Un de­mi-siècle pour la mo­to­neige Ski-Doo

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME - Lise Gi­guère

Val­court est en fête ! Cette an­née, la mo­to­neige Ski-Doo de Jo­seph-Ar­mand Bom­bar­dier, point culmi­nant de sa re­cherche pour ap­pri­voi­ser l’hi­ver, vient d’at­teindre le de­mi-siècle.

En fran­chis­sant la porte d’en­trée du Mu­sée J. Ar­mand Bom­bar­dier, il est là, juste en face, ce pe­tit vé­hi­cule jaune que son in­ven­teur dé­voi­lait, avec fier­té, au grand pu­blic, à l’au­tomne 1959. « Un jour, j’in­ven­te­rai une pe­tite ma­chine qui flot­te­ra sur la neige », peut-on lire sur le podium où il trône, au coeur de l’exposition 50 ans de Ski-Doo.

Cette phrase ré­sume bien l’essence même de l’exposition in­ter­ac­tive qui pré­sente l’évo­lu­tion de la mo­to­neige. Di­vi­sée en cinq zones, elle per­met de tes­ter ses connais­sances, d’ad­mi­rer d’an­ciens pro­to­types, d’être éton­né par les sta­tis­tiques (8352 mo­to­neiges Ski-Doo sortent de l’usine en 1963-64 contre 211 927 en 1970-71) et de dé­cou­vrir les amé­lio­ra­tions tech­niques et tech­no­lo­giques ap­por­tées au fil des ans. Pour s’en convaincre, il suf­fit de com­pa­rer le mo­dèle des dé­buts à ce­lui l’édi­tion spé­ciale 50e an­ni­ver­saire.

Bien que n’étant pas une ma­niaque de ce « sport » qui ras- semble de plus en plus d’adeptes chaque an­née, c’est avec un in­té­rêt gran­dis­sant que j’ai par­cou­ru cette exposition tem­po­raire qui se pour­sui­vra jus­qu’au 14 fé­vrier 2010. Cu­rieuse, j’ai eu en­vie de dé­cou­vrir ce qui se ca­chait dans les autres salles de ce mu­sée, créé en 1971, en hom­mage à Jo­seph-Ar­mand Bom­bar­dier par la Fon­da­tion qui porte son nom et qui per­met à sa fa­mille de pour­suivre les oeuvres qu’il par­rai­nait de son vi­vant.

FAS­CI­NANTE MÉ­CA­NIQUE

La mé­ca­nique n’a ja­mais été ma pas­sion. Toutes ces cour­roies, ces bou­lons et ces pneus semblent de vé­ri­tables casse-tête. Mais, grâce aux grands pan­neaux d’in­ter­pré­ta­tion et aux dif­fé­rents mo­dèles du siècle pas­sé, c’est avec un in­té­rêt sou­te­nu que j’ai sui­vi l’évo­lu­tion des re­cherches de ce mé­ca­ni­cien de grand ta­lent qui a mis au point, un nombre im­pres­sion­nant de vé­hi­cules spé­cia­li­sés pour le trans­port sur neige.

J’y ai dé­cou­vert un homme d’une grande per­sé­vé­rance, sou­cieux des dé­tails qu’il a dû peau­fi­ner et cou­ra­geux face aux nom­breux obs­tacles qu’il a dû sur­mon­ter pour en­fin réa­li­ser le rêve qui l’ha­bi­tait. Peut-être est-ce la rai­son qui m’a fait trou­ver aus­si fas­ci­nante la vi­si- te des trois salles d’ex­po­si­tions per­ma­nentes. Comment un homme a-t-il pu au­tant vou­loir domp­ter l’hi­ver ? Qu’est-ce qui le mo­ti­vait ? Qu’est-ce qui a été à l’ori­gine de ce dé­sir ? Se­rait-ce la mort d’un de ses fils à l’âge de 2 ans ? Il est vrai que si le mé­de­cin n’avait pas été ar­rê­té par la neige, peut-être le pe­tit au­rait-il sur­vé­cu ? Se­rait-ce plu­tôt parce que la crise des an­nées 30 ra­len­tis­sait les ac­ti­vi­tés et qu’il sou­hai­tait vaincre l’iso­le­ment hi­ver­nal ?

Quelles que soient les rai­sons qui l’ha­bi­taient, elles ne sem­blaient ja­mais lais­ser place au doute. Au terme de ce par­cours, c’est avec res­pect que j’ai pé­né­tré dans son ga­rage, construit en 1926, près du pont du vil­lage. In­té­gré au Mu­sée en 1970, il consti­tue main­te­nant l’an­nexe his­to­rique et per­met de voir son bu­reau de tra­vail, son ma­ga­sin de pièces et de nom­breux ou­tils qu’il a uti­li­sés tout au long de sa car­rière.

Une salle de pro­jec­tion com­plète le cir­cuit. Com­po­sé d’ex­traits de la mi­ni-sé­rie té­lé­vi­sée Bom­bar­dier, elle per­met de suivre les rêves d’un homme ha­bi­té par le pro­fond dé­sir de mo­di­fier le vi­sage de l’hi­ver et pour le­quel un pro­blème n’était rien d’autre qu’une porte ou­verte sur une so­lu­tion qu’il fal­lait trou­ver.

Heu­reu­se­ment, Jo­seph-Ar­mand Bom­bar­dier a pu voir les bien­faits ap­por­tés par ses au­to­neiges (gros vé­hi­cules che­nillés créés dans les an­nées 30 et pou­vant ac­cueillir plu­sieurs pas­sa­gers). Ces der­niers ont per­mis le trans­port des éco­liers, la li­vrai­son du courrier, la vi­site des mé­de­cins ou celle des prêtres pour por­ter les der­niers sa­cre­ments et ont fa­ci­li­té le tra­vail des bû­che­rons en fo­rêt.

Dé­cé­dé en 1964, Jo­seph-Ar­mand Bom­bar­dier n’a ce­pen­dant ja­mais pu as­sis­ter aux ex­tra­or­di­naires per­for­mances que peuvent ac­com­plir les mo­to­neiges d’au­jourd'hui et, bien qu’il croyait réel­le­ment qu’elles pour­raient ap­por­ter du plai­sir à cir­cu­ler dans la neige, il y a fort à pa­rier qu’il n’au­rait ja­mais ima­gi­né l’en­goue­ment qu’elles sus­citent au­près des spor­tifs !

PHOTO MU­SÉE J. AR­MAND BOM­BAR­DIER

An­nexé en 1970, le ga­rage où M. Bom­bar­dier a dé­ve­lop­pé son oeuvre ex­pose le bu­reau de tra­vail, le ma­ga­sin de pièces et autres ob­jets ap­par­te­nant au créa­teur.

PHOTO MU­SÉE J. AR­MAND BOM­BAR­DIER

Construit en 1959, le cé­lèbre Ski-Doo jaune conçu par J. Ar­mand Bom­bar­dier est la pre­mière ma­chine flot­tant sur la neige.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.