianca Ger­vais est com­blée par le per­son­nage de Ca­mille Lam­bert qu’elle in­ter­prète dans Des­ti­nées. « Ce rôle m’est ar­ri­vé comme un ca­deau sur un pla­teau d’ar­gent», di­telle. « Au dé­part, les gens me fai­saient la re­marque que j’in­car­nais une fois de plus une tête folle, une p’tite tan­nante en amour avec un homme plus vieux qu’elle parce qu’elle veut pro­fi­ter de son ar­gent. Pour moi, Ca­mille, ce n’est pas ça.»

PAS UNE CONNE

Bianca Ger­vais dé­fend bec et ongles sa Ca­mille. « Ca­mille ne court pas après l’ar­gent de Jean-Marc. Elle l’aime vrai­ment. Elle prend soin de lui et elle lui ap­porte une cer­taine can­deur qu’il a peut-être per­due, à son âge. Ca­mille n’est pas une conne. Elle a des choses à dire. C’est une fille brillante. Il ne faut pas oublier que Ca­mille et Jean-Marc ont toute la so­cié­té contre eux. Elle doit se dé­battre avec ça», note l’ac­trice.

Bianca Ger­vais est heu­reuse de re­trou­ver Alain Zou­vi sur un pla­teau de tour­nage. Les deux co­mé­diens avaient tour­né en­semble, il y a quelques an­nées, dans Le monde de Char­lotte. Zou­vi in­car­nait le père de la meilleure amie de Ka­rine Du­charme, per­son­nage dé­fen­du par Bianca Ger­vais. « Ce n’est pas évident quand t’ar­rives dans une équipe dé­jà for­mée. Je n’étais pas là les pre­mières sai­sons, mais tout le monde m’a mise tout de suite à l'aise», lance-t-elle. Ré­cem­ment, Bianca Ger­vais et Alain Zou­vi ont eu à tour­ner des scènes plus in­times... « Alain est fan­tas­tique dans ces si­tua­tions-là... Il a tou­jours le mot, le geste pour faire rire et dé­tendre l’at­mo­sphère. Il conte des farces, se frappe contre un mur... Cette scène s’est ter­mi­née dans un fou rire gé­né­ral», men­tionne Bianca Ger­vais.

CHEZ JEAN-MARC

Au cours des pro­chaines se­maines, Ca­mille em­mé­na­ge­ra chez Jean-Marc. « Lais­sez-moi vous dire que Ca­mille va prendre sa place. Elle va vou­loir re­dé­co­rer toute la mai­son. Ça va être drôle», dit la co­mé­dienne de 23 ans. « Ce n’est pas tou­jours fa­cile pour Ca­mille. Il y a eu Louise avant elle. Louise est une femme mo­dèle, qui fai­sait bien la cui­sine, s’oc­cupe bien de son fils... Ca­mille n’a pas ça», note Bianca Ger­vais .

Par ailleurs, Bianca Ger­vais est tou­jours de Grande Fille, le jeu­di, à 19h, à TQS. Elle y joue la Miss Météo Va­lé­rii. Les tour­nages de la sé­rie sont ter­mi­nés, et la co­mé­dienne ne sait pas si elle re­vien­dra ou non la sai­son pro­chaine. « J’ai beau­coup ap­pris avec cette émis­sion. C’était la pre­mière co­mé­die dans la­quelle je jouais et, en plus, de­vant un pu­blic. J’ai ap­pris le sens du ti­ming, les règles du rire. C’est une grande ex­pé­rience pour moi», ter­mine-t-elle.

Pour Alain Zou­vi, pas de doute: Ca­mille et Jean-Marc vivent une vé­ri­table his­toire d’amour. « Oui, ils s’en­tendent bien sexuel­le­ment, mais il a plus que ça. Ils s’aiment vrai­ment, et c’est ce que le pu­blic va dé­cou­vrir. »

Se­maine après se­maine, le co­mé­dien Alain Zou­vi se glisse dans la peau du Dr Jean-Marc Pro­ven­cher, un chirurgien plas­ti­cien, dans Des­ti­nées, à TVA. Vous êtes nom­breux à suivre les pé­ri­pé­ties amou­reuses de Pro­ven­cher, 50 ans, et de sa jeune amou­reuse, Ca­mille Lam­bert (Bianca Ger­vais, voir texte ci-contre). « Avoir une re­la­tion avec une jeune femme ne doit pas tou­jours être fa­cile. Un homme de 50 ans n’a pas le même vé­cu. Se rendre dans une dis­co­thèque à 50 ans, ce n’est pas comme à 20 ans », pré­cise Zou­vi en par­lant de son per­son­nage.

