« Je pense que j’ac­cep­te­rais... » - SÉ­BAS­TIEN DE­LORME

« Mon frère a dé­jà quatre en­fants. Il est pra­ti­que­ment en train de re­peu­pler le Qué­bec à lui seul... Je ne pense pas qu’il me fe­rait une de­mande comme celle d’Alain. Moi, j’en ai dé­jà deux ; je ne crois pas que je lui fe­rais une telle de­mande. Par contre,

Le Journal de Montreal - Weekend - - TELEVISION -

QUES­TION

ET LUC

Luc Ma­rion est ac­tuel­le­ment dans une pé­riode tran­quille, émo­ti­ve­ment par­lant. Il y a quelques se­maines, sa re­la­tion avec sa cho­co­la­tière pre­nait fin...

« Il est agent libre. Au cours des pro­chains épi­sodes, je crois qu’il va se lais­ser ten­ter... En­fin, il va tâ­ter le ter­rain pour sa­voir s’il a en­core des chances sur le mar­ché, s’il pogne en­core à l’âge qu’il a », men­tionne Sé­bas­tien De­lorme.

De­lorme avoue sans gêne que son Luc est plu­tôt straight. Sa fille oc­cupe une place im­por­tante dans sa vie. « Je sais qu’on peut être gos­sant lors­qu’on a des en­fants. On ne parle que d’eux. Pour les gens qui n’en ont pas, au­tour de nous, ça peut de­ve­nir fa­ti­gant. Sans en­fant, on pense par­fois que ceux qui en ont vivent comme dans une pri­son, ne peuvent plus rien faire. Ce n’est pas tout à fait ça », dit le père de deux en­fants.

Même si Luc est bien pré­sent dans La Pro­messe, le co­mé­dien a du temps pour d’autres pro­jets.

Il a été du 7e Round, se­ra de Lance et Compte, le grand duel de l’au­tomne, à TVA. Il a aus­si été du Dé­ser­teur, fait du dou­blage... et dit que sa blonde et lui réus­sissent à bien gé­rer leur ho­raire avec les deux en­fants. Le mot d’ordre: avoir de l’or­ga­ni­sa­tion...

Sé­bas­tien De­lorme, qui in­carne Luc dans La Pro­messe, s’est po­sé quelques ques­tions à la suite de la si­tua­tion de­vant la­quelle se re­trouve son per­son­nage. « Je ne sais pas trop pour­quoi, mais j’ai l’im­pres­sion que de plus en plus de couples ont de la dif­fi­cul­té à avoir des en­fants. Et lors­qu’ils dé­cident d’en avoir, ça leur coûte par­fois beau­coup d’ar­gent. Adop­ter un en­fant, au­jourd’hui, c’est au moins 10000$ », avance De­lorme.

Sé­bas­tien De­lorme était un peu scep­tique lors­qu’il a su ce que l’au­teure ré­ser­vait à son per­son­nage. « Quand on m’a par­lé de ça, je me suis dit: ah, oui? Vous vou­lez par­ler de ça? C’est un su­jet qui est tel­le­ment loin de moi. Par contre, en y ré­flé­chis­sant bien, il y a tout un ques­tion­ne­ment qu’il faut faire face à cette si­tua­tion », pour­suit De­lorme, en en­tre­vue.

En se pla­çant dans la peau de Luc, Sé­bas­tien De­lorme di­rait oui à la de­mande de son frère. Au-de­là des ques­tions ju­ri­diques et lé­gales qu’ali­mente une telle dé­ci­sion, De­lorme se de­mande de quelle ma­nière il an­non­ce­rait la nou­velle à sa con­jointe.

« Luc est ac­tuel­le­ment seul dans la vie, ce qui n’est pas mon cas », de pré­ci­ser le co­mé­dien, qui par­tage sa vie avec la co­mé­dienne Ju­lie Per­reault et leurs deux en­fants. «Pour jouer Luc dans cette si­tua­tion, je lui ai prê­té une ré­flexion. Le tra­vail de­vient plus fa­cile de cette ma­nière, dit-il. Sé­bas­tien De­lorme croit que la ré­ponse que li­vre­ra Luc à Alain et Flo­rence lais­se­ra de la place à quelques portes ou­vertes... en re­gard de la pro­chaine sai­son. Peu im­porte qu’elle soit po­si­tive ou né­ga­tive.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.