LES ÉCLAIRS DE L’AMOUR

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - AGENCE QMI

Loui Mauf­fette est prêt à se lan­cer au Quat’sous avec un nou­veau spec­tacle dé­chi­ré par les grands éclairs de l’amour : Dans les char­bons.

Moins de 14 jours avant la pre­mière de son nou­veau bé­bé, la fé­bri­li­té est pal­pable chez Loui Mauf­fette. Ce­lui qui est de­puis 18 ans at­ta­ché de presse du Théâtre du Nou­veau Monde s’est em­bar­qué dans une aven­ture sans pré­cé­dent : cé­lé­brer la poé­sie au théâtre !

Après le suc­cès cri­tique et pu­blic re­ten­tis­sant dePoé­sie, sand­wich­se­tau­tres­soirs­qui­penchent, spec­tacle pré­sen­té de­puis quelques an­nées au Fes­ti­val In­ter­na­tio­nal de lit­té­ra­ture (FIL), il était temps de son­der de nou­velles ave­nues.

« Je dis tou­jours que c’est la soeur ju­melle, ou le frère ju­meau, de Poé­sie,sand­wichs, dit-il. Mais pas iden­tique. Là, c’est plus une rê­ve­rie poé­tique. Mine de rien, on théâ­tra­lise un peu la poé­sie, et la re­pré­sen­ta­tion est dif­fé­rente. Aus­si, me dé­par­tir des poèmes de Poé­sie, sand­wichs, ç’a été d’une vio­lence in­ouïe. La bonne nou­velle, c’est que Poé­sie,sand­wichs va re­ve­nir tous les mois de sep­tembre, au FIL. Comme Casse-Noisette ! »

HORS NORMES

À pro­pos de ce nou­veau spec­tacle, Dansles char­bons, Mauf­fette est in­ta­ris­sable.

« C’est un show hors normes. C’est pas un show pour les théâ­treux ni pour l’un­der­ground mar­gi­nal. C’est un show pour tout le monde, sans être po­pu­liste. Ça res­semble à mon en­fance. J’ai tou­jours les mêmes thèmes, un peu en­fan­tins. Ce sont la nais­sance, l’en­fance, l’amour qu’on cherche et qu’on ne trouve pas, ou qu’on a et qu’on veut avoir ailleurs, pis la crisse de mort qui nous at­tend. Et il y a la poé­sie pour faire res­pi­rer tout ça. »

TOUT DON­NER

Avant de conti­nuer : « Et je pars du même prin­cipe que l’autre spec­tacle : des poèmes pa­ra­doxaux, des textes qui ne de­vraient pas se ma­rier en­semble. Je com­pare tou­jours ça à une par­fu­me­rie. Il y a des par­fums qui ne conviennent pas à tout le monde. À cet égard-là, Shawn Cot­ton m’a beau­coup ai­dé, en me don­nant plu­sieurs re­pères. Mal­heu­reu­se­ment, on ne peut pas in­té­grer tous les poèmes lus en pré­pa­ra­tion. Ce sont des ques­tions d’af­fi­ni­té, de mu­si­ca­li­té. »

Et de fi­nir : « La pro­chaine fois, j’ai­me­rais avoir ma re­vanche du cô­té de la jeune gé­né­ra­tion d’au­teurs. Mais je de­meure fi­dèle à Geneviève Des­ro­siers, parce qu’elle est comme une soeur cos­mique. Elle me guide. On ferme d’ailleurs le show avec une pen­sée d’elle, qui dit: “On ne peut pas tout avoir, mais on peut tout don­ner”. C’est cette pen­sée qui m’a gui­dé du dé­but à la fin. »

PHOTO AGENCE QMI

L’af­fiche du spec­tacle Dans les char­bons, de Loui Mauf­fette.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.