PAS MÉ­CHANT

Ce rôle du Dr Pro­ven­cher est ar­ri­vé dans la vie d’Alain Zou­vi sept ans après ce­lui du gro­gnon Dr Cons­tan­tin dans Quatre et de­mi. « Quand Quatre et de­mi s’est ter­mi­né, je me suis dit: “Je ne crois pas ob­te­nir un grand rôle dans une autre sé­rie avant sept ans. C’est en plein ce qui s’est pas­sé. Quatre et de­mi s’est ter­mi­né en 2000, et Des­ti­nées est ar­ri­vée en 2007», ex­plique l’ac­teur.

Alain Zou­vi a ob­te­nu ce rôle du Dr Pro­ven­cher à la suite d’une au­di­tion. Et le co­mé­dien a fait ses de­voirs. « J’ai lu beau­coup de vo­lumes sur les ma­ni­pu­la­teurs, Les ma­ni­pu­la­teurs sont par­mi nous, entre autres», di­til. « Pour moi, les ma­ni­pu­la­teurs ne sont pas des êtres mé­chants ou qui ne sont pas conscients qu’ils sont mé­chants. Jean-Marc n’est pas mé­chant. Il n’a ja­mais trom­pé sa femme en se di­sant: je vais être mé­chant.»

LE VRAI AMOUR

« Per­son­nel­le­ment, je ne pour­rais pas avoir une re­la­tion amou­reuse avec une femme si jeune. À mon âge, je suis ren­du ailleurs. J’ai be­soin de quel­qu’un de mon âge», dit ce­lui qui vient de ter­mi­ner le tour­nage de la deuxième sai­son de la sé­rie. Pour les be­soins de son per­son­nage, Alain Zou­vi a tour­né quelques scènes in­times avec sa par­te­naire de jeu, Bianca Ger­vais. Gê­nant? « Non, on rit beau­coup», dit-il.

Par ailleurs, la re­la­tion du Dr Pro­ven­cher et de son fils Alexis (Pierre-Paul Alain) évo­lue­ra tout au long de la sai­son, tout comme celle avec son ex-femme, Louise Fer­land, jouée par Pas­cale Mont­pe­tit. « Je ne sais pas si mon per­son­nage et ce­lui de Pas­cale re­vien­dront un jour en­semble, mais je veux ab­so­lu­ment jouer des scènes avec Pas­cale. C’est un bon­heur que de tra­vailler avec elle.»

DES HAUTS ET DES BAS

La der­nière an­née a été fer­tile en émo­tions pour Alain Zou­vi. Le 5 juillet der­nier, il s’est ma­rié et, dans la même pé­riode, il a ap­pris que sa con­jointe était at­teinte d’un cancer. « Heu­reu­se­ment, au­jourd’hui, elle se porte très bien», lance-t-il.

Qui plus est, le co­mé­dien a eu la dou­leur de perdre sa mère, l’ac­trice Amu­lette Gar­neau, en no­vembre der­nier. « Je re­mer­cie ma mère de m’avoir per­mis de l’ac­com­pa­gner jus­qu’à la fin. Sa mort m’a ré­con­ci­lié avec ma peur de la mort. Je sou­haite à tout le monde de vivre une telle ex­pé­rience», dit-il.

Cet été, évé­ne­ment plus heu­reux, il si­gne­ra sa pre­mière mise en scène au Théâtre du Vieux-Ter­re­bonne. Il tien­dra les rênes de la pièce à suc­cès Os­car. Be­noît Brière joue­ra le rôle qu’a te­nu Louis de Fu­nès au ci­né­ma dans la pro­duc­tion du même titre. « Je suis content que Be­noît m’ait de­man­dé», dit-il.

PHOTOS COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.