À voir et à sa­voir

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

IX­TA­PA | Les Qué­bé­cois qui veulent par­tir de l’aé­ro­port Pierre-El­liotT­ru­deau pour se rendre à Ix­ta­pa doivent d’abord s’in­for­mer au­près d’Air Tran­sat, car la com­pa­gnie ne des­sert pas cette des­ti­na­tion toute l’an­née. Si­non, Air Ca­na­da pro­pose di­rec­te­ment des vols en di­rec­tion d’Ix­ta­pa à par­tir uni­que­ment de To­ron­to, de Calgary, d’Ed­mon­ton et de Vancouver. La com­pa­gnie Mexi­ca­na (avec la­quelle nous avons voya­gé) des­sert Ix­ta­pa à par­tir de Mon­tréal via Mexico Ci­ty. Le vol est d’une du­rée de cinq heures et de­mie vers la ca­pi­tale mexi­caine.

∫ Il faut ajou­ter l’en­vo­lée d’une qua­ran­taine de mi­nutes entre Mexico Ci­ty et Ix­ta­pa. Il y a une heure de dé­ca­lage entre Ix­ta­pa et Mon­tréal. ∫ Le Club Med d’Ix­ta­pa vient de su­bir une cure de ré­no­va­tion et se­ra en opé­ra­tion pour la sai­son 2008-2009. Si­tué à l’ex­tré­mi­té nord d’Ix­ta­pa, tout juste aux cô­tés de l’hô­tel Me­lia, le cé­lèbre club pro­fite, il va sans dire, d’une plage pri­vée, la Playa Quie­ta. ∫ La plage Las Ga­tas est un pe­tit en­droit pri­vé ac­ces­sible uni­que­ment en ba­teau à par­tir du quai de Zi­hua­ta­ne­jo. Ce fut la pre­mière plage de la ré­gion. Elle fut inau­gu­rée au XVIIIe siècle par le roi d’Es­pagne. Et pour avoir une mer calme, le sou­ve­rain a fait dé­po­ser, à une cen­taine de mètres de la plage, des roches afin que les vagues aillent s’y écra­ser. Le roi a fait d’une pierre deux coups, puisque l’en­droit donne main­te­nant ac­cès à un beau site pour la plon­gée en apnée. ∫ Qui dit Mexique, dit té­qui­la, une bois­son ty­pi­que­ment lo­cale ti­rée de l’agave, une plante très dé­co­ra­tive aux feuilles vastes et char­nues. Sa­viez­vous qu’un plant d’agave doit croître pen­dant huit ans avant d’être cueilli ? Et que le pro­ces­sus de trans­for­ma­tion peut s’étendre jus­qu’à 15 ans avant que la bois­son dis­til­lée se re­trouve sur les ta­blettes. Les agaves bleues pro­duisent les meilleures té­qui­las et on doit y re­trou­ver la men­tion 100 % agave azul pour être cer­tain de la pu­re­té, si­non, la bois­son est com­po­sée de 51 % d’agave et de 49 % de sucre. ∫ Une piste cy­clable de six milles sillonne Ix­ta­pa et les ran­don­neurs peuvent se per­mettre d’ar­rê­ter au parc éco­lo­gique où ils pour­ront ad­mi­rer – aus­si in­vrai­sem­blable que ce­la puisse pa­raître – des cerfs de Vir­gi­nie (!!!). Si vous êtes un peu plus exo­tique, vous pour­rez ar­rê­ter au Mi­ra­dor pour voir les cro­cro­diles qui font leur sieste quo­ti­dienne, pour ne pas dire per­pé­tuelle. ∫ On re­trouve deux ter­rains de golf à Ixa­ta, le Pal­ma Real, des­si­né par Ro­bert Trent Jones, et La Ma­ri­na, conçu par Ro­bert von Hag­gee. Ce der­nier ter­rain est clas­sé l’un des plus beaux par­cours du Mexique par la re­vue Golf Di­gest. Les deux par­cours – si­tués aux ex­tré­mi­tés nord et sud d’Ix­ta­pa –, to­ta­lisent cha­cun près de 7000 verges et ils re­pré­sentent de beaux dé­fis pour les va­can­ciers. ∫ Le res­tau­rant El Fa­ro de l’hô­tel Pa­ci­fi­ca offre une ma­gni­fique vue sur la playa El Pal­mar. Jon­ché sur une col­line, le res­tau­rant offre deux grandes ter­rasses qui sur­plombent la plage. Les vi­si­teurs peuvent ac­cé­der au res­tau­rant di­rec­te­ment de la plage par un té­lé­phé­rique. Un couple peut s’at­tendre à dé­bour­ser en­vi­ron 100$ US pour un sou­per. El Fa­ro est éga­le­ment ac­ces­sible pour une simple consom­ma­tion. ∫ À Zi­hua­ta­ne­jo, le bis­tro del Mar et le res­tau­rant-bar Zi­hua­blue, qui offre une piste de danse à ciel ou­vert, sont deux éta­blis­se­ments bran­chés sur la playa La Ma­de­ra. Ces deux com­merces sont la pro­prié­té d’Ed­mond Ben­lou­lou, un ex-Mon­tréa­lais éta­bli dans la ré­gion de­puis plu­sieurs an­nées. ∫ À une qua­ran­taine de mi­nutes d’Ix­ta­pa, se trouve la Bar­ra de Po­to­si, une belle la­gune où on peut ad­mi­rer une ving­taine d’es­pèces d’oi­seaux al­lant de l’ibis blanc au long bec in­cour­bé rouge jus­qu’à l’ai­grette des neiges, en pas­sant par le hé­ron vert et le pé­li­can blanc. Fait par­ti­cu­lier, les oi­seaux sont pré­sents à lon­gueur de jour­née et pas seule­ment le ma­tin et en fin d’après­mi­di. ∫ On vous a men­tion­né que les vagues sont fortes à Ix­ta­pa, tel­le­ment puis­santes qu’une com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale a lieu en sep­tembre à la playa Las Es­col­le­ras.

PHOTOS LE JOUR­NAL

1. La la­gune Bar­ra de Po­to­si est si­tuée à une qua­ran­taine de mi­nutes d’Ix­ta­pa. L’ama­teur d’oi­seaux y trou­ve­ra son compte avec une ving­taine d’es­pèces à ad­mi­rer. 2. Un beau cou­cher de so­leil dans l’océan Pa­ci­fique. As­sez pour faire rêver tout Qué­bé­cois qui a les deux pieds dans la neige sous un froid si­bé­rien. 3. Le par­cours La Ma­ri­na est l’un des deux ter­rains de golf d’Ix­ta­pa/Zi­hua­ta­ne­jo.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.