LES HAUTS ET LES BAS DES LÉ­GENDES D’IR­LANDE

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Cé­dric Bé­lan­ger Sun Me­dia

U2 et le Qué­bec, c’est une belle his­toire d’amour comme il y en a eu avec bien d’autres groupes. C’est quand même l’un des seuls groupes, si­non le seul, qui a fait et rem­pli trois fois le Stade olym­pique. »

Même si la sor­tie de No Line on the Ho­ri­zon ne sus­cite pas la fré­né­sie qui en­toure ha­bi­tuel­le­ment les nou­velles pa­ru­tions des Ir­lan­dais, le Qué­bec, comme plu­sieurs ré­gions du monde, adore la bande de Bo­no, lance l’ani­ma­teur Mike Gau­thier.

« Il y a tou­jours eu une ma­gie entre le Qué­bec et U2. La der­nière fois qu’ils sont ve­nus, en no­vembre 2005, Bo­no avait pas­sé trois jours à Mon­tréal. Il était sor­ti avec Guy Laliberté, il es­sayait de par­ler un peu en fran­çais », re­late Gau­thier.

« À une autre oc­ca­sion, ajoute-t-il, Wim Wen­ders était en ville en même temps qu’eux. On lui ren­dait un hom­mage à l’Ex-Cen­tris. Bo­no était par­ti d’une ré­pé­ti­tion au Centre Bell, seul en taxi, pour al­ler dire bon­jour à Wen­ders. »

Mike Gau­thier rap­pelle aus­si qu’en 1997, c’est la com­pa­gnie qué­bé­coise Saco qui avait créé tout l’as­pect vi­suel des spectacles de la tour­née qui a sui­vi le lan­ce­ment de l’al­bum Pop.

Même si, à ses yeux, tout le monde adore U2, au­tant les ma­niaques fi­nis que mon­sieur et ma­dame Tout-le-Monde, Mike Gau­thier croit que Bo­no et ses aco­lytes n’ont pas ac­cou­ché de leur meilleur bé­bé avec No Line on the Ho­ri­zon. Les ré­ac­tions sont d’ailleurs très par­ta­gées de­puis la sor­tie du pre­mier simple Get On Your Boots.

PAS UN CLAS­SIQUE

« J’ai écou­té l’al­bum ra­pi­de­ment, la se­maine der­niè

re, et je ne suis pas tom­bé sur le der­rière. C’est cor­rect, il y a quelques bonnes chan­sons, mais c’est pas ce qu’ils ont dé­jà pro­po­sé », ana­lyse l’ani­ma­teur, se­lon qui il ne s’agit pas néan­moins du pire al­bum de U2.

« Je trouve que le plus bas qu’ils sont des­cen­dus, c’est en 1997, avec l’al­bum Pop. Peut-être qu’avec No Line... ils ont dé­ci­dé de faire un trip ar­tis­tique et qu’ils se sont dit : tant mieux si les bre­bis suivent, si­non on se re­pren­dra avec un autre al­bum. »

AU QUÉ­BEC EN 2009?

Par contre, tout in­dique que les Qué­bé­cois de­vront faire leur deuil de U2 en 2009. L’ho­raire de tour­née du groupe ne pré­voit pas d’ar­rêt dans la Belle Pro­vince.

« Ils ne fe­ront pas d’am­phi­théâtre, juste des stades et des shows à l’ex­té­rieur. Pour Mon­tréal, le Stade n’est pas la meilleure place. On sait qu’ils se­ront à Bos­ton, à Fox­bo­ro, le 20 sep­tembre, et la ru­meur que j’ai en­ten­due est qu’ils fe­raient le parc JeanD­ra­peau. Mais si on ne les voit pas en sep­tembre, j’ai l’im­pres­sion que ça va al­ler à juin ou juillet 2010. »

LESPREMIERSPAS

1976 – 1981 › De leur for­ma­tion jus­qu’à leur deux pre­miers al­bums. Les gars ont com­men­cé la par­tie avec I Will Fol­low, mais la suite a été moins glo­rieuse avec l’ef­fon­dre­ment du deuxième disque, Oc­to­ber, où fi­gure la chan­son au titre pré­mo­ni­toire, I Fall Down.

LE­RYTHME DE­CROI­SIÈRE

1983 – 1984 › War et Un­for­get­table Fire. D’ac­cord, peut-être que l’al­bum Fire n’était pas in­ou­bliable. Mais, dans l’al­bum War, Bo­no trouve sa voie po­li­tique avec Sun­day Bloo­dy Sun­day et New Year’s Day. Un aper­çu de la cé­lé­bri­té à ve­nir.

LE­SOM­MET

1985 - 1990 › Live Aid, Joshua Tree, Rat­tle & Hum. Ils ont joué de­vant des mil­lions de per­sonnes. Joshua leur a va­lu leur pre­mier prix Gram­my. Même le dra­peau blanc géant de Bo­no (de même que son énorme ego et son im­mense am­bi­tion) n’ont pu les ar­rê­ter.

FAUXPASET BOURDES

1991 - 1999 › Ach­tung Ba­by, Zoo TV, Zoo­ro­pa, Pop. Bo­no a choi­si le nom d’Ach­tung en pen­sant au « son de quatre hommes es­sayant de fendre l’arbre de Joshua ( The Joshua Tree) ». Ce­la a fonc­tion­né. Les tour­nées à concept éla­bo­ré de Bo­no trans­for­mé en Mac Phis­to, un grand nombre d’émis­sions té­lé vi­sées et des ci­trons géants n’ont rien don­né. En outre, Clay­ton ne s’est pas ma­rié avec Nao­mi Camp­bell.

LA­RE­CON­QUÊTE DUTRÔNE

2000 - 2006 › All That You Can’t Leave Be­hind et How to Dis­mantle an Ato­mic Bomb. Comme Bo­no l’ex­plique, ils ont pos­tu­lé à nou­veau pour le poste du meilleur groupe du monde. Et ils ont ob­te­nu l’em­ploi en re­ve­nant à leurs sources avec des chan­sons franches et des spectacles qui plai­saient à leurs fans.

L’IN­TER­MI­NABLE PLA­TEAU

2009 › Ce­la com­mence avec No Line on the Ho­ri­zon. Qui sait comment ce­la se ter­mi­ne­ra? Avec un re­tour fi­nal vers les som­mets? Ou avec The Edge tom­bant d’un co­co­tier?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.