DES PLAGES VEULENT RE­DO­RER LEUR BLA­SON

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

DU­BAI | (AFP) Les plages des Émi­rats arabes unis at­tirent les tou­ristes en manque de mer, de so­leil et de sable. Mais, leur ré­pu­ta­tion a été en­ta­chée par la pol­lu­tion d’une plage de Dubaï, souillée l’été der­nier par le conte­nu de fosses sep­tiques.

Pour re­do­rer leur bla­son, après ce scan­dale de dé­ver­se­ment illé­gal du conte­nu de fosses sep­tiques, pro­ve­nant de ca­mions des­ser­vant une sta­tion d’épu­ra­tion, ces plages pour­raient dé­sor­mais pos­tu­ler à un la­bel in­ter­na­tio­nal pour la qua­li­té de leur eau et leur pro­pre­té.

L’As­so­cia­tion de l’En­vi­ron­ne­ment des Emi­rats/Fonds de l’en­vi­ron­ne­ment mon­dial (FEM), une ONG lo­cale, a lan­cé un pro­gramme Pa­villon Bleu, une ini­tia­tive vo­lon­taire qui exige des par­ti­ci­pants - plages et ma­ri­nas pu­bliques et pri­vées - de se confor­mer à une sé­rie de cri­tères in­ter­na­tio­naux.

« Les tou­ristes pré­fé­re­raient des plages certifiées Pa­villon Bleu car c’est un signe de sé­cu­ri­té et de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Ces plages ac­cueille­ront plus de tou­ristes et elles se­ront mieux en­tre­te­nues », ex­plique la co­or­di­na­trice du pro­gramme, Mai­soun alS­ha­rif.

Les ha­bi­tants et tou­ristes à Dubaï ont été pris de pa­nique il y a six mois lors­qu’une par­tie d’une plage d’un des quar­tiers les plus hup­pés de la ville, au ni­veau d’un club de voile, a été cou­verte du conte­nu nau­séa­bond de fosses sep­tiques, ce qui a conduit à sa fer­me­ture pen­dant un mois et de­mi.

PIÈTRE QUA­LI­TÉ

Des ana­lyses ef­fec­tuées fin jan­vier ont mon­tré que l’eau était en­core conta­mi­née, in­dique le pré­sident du club, Keith Mutch.

« Bien que l’eau soit mille fois meilleure que ce qu’elle était il y a un mois, je crois que la plage va mettre cinq à sept ans pour re­ve­nir à son état d’il y a un an », ajoute-t-il. « Le sys­tème de cer­ti­fi­ca­tion Pa­villon Bleu im­po­se­ra (...) un contrôle des plages tout comme on le fait pour les hô­tels cinq étoiles de luxe. Ce se­ra très bé­né­fique pour Dubaï (...). J’es­père que les plages pos­tu­le­ront pour cette clas­si­fi­ca­tion, car Dubaï a vrai­ment be­soin de tou­ristes », d’au­tant que l’Émi­rat est tou­ché par l’im­pact de la crise fi­nan­cière mon­diale, es­time-t-il.

Mais, il existe un pro­blème : cer­taines in­fra­struc­tures à Dubaï, qui a connu un boom im­mo­bi­lier ces six der­nières an­nées, n’ont pas sui­vi le ra­pide dé­ve­lop­pe­ment ur­bain et de la po­pu­la­tion.

PHOTO AFP

Suite au dé­ver­se­ment illé­gale d’un conte­nu de fosses sep­tiques, le pré­sident du club, Keith Mutch, es­time que la plage pren­dra de cinq à sept ans avant de re­ve­nir au seuil de qua­li­té d’il y a un an.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.