La créa­tion sans pres­sion

« Quand je vais à Sainte-Adèle pour Star Aca­dé­mie, je suis un re­pos pour la “gang” par rap­port à tout le reste. Les jeunes aca­dé­mi­ciens n’ont pas de pres­sion avec moi. Ils n’ont pas à per­for­mer, ni à se pré­oc­cu­per de leur image avec moi. »

Le Journal de Montreal - Weekend - - TELEVISION - Serge Drouin

En ac­cep­tant un poste de pro­fes­seur de créa­tion ar­tis­tique cette an­née à Star Aca­dé­mie, Mi­chel Ri­vard en a sur­pris plus d’un. À l’ar­ri­vée du concept té­lé au Qué­bec, il y a six ans, Ri­vard ne s’était pas gê­né pour le dé­crier... « C’est Sté­phane La­porte qui m’a convain­cu. Écoute, Star Aca­dé­mie est là, ça existe... J’ai ac­cep­té d’al­ler à Star Aca­dé­mie parce que je suis dans un poste où je peux prendre mon plai­sir, dit Ri­vard. Je sais que je n’ai pas été tendre avec Star Aca­dé­mie au dé­part, mais je dois re­con­naître que, d’an­née en an­née, la qua­li­té des can­di­dats a aug­men­té. On n’a plus af­faire à une sé­rie de “clones” de ce qu’on a dé­jà. De plus en plus, les can­di­dats sont ori­gi­naux. »

Pour Mi­chel Ri­vard, son tra­vail à Star Aca­dé­mie res­semble à ce­lui qu’il pro­pose à des évé­ne­ments comme le Fes­ti­val en chan­son de Pe­tite-Val­lée. « Ce sont des ate­liers de même style. J’aide les jeunes de Star Aca­dé­mie à com­prendre une chan­son, com­po­ser une chan­son... Ce sont des ate­liers pour des au­teurs-com­po­si­teurs et aus­si des in­ter­prètes. Un in­ter­prète doit sa­voir choi­sir une chan­son », sou­ligne-t-il. La chose que Ri­vard re­proche tou­jours à Star Aca­dé­mie, c’est l’éli­mi­na­tion des can­di­dats se­maine après se­maine. « Je ne suis pas d’ac­cord avec cette par­tie du concept, mais que veux-tu? » si­gnale-t-il. Par contre, il aime bien la for­mule de son Ca­ba­ret spon­ta­né qu’il pro­pose chaque mar­di aux can­di­dats. « Le conte­nu peut aus­si bien tour­ner en dé­ri­sion, en humour. Ça peut être très dé­li­rant », note-t-il.

ARTV ?

Comme il le men­tion­nait au ré­cent gala-va­rié­té de Star Aca­dé­mie, Mi­chel Ri­vard re­vient de Win­ni­peg, où il est al­lé tour­ner pen­dant une se­maine les 13 émis­sions de sa sé­rie Pour un soir seule­ment. Ces émis­sions se­ront pré­sen­tées à l’au­tomne.

Ce se­ra la deuxième sai­son de Pour un soir seule­ment. « Chaque se­maine, je re­çois deux in­vi­tés. C’est une émis­sion ba­sée sur le ju­me­lage. Par exemple, je re­ce­vrai no­tam­ment Za­cha­ry Ri­chard avec Ca­the­rine Ma­jor et, plus tard, Coeur de pi­rate et Ca­the­rine Durand. Per­son­nel­le­ment, je me garde tou­jours un ju­me­lage. Cette an­née, je se­rai avec Corneille. Nous avons des uni­vers dif­fé­rents, mais c’est un peu le but de l’émis­sion de ju­me­ler des ar­tistes qui se res­semblent ou qui sont loin l’un de l’autre. J’aime bien ça. »

Par ailleurs, Mi­chel Ri­vard trouve le temps de pré­sen­ter quelques spectacles au Qué­bec en ce mo­ment. Ce soir, il est no­tam­ment au Théâtre Pe­tit-Cham­plain, à Qué­bec, avec ses com­plices de 30 ans Ma­rio Lé­ga­ré et Rick Ha­worth. Et dire que notre homme vou­lait se payer une an­née sab­ba­tique... en 2008-2009!

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.