UN GROS SHOW POUR UN P’TIT 20 $

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Mi­chelle Cou­dé-Lord Le Jour­nal de Mon­tréal

France Cas­tel donne de­puis quatre ans, geste du coeur, son ap­pui à l’Entraide Grands Brû­lés. Lun­di soir pro­chain, elle réunit plu­sieurs ar­tistes au Théâtre StDe­nis, dont Jean-Mi­chel Anc­til, An­nie Ville­neuve et Éric La­pointe, pour per­mettre à des gens de mieux af­fron­ter cette ter­rible épreuve. Un gros show pour un p’tit 20 $! Pa­role de France Cas­tel. Ques­tions à une ar­tiste de coeur.

Q. PAR­LEZ-NOUS DE L’IM­PACT D’UN TEL SPEC­TACLE.

R. Tous les pro­fits vont à l’or­ga­nisme Entraide Grands Brû­lés, qui offre une gamme de ser­vices tout au long du pro­ces­sus de gué­ri­son phy­sique et psy­cho­lo­gique. Sur la scène, lun­di soir, des en­fants vic­times de graves brû­lures chan­te­ront avec moi. Ça leur donne tel­le­ment confiance. Notre sys­tème de san­té ne peut pas tout faire, donc, le temps d’un spec­tacle, nous don­nons un coup de main. C’est aus­si le rôle d’un ar­tiste et la col­la­bo­ra­tion est fan­tas­tique. Nous of­frons en plus un ex­cellent spec­tacle.

Q. QUELS SONT VOS COM­PLICES POUR CETTE SOI­RÉE?

R. Le maître de cé­ré­mo­nie est Pa­trick Groulx, qui se­ra ac­com­pa­gné par JeanMi­chel (Anc­til), Bob Walsh, An­nie Ville­neuve, Boom Des­jar­dins, Éric La­pointe et Jonathan Pain­chaud. Un p’tit 20 $ pour un gros show, c’est une belle in­vi­ta­tion. Les ar­tistes ont beau­coup de coeur au Qué­bec et moi, quand je vois le sou­rire de ces en­fants sur scène, ça me fait du bien. Je me sens utile.

Q. QUE VOUS AR­RIVE-T-IL PRO­FES­SION­NEL­LE­MENT?

R. Mon émis­sion quo­ti­dienne à Ra­dio-Ca­na­da avec Mi­chel Bar­rette, Pour le plai­sir, a été re­con­duite pour sep­tembre. Nous sommes heu­reux et pri­vi­lé­giés d’avoir évi­té le cou­pe­ret avec toutes ces com­pres­sions et la pres­sion sur les pro­duc­tions. Mi­chel est un com­plice for­mi­dable. C’est un beau man­dat.

Q. ET CÔ­TÉ CI­NÉ­MA?

R. J’at­tends les beaux rôles. Les ac­trices de mon âge doivent se mon­trer pa­tientes. Moi, mal­gré ce contexte, je suis pri­vi­lé­giée, mais il est clair que notre ci­né­ma de­vrait être une terre plus fer­tile pour les ac­trices d’ex­pé­rience. Regardez An­gèle Cou­tu. Nous sommes là et ca­pables en­core de don­ner beau­coup, je crois. Ça compte aus­si, l’ex­pé­rience. Les au­teurs ne doivent pas nous oublier.

Q. DONC, IL FAUT AVOIR UNE GRANDE PO­LY­VA­LENCE?

R. Si on veut conti­nuer à tra­vailler, cer­tai­ne­ment. Moi, comme je dis, je suis une pri­vi­lé­giée. C’est pour­quoi par­ti­ci­per à cette oeuvre des Grands Brû­lés aide à mettre les prio­ri­tés à la bonne place. J’in­vite les gens à nous ai­der, à don­ner un coup de main. Notre sys­tème de san­té ne peut pas tout faire tout seul. Il reste en­core des billets. Tous les pro­fits vont à l’or­ga­nisme. Il faut rem­plir le St-Denis 1. Les billets sont dis­po­nibles sur le site de ti­cket­pro.ca. Le spec­ta­cle­bé­né­fice est lun­di soir, à 20 heures.

Q. ET VOTRE COM­PLICE MI­CHEL BAR­RETTE?

R. C’est un gars for­mi­dable avec qui tra­vailler. Nous rions beau­coup et tra­vaillons dans le plai­sir. Et je suis contente pour lui, car le ci­né­ma pense à lui. Il tour­ne­ra pro­chai­ne­ment avec Jean La­pointe dans le film À l’ori­gine d’un cri. Un scé­na­rio qui lui va comme un gant. Ce sont des films comme ça qu’il nous faut, nous, les femmes.

PHOTO D’ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.