500 000 des­sins ali­gnés

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINEMA -

Une ar­mée de 200 ar­tistes et tech­ni­ciens a été mo­bi­li­sée pour réa­li­ser à la main les 500 000 des­sins qui s’alignent dans le film d’ani­ma­tion Mia et le Mi­gou.

« C’est une en­tre­prise co­los­sale! » sou­pire au bout du fil le réa­li­sa­teur fran­çais Jacques-Ré­my Gi­rerd, qui a consa­cré six ans de sa vie à la réa­li­sa­tion de cette fable éco­lo­gique, qui vient ri­va­li­ser avec les grosses pro­duc­tions amé­ri­caines « à la Dis­ney ». Il lui a fal­lu d’abord ras­sem­bler une quin­zaine de partenaires pour réa­li­ser le mon­tage fi­nan­cier de 8,5 mil­lions d’eu­ros. Comme on vise le mar­ché in­ter­na­tio­nal, le film en fran­çais est pré­sen­té avec des sous-titres en an­glais.

« Les des­sins entrent dans une chaîne nu­mé­rique et passent de lo­gi­ciel en lo­gi­ciel. Le grand prin­cipe, c’est que ce­la ne pa­raisse pas. Si, dans un plan, on per­çoit la pré­sence de l’or­di­na­teur, nous re­ve­nons en ar­rière pour trou­ver une so­lu­tion al­ter­na­tive. L’or­di­na­teur doit se plier, pas nous. Ce­la dit, de 20 à 25 % des images du film sont trai­tées en 2D ou 3D. » Le pro­ces­sus de créa­tion est long. « Le film n’avance guère de plus de deux se­condes par jour! » ajoute le réa­li­sa­teur, à qui on doit aus­si La pro­phé­tie des gre­nouilles (sor­ti en 2003 et vu par 1,2 mil­lion de spec­ta­teurs).

PAS DE DOU­BLAGE

Ce der­nier ex­plique aus­si que les voix n’ont pas été dou­blées. Il adopte l’in­verse de l’ha­bi­tuel pro­ces­sus. Il en­re­gistre d’abord les voix, puis pro­duit les images. « Chaque co­mé­dien peut s’ex­pri­mer en toute li­ber­té et être vrai­ment lui-même, puis­qu’il n’a pas à suivre un des­sin pré­exis­tant. C’est une dif­fé­rence énorme; le ré­sul­tat sen­sible n’est pas le même », in­siste le réa­li­sa­teur qui a fait ap­pel à des têtes d’af­fiche du ci­né­ma, comme Pierre Ri­chard et Miou-Miou.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